LE BOZEC Yvon

LE_BOZEC_Yvon

Samedi 09 Janvier 2010

LE GRAND-VILLAGE-PLAGE.

Disparition de l'un des derniers fusiliers marins

Yvon Le Bozec.(photo archives yvon vergnol)

Premier maître fusilier marin commando (H) Yvon Le Bozec s'engage à 17 ans en 1944 au Bataillon de fusiliers marins de Rochefort, créé sous le commandement du capitaine de frégate Hubert Meyer pour la libération des poches de Royan, d'Oléron et La Rochelle.

Il participe au déminage des secteurs côtiers, puis le 30 avril 1945, à l'opération Jupiter. Après la libération d'Oléron le 9 mai, les fusiliers de Dupin de Saint-Cyr prennent le port de La Pallice, occupent la base sous-marine et libèrent La Rochelle.

Saïgon et Alger

En juin 1945, il est volontaire à l'appel du capitaine de frégate François Jaubert pour la première brigade marine d'Extrême Orient. Il est à Saïgon en novembre 1945. Après la libération d'Haïphong, c'est Hanoï et les opérations de ratissage où il sera blessé.

En 1947, retour en métropole, il est volontaire pour les commandos de marine et de parachutiste. Après l'école des fusiliers d'Alger il est affecté au commando Hubert et participe à de multiples missions. Reçu instructeur, il devient formateur aux commandos marines.

Retour en métropole comme capitaine d'armes au groupe de dragage océanique. En 1958, c'est à nouveau l'AFN dans une compagnie de protection sur la BAN (base aéronautique navale) de Port Lyautey à Kenitra puis à nouveau à la frontière algéro-marocaine.

Capitaine d'armes

De 1961 à 1962 il est affecté à la BAN Saint-Raphaël comme instructeur à l'école de maistrance aéronautique. Un accident de parachute en 1963 le rend indisponible pendant plusieurs mois.

À l'issue de sa convalescence, il est affecté comme capitaine d'armes à la BAN Saint-Mandrier, en 1966 il est désigné au centre d'expérience de Saint-Raphaël. Fin 1969, il demandera à faire valoir ses droits à la retraite après vingt-six années de bons et loyaux services. Il sera rayé des contrôles d'activité en 1970 et versé dans la réserve.

Porte-drapeaux

Pendant sa carrière, il embarquera sur le croiseur « Duquesne », sur les porte-avions « Dixmude » et « Arromanche » et à l'escadrille de dragage de la mer du Nord. Il était, entre autres, titulaire de la médaille militaire et chevalier de l'ordre national du Mérite.

Il était le porte-drapeau du Bataillon de fusiliers marins de Rochefort « Dupin de Saint-Cyr » et de plusieurs associations d'anciens combattants.

IMG + Texte: 16 - 91 - (Piccoz Guy)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

VELLUZ_Alfred

IMG_TEXTE_16___92

IMG + Texte 16 - 92 - ( M Christine Egger, fille de Velluz Alfred)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

URSULET Christian, il a fait honneur aux commandos marine

Sans_titre_2Sans_titre_3

IMG_16___93

IMG_16___93_1

Il faut ajouter également: certificat de Sciences criminelles et la croix du combattant volontaire avec agrafe Algérie

IMG_16___93_2

IMG+Texte 16 - 93

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PILLARD_G_rard

PILLARD Gérard

IMG_16___94

IMG + Texte 16-94 - (Senard Daniel)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Sans_titre_1

Sans_titre_2

IMG + Texte  16 - 95  - ( Corlobé Michel)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

RAMBOZ Pierre - E/V

RAMBOZ

IMG + TEXTE: 16 - 96 -  ( LE BRIS Pierre, alias BRICE Pierre, alias WINNETOU)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BARRET Pierre

IMG_TEXTE_16___97

IMG + Texte 16 - 97

IMG_TEXTE_16___97_1

IMG + Texte 16 - 97/1

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commando De Montfort

IMG_TEXTE_16___98_

IMG+TEXTE 16 - 98 - 1949/51 - (Eisenbart Joseph)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

03 06 1960  - Opération dans le djebel Guergour, au-dessus du lac Hamiz:

Sans_titre_1

Texte 16 - 99 - ( Des faits et des hommes: CORLOBÉ Michel)

Témoignage d'un participant:

Je suis arrivé à Siroco en Janvier 1960 en plein "coup des barricades" afin d'y effectuer mon BE de fusilier. Au cours de cette formation, des manoeuvres avaient lieu sur le terrain, dans le bled. Le Vendredi 03 06 1960, mes camarades et moi sommes passés, involontairement, aux travaux pratiques.

Près du barrage du Hamiz, situé à environ 50 Kms d'Alger, nous sommes tombés dans une embuscade, nous avons eu trois morts, dont le Maître VALLÉE ( un stage fusilier a porté son nom).

Pour la première fois de ma vie, j'ai vu des morts, j'avais discuté avec l'un d'entre-eux la veille au foyer, devant une bière. Il était là, devant moi, tué au poignard. Un autre, près de lui, deux petits trous dans son casque. Le Maître VALLÉE avait reçu une balle à bout portant qui avait traversé son pistolet encore accroché à son ceinturon. Je n'ai pas oublié ce jour. Par la suite, j'ai été affecté au commando Trépel, j'ai participé à tous les combats, ai vu la mort d'autres camarades. Je n'ai pas fait de cadeaux à ceux d'en face. Cela choquera peut-être les âmes sensibles, mais quand on est dans le bain, il faut nager.

Pour cette opération, je n'ai gardé souvenir que de 3 morts dont j'ai vu les corps. Il y a eu au démontage de l'opération, un accident; un camion est tombé dans un ravin, je ne sais ce qu'il est advenu des victimes, j'ai vu un blessé, mais on ne daignait pas mettre la troupe au courant.

Ont participé à cette opération: le CIR  ( apprentis fusiliers destinés à la D B F M ou aux compagnies de protection), les cours BE: Carnot et Ferre, les stages Cdos: Pruvost et Bizien, le BS N° 27, les CS N° 57 et 58

(LEMARCHAND Philippe)

IMG_16___100

IMG 16 - 100 - Vue générale du lac et du barrage du Hamiz - (Lemarchand Philippe)

IMG_16___101

IMG 16 - 101 - Situation géographique du barrage du Hamiz - (Lemarchand Philippe)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

FERRETTI_Georges

Georges FERRETTI se souvient:

Sur la photo départ en Algérie, il y a bien JEGOU dit "la jecte", PETRAULT est également là, il était blond me semble-t-il et avait toujours un grand sourire, quant à VANAQUER surnommé "Tarbouch", il avait une coquetterie dans l'oeil comme on dit chez nous, c'est-à-dire qu'il avait un oeil qui disait merde à l'autre. Pour le sacrifice, sauf erreur de ma part, et c'est bien ce jour là, c'est moi qui avait tué la dinde avec la baïonnette du MAS 36/51 et nous l'avions faite cuire avec BILLIARD. Nous avions même essayé de manger des frites cuites dans de la graisse de mouton. MEURVILLE est bien présent, il habite Fréjus à côté de chez moi, je lui ai téléphoné et écrit ( c'était mon partenaire de coinchée) mais pas de nouvelles. Je t'ai peut-être dit qu'il avait quitté la marine, devait ouvrir un magasin de sport à Nouméa (où je l'avais rencontré par hasard) et il avait finalement rempilé dans l'armée de terre où il a terminé capitaine comme conseiller militaire à Wallis et Futuna près du Préfet ou S/Préfet. Le vaguemestre c'était bien FRENOT de la région de Compiègne me semble - t -il. Quant à ROSSELLO Barthélémy, je l'ai revu à Alger lorsque j'ai été affecté à la DBFM, j'étais avec GUILBAUD et un autre. Nous avions mangé chez lui, il était cariste sur le port. Par la suite il a été tué par l'OAS ou les Barbouzes. Transmet mon bon souvenir à BALISSON, il se souvient de moi, nous avions eu à plusieurs une discussion sur le sens de l'expression "de suite" ou "tout de suite", peut-être s'en souviendra-t-il??? Je me rappelle qu'il était en taule à Lyautey, caserne de Nemours et que le pacha voulait le faire sortir de prison pour aller en opération, mais sans annuler la punition, il avait refusé, à juste titre d'après moi.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LEFEUVRE_Michel

LEFEUVRE Michel,

1957/1961 : navigateur marine marchande, 3 fois le tour du monde, les ¾ en tramping.

12 05 1961 : EDVA, CFM Hourtin.

C’est à Hourtin qu’on a décidé que je fasse le stage de commando : explication : après une sortie un peu trop arrosée ( seulement quelques verres de vin blanc, il ne m ‘en fallait pas plus à 18 ans), au retour à la base, rassemblement et comme j’avais perdu mon bâchis je me suis retrouvé au gnouf. Après avoir dessoudé la porte de la prison et pris à partie le S/M de garde, le pacha est intervenu en me proposant de postuler pour les commandos ou de passer au TM. La nuit portant conseil et réalisant qu’il valait mieux être incorporé dans une troupe d’élite que de moisir en taule, j’ai donc suivi les « conseils éclairés » du pacha . Et pour tout vous dire, je ne regrette rien.

 

IMG_0001

IMG 16 - 101/1 -

15 08 1961 : BE fusilier marin à Siroco, stage commando « Rabaud »,1er brevet para à Blida n° 188797.

16 12 1961 jusqu’à fin campagne Algérie : Cdo de Penfentenyo

12 11 1962 : libérable – Libéré le 08 01 1963 après maintien sous les drapeaux ( 2 mois de maritime, motif : n’a pas apprécié de se faire traiter de pédale par des sous-mariniers)

Reprend la navigation pendant 5 mois

11 10 1963 : engagement dans la légion ( 16 ans 1/2)

1963 : Bonifacio – 1964 : 2ème REP – 2ème brevet para n° 221817 – Bou-Sfer – Nommé caporal en 1965 – Stage de démonstrateur EPM à Nîmes ( formation des commandos du REP)

1967 : 2ème compagnie - Manœuvres Damerguou au Niger 08 02 68 au 21 02 1968 – Tchad 1969 – Calvi 1970

peloton_de_sergent_en_66_

IMG 16 - 101/2 - 1966 - École de formation des gradés à Corte

Nommé sergent en 1971 – Muté au CCS ( Comptable) – Muté au 5ème RMP à Hao ( Polynésie) – 1976, réaffecté au 2ème REP ( chef d’antenne B2 à Ajaccio) – 1977, 1er RE – 1977, 1er REC, nommé adjudant ( chef de peloton).

Stage de gestion des entreprises à l’institut de psychologie appliquée à Paris ( 16 01 1979/14 08 1979).

Quitte la légion le 14 08 1979, admis à l’honorariat de son grade. Deux certificats de bonne conduite et un témoignage de satisfaction – Croix du combattant, commémorative d’Algérie, médaille d’Afrique du Nord, médaille d’Outre-Mer, TRN opérations extérieures, médaille du combattant de l’Europe.

michel_re_oit_le_livre_d_or_de_la_l_gion_pour_son_d_part__

IMG 16 - 101/3 - Michel reçoit le livre d'or de la légion à l'occasion de son départ du 2ème REP vers Hao

Dans le civil : 1979/1998, agent administratif principal au sein d’un organisme immobilier de 12 000 logements à Amiens.

À la retraite:

2010_d_portation_Broons___2_

IMG 16 - 101/4 - Michel: représentant de l'AFMD dans la région 22

d_portation_2010__3_

IMG 16 - 101/5 - Michel: représentant de l'amicale des anciens légionnaires paras du 2ème REP de la région 22

Les avatars de notre ami Michel :

Le 08 06 1962, lors d’une reconnaissance dans la zone d’Aflou et au cours d’un ratissage ( j’étais chargeur FM, PAUL le tireur à l’AA 52), le pacha REVILLON et le radio devant nous à environ 50 mètres sur la droite, j’aperçois un Fell qui émerge de derrière une touffe d’alfa avec une Sten, prêt à tirer sur ceux-ci. Avec le MAS, je l’encadre, surpris par la réaction, le Fell jette son arme. Tous se tournent dans ma direction… Halte au feu…. REVILLON ne voit même pas que je viens de lui sauver la vie. En revenant au Kreider, un des S/M veut me mettre de corvée, là c’était un peu trop, je me suis rebellé, résultat : la nuit au gnouf de la légion. Le lendemain, convoqué par REVILLON, j’ai écopé de 15 jours sur papier. ( Il faut savoir que le 19 03 1962, la guerre d'Algérie cesse, ceci expliquant cela).

Mon maintien sous les drapeaux résulte d’une sortie dans un bar de Saint Mandrier avec un pote de Penfen ; Des sous-mariniers nous traitent de pédales, nous étions en tenue camouflée et ça ne leur plaisaient pas, en 5 minutes le bar était vidé, certains sont passés par la baie vitrée, puis nous sommes rentrés sur le Dixmude. Le lendemain matin il a fallu donner des explications aux flics maritime, comme Q/M j’ai écopé de deux mois de maritime et mon collègue simple breveté, un mois.

À ma sortie, REVILLON m’a demandé si je voulais rempiler ………

Relation de causes (intimes) à effets (carcéraux):

Ne serait-ce point que ces deux mois de "maritime" soient dus à ce que Michel ait titillé le nombril de sa connaissance de l'époque, en l'occurrence la femme d'un flic maritime ??? ce doute l'assaille.....

IMG 16 - 101_6

IMG 16 - 101/6

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GUICHARD___Mtr

GUICHARD Serge

Citation__extrait_de_journal__copie

IMG + TEXTE 16 - 102 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___92

IMG + TEXTE 16 - 102/1 - Lettre de commande de dagues - ( Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___93

IMG 16 - 102/2 - La dague numérotée: 8 de GUICHARD Serge, inscription: "Commando Trépel " N° 8" - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___94

IMG + TEXTE 16 - 102/3 - 1958, liste des bénéficiaires de la dague au commando Trépel - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_4

IMG + TEXTE 16 - 102/4 - Courrier commande de dagues - (Guichard Philippe, fils de Serge )

IMG__TEXTE_16___102_5

IMG + TEXTE 16 - 102/5 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_TEXTE_16___102_6

IMG + TEXTE 16 - 102/6 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG___TEXTE_16___102_7

IMG+TEXTE 16 - 102/7 -( Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG___TEXTE_16___102_7_1

IMG + TEXTE 16 - 102/7/1 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG___TEXTE_16___102_8

IMG + TEXTE 16 - 102/8 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG___TEXTE_16___102_9

IMG + TEXTE 16 - 102/9 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG___TEXTE_16___102_10

IMG + TEXTE 16 - 102/10 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG___TEXTE_16___102_11_1

IMG +TEXTE 16 - 102/11 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG___TEXTE_16___102_11_2

IMG + TEXTE  16 - 102/11/1- (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_12

IMG + TEXTE 16 - 102/12 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_13

IMG + TEXTE 16 - 102/13 - ( Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_14

IMG + TEXTE 16 - 102/14 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_15

IMG 16 - 102/15 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_16

IMG 16 - 102/16 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_17

IMG 16 - 102/17 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_18

IMG 16 - 102/18 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_19

IMG 16 - 102/19 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

IMG_16___102_20

IMG 16 - 102/20 - (Guichard Philippe, fils de Serge)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

UFATOW_Alphonse

Le 12 10 2010, à la pointe Saint Mathieu, un vibrant hommage a été rendu à Alphonse UFATOW

ouest_france_001

IMG + TEXTE 16 - 103

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

MARLIOT_Ren_

MARLIOT René

IMG_16___104

IMG 16 - 104- ( Sa fille: Josy-Anne)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DEBROWSKI André

DSCN0131

IMG 16 - 105

DSCN0134

IMG 16 - 106

André DEBROWSKI décoré de la Médaille Militaire par le Commissaire Colonel DEBROWSKI, son fils aîné: Daniel.

J'y étais ce jour là: ( 09 05 2004)  et je peux témoigner que si le récipiendaire arborait une paire de lunettes soleil, c'était uniquement pour dissimuler une émotion visiblement ressentie par toute l'assistance.

- Engagé volontaire pour 5 ans dans la Marine Nationale, il a servi tout ce temps au commando Jaubert en Indochine et en Algérie. Intelligent, combatif et brave, il est parvenu à se hisser au grade de QM2.......Un goût amer, certes, mais il a su démontrer par la suite que son grade de Commandant dans la police était loin d'être usurpé. Bravo l'ami.  ( Balisson JC)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PAPINAUD_bernard

PAPINAUD Bernard Aristide Jacques

IMG_TEXTE_16___107

IMG +TEXTE 16 - 107

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_TEXTE_16___108

IMG+TEXTE 16 - 108 -  L'aumônier prenait grand soin de nos âmes..... ( Hillion Jean-Yves)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16__109

IMG  16 - 109 -  COULIN Jean, chef de l'antenne psychologique appliquée à Papeete ( 1985/87) -  Son brevet para et ses décorations témoignent qu'il n'avait pas les "pieds dans le même sabot" et pour ne rien vous cacher, il était infirmier au commando Jaubert en Algérie - No comment -  À dire vrai, encore un qui a mal tourné, ils sont légion à Jaubert, je reste néanmoins sceptique quant à cette affectation de psychologie appliquée à Tahiti, "appliquée" sur quoi? sur qui?, le bougre doit certainement  avoir des révélations à nous faire partager sur la gent féminine, en l'occurrence les vahinés. (Photo: Coulin Jean - Commentaires: Balisson JC)

Ce qui suit représente le fruit d'un travail de recherche de COULIN Jean:

Morts "Marine" en Indochine ( Hors Aéro) - 1946/54 - Tués au combat, morts des suites de leurs blessures, destruction de bâtiments, noyades en opérations, fusillés par le Viet-Minh, morts en captivité ,ou lors de bombardements français de camps Viets,  disparus...

Matelots et Q/M: 359, officiers mariniers: 49, officiers: 55, grades inconnus: 2, total = 465 ( toutes spécialités confondues, dont un médecin)

Par année de conflit: 1946 = 6, 1947 = 66, 1948 = 29, 1949 = 82, 1950 = 28, 1951 = 100, 1952 = 46, 1953 = 66, 1954 = 42, total = 465

Les infirmiers: Q/M MOREL René, tué le 02 03 1948 à Lo- Son ( Tonkin)  - Q/M CABIOCH Jean, tué le 03 04 1953 à Tong-Doc-Loc ( Sud Vietnam) - Q/M ANDREZ Jean-Marie, tué le 16 07 1953 à My-Son lors de l'opération "Mazagan" (parrain de la promotion 2008/2011 de l'école du personnel paramédical des armées de Toulon) - Cérémonie du 18 09 2009.

Par spécialités: Fusiliers = 127, canonniers = 64, mécaniciens = 69, manoeuvriers = 30, gabiers = 20, équipage = 26, radios = 16, électriciens = 10, S/SPÉ = 11, timoniers = 9, charpentiers = 4, infirmiers = 3, cuisiniers = 7, commis = 5, boulangers = 1, détecteurs = 2, armuriers = 4, motel = 1, secrétaires = 1, Officiers = 55 - Total = 465

Morts " Marine" en Algérie ( Hors Aéro)

Commando Jaubert = 9, Commando De Montfort = 25, Commando Trépel = 11, Commando De Penfentenyo = 6, PC Grouco = 1,  Commando Yatagan (supplétifs) = 4, Centre Siroco = 5, C I O A Arzew = 1, D B F M = 154, QG Santon, Mers El Kébir= 1, CP N° 1 = 1, CP N° 10 = 1, B A N Karouba( Tunisie) = 1, Unités inconnues = 5,  Total = 225

Officiers = 16 ( E/V à L/V) - Officiers mariniers = 40 - Q/M et Matelots = 169 ( toutes spécialités confondues) - Total = 225

Par spécialités - Morts "Marine" ( Hors Aéro) - (D B F M, COMMANDOS, CP, DIVERS) - Matelots, Q/M, Officiers mariniers, Officiers.

Fusiliers = 90, canonniers = 21, équipage = 38, S/Spé ( dont 4 supplétifs de Yatagan = 25, mécaniciens = 16, charpentiers = 2, armuriers = 3, électriciens = 2, manoeuvriers = 4, radios = 2, infirmiers= 2, fourrier = 1, cuisinier = 1, boulanger = 1, gendarme maritime = 1, officiers = 16 - Total = 225

Par années : 1955 = 2, 1956 = 48, 1957 = 38, 1958 = 25, 1959 = 48, 1960 = 21, 1961 = 38, 1962 = 5 - Total = 225

Liste des infirmiers affectés dans les commandos en Algérie ( 1955/62):

ANDRÉ Apollinaire ( Montfort) - BOUGOUSSA Hamidi (Trépel ) - COLLET Albert ( Montfort - Blessé) - COULIN Jean ( Jaubert) - DEBOEUF Claude (Penfen) - Dollard Claude (Montfort) - DUBOIS Jean ( Jaubert) - GAILLARD Marc ( Trépel) - GODET André (Penfen) - GROS Pierre ( Trépel) - JANVIER Daniel (Yatagan) - LAVAL Christian (Trépel) -  LIBOUREN Jean ( Montfort) - LOUCHEL Moïse ( Trépel+Penfen) - MARTIN Maurice ( Jaubert) - MULLER Jean ( Montfort , Tué le 16 08 1959 ) - PHUONG Léon ( Penfen) - PODEUR Stanislas ( Penfen) - REBOUL Damien (Montfort) - ROZIAU Gustave ( Trépel) - SAILLOUR Auguste ( Penfen) - WUCHER René ( Penfen) - GUILLOT Marc ( Trépel) -

En 7 ans: 23 infirmiers dont: 7 à Trépel, 6 à Montfort, 6 à Penfen, 1 à Yatagan, 3 à Jaubert ( À Jaubert, on adorait nos infirmiers, c'est la raison pour laquelle on n'en changeait pas souvent, personnellement je n'ai connu que DUBOIS Jean dit "la drogue", bien évidemment - Balisson Jean-Claude)

À noter, pour les infirmiers: la durée de passage aux commandos a été très variable - 5 ans et 10 mois pour le Q/M  infirmier LOUCHEL Moïse ( Trépel + Penfen) - Chapeau... 10 jours pour un autre, celui-ci a dû remplacer le sérum par de la Pils..... Le Q/M  MULLER (Montfort) a donné son nom à une promotion du personnel paramédical des armées de Toulon ( promo 2004/2007, cérémonie en Septembre 2008  - J'ai été l'instigateur et l'artisan des imposants dossiers de présentation pour que:

ANDREZ ( Indo), MULLER et DRUELLE ( Algérie) soient ainsi honorés.

Les commandos te remercient l'ami COULIN Jean de nous avoir concocté ce travail de mémoire, et au même titre que les autres Spés qui ont participé en notre sein à ces combats, vous pouvez et vous devez porter dignement ce béret vert..... (Balisson Jean-Claude)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ANDREZ Jean-Marie, infirmier au commando Jaubert

ANDREZ_Jean_Marie

IMG_16___110

IMG 16 - 110 - Plaquette du service de santé des armées, Q/M 2 ANDREZ Jean-Marie, Promotion 2008/2011 - (Coulin Jean)

IMG_16___111

IMG 16 - 111 - Plaquette du service de santé des armées, Q/M 2 ANDREZ Jean-Marie, promotion 2008/2011 - ( Coulin Jean)

IMG_16___112

IMG 16 - 112 - Plaquette du service de santé des armées, Q/M 2 ANDREZ Jean-Marie, promotion 2008/2011 - (Coulin Jean)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

M_LLER_JeanM_LLER_Jean_1

Q/M 1  Infirmier MÜLLER JEAN

IMG_16___113

IMG 16 113 - (Coulin Jean)

IMG_16___113_1

IMG 16 - 113/1 - (Coulin Jean)

IMG_16___113_2

IMG 16 - 113/2 - (Coulin Jean)

IMG_16___113_3

IMG 16 - 113/3 - ( Plaquette du service de santé des armées, Q/M1 MÜLLER Jean, promotion: 2004/2007)

IMG_16___113_4

IMG 16 - 113/4 - ( Plaquette du service de santé des armées, Q/M1 MÜLLER Jean, promotion 2004/2007 ) - (Il est des nôtres: Balisson Jean-Claude)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DELESSARD_Claude

DELESSARD Claude

IMG_16___114

IMG 16 - 114 - ( Delessard Didier, fils de Claude)

IMG_16___114_1

IMG 16 - 114/1 - (Delessard Didier, fils de Claude)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

OTTIGER_Walter

             OTTIGER Walter

 

Sans_titre_1

IMG 16 - 115 - (Ottiger Walter)

IMG_16___115_1

IMG 16 - 115/1  - (Ottiger Walter)

IMG 16 - 115_2

IMG 16 - 115/2 - (La voix du combattant - Ottiger Walter)

IMG_16___197

IMG 16 - 115/3 - (Ottiger Walter)

IMG_16___198

IMG 16 - 115/4 - (Livre d'or des Cdos marine, André Mispelaere et l'accord, en date du 02 01 2013, de l'auteur de ce récit: Ottiger Walter)

HORREUR_SUR_LA_DIGUE

IMG 15 - 115/5 - (Ottiger Walter) -

 

 

 

IMG_16___200

 

IMG 16 - 115/6

 

IMG_16___200_1

IMG 16 - 115/7 - (Ottiger Walter)

 

 

 

 

 

IMG_16___201

 

IMG 16 - 115/8 - (Ottiger Walter)

 

IMG_16___202

 

IMG 16 - 115/9 - (Ottiger Walter)

 

IMG 16 - 115_10

IMG 16 - 115/10 - (Ottiger Walter)

 

IMG 16 - 115_11

 

 

 

IMG 16 - 115/11 - (Ottiger Walter) -

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Compte-rendu par le " Pacha " de Jaubert, CHAMPIERRE de VILLENEUVE, du dernier accrochage en Algérie ( 14 04 1962), avec des éléments d'un Katiba F N L.

IMG_16___116

IMG - 16 - 116

IMG_16___116_1

IMG 16 - 116/1

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___117

IMG 16 - 117 - (Gaudart Jean-Yves)

IMG_16___117_1

IMG 16 - 117/1 - "Picpus", AUBRY Emile, avec ses béquilles est décoré -  (Gaudart Jean-Yves)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Aux bâtisseurs du poste "Requin", à ceux qui l'ont connu et y ont vécu.

IMG_16___118

IMG 16 - 118 - Image du poste "Requin " en Mai 2011 - (Messaoud)

IMG_16___118_1

IMG 16 - 118/1 - Photo prise en Mai 2011 - En 1957, ce panneau de signalisation n'existait pas, cet immense piton que nous nommions "Tadjéra", surplombait le poste "Requin". (Messaoud)

IMG_16___118_2

IMG 16 - 118/2 - Mai 2011, vue générale de la ville d'Honaïne, celle-ci s'est considérablement étendue et un port a été créé - (Messaoud)

IMG_16___118_3

IMG 16 - 118/3 - Mai 2011 - Sur la piste d'Honaïne vers le poste "Requin" - (Messaoud)

IMG_16___118_4

IMG 16 - 118/4 - Mai 2011 - Le poste "Requin", à droite on aperçoit une des tours et un élément incongru dans le paysage, mais ô combien pratique, u pylône éléctrique - (Messaoud)

IMG_16___118_5

IMG 16 - 118/5 - Mai 2011 - Du poste "Requin", le paysage et Honaïne en bas - (Messaoud)

IMG_16___118_6

IMG 16 - 118/6 - Mai 2011 - Le poste "Requin", il semble abandonné ? - (Messaoud)

IMG_16___118_7

IMG 16 - 118/7 - Mai 2011 - Sur la piste de "Requin" - (Messaoud)

IMG_16___118_8

IMG 16 - 118/8 - Mai 2011 - Sur la piste de "Requin" - (Messaoud) - Je remercie particulièrement ce visiteur du site des commandos, originaire d'Honaïne, actuellement en vacances dans cette région, et qui m'a proposé ces superbes photos - (Balisson JC)

IMG_16___118_9JPG

IMG 16 - 118/9 - Mai 2011 - Sur la piste du poste "Requin" - (Messaoud)

IMG_16___118_10

IMG 16 - 118/10 - Mai 2011 - Les vestiges du poste "Requin" - Il y a encore quelques habitants près du poste (Messaoud)

IMG_16___118_11

IMG 16 - 118/11 - Mai 2011,  le port d'Honaïne - (Messaoud)

IMG_16___118_12

IMG 16 - 118/12 - Mai 2011 - "Requin", je pense que ces ruines ne traverseront pas des siècles comme les fortifications de Vauban - (Messaoud)

IMG_16___118_13

IMG 16 - 118/13 - Mai 2011, le poste "Requin", deux carrières de marbre et de graniteau y ont été construites,  à droite la montagne "Tadjera" - (Messaoud)

IMG_16___118_14

IMG 16 - 118/14 - Mai 2011 - Le poste "Requin" - (Messaoud)

IMG_16___118_15

IMG 16 - 118/15 - Mai 2011, les environs du poste "Requin, un paysage montagneux et tourmenté - (Messaoud)

IMG_16___118_16

IMG 16 - 118/16 - Mai 2011 - Le poste "Requin", la végétation reprend le dessus - (Messaoud)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

TOUL - Juillet 2000

IMG_16___119

IMG 16 - 119 - (Champougny Claude)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___120_

IMG 16 - 120 - La fin de l'aventure indochinoise, le début d'une autre en Algérie - (Olivier Pestre)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___121

IMG 16 - 121 -

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

FAOU_Michel

FAOU Michel

IMG_16___122

IMG 16 - 122

IMG_16___122_1

IMG 16 - 122/1

IMG_16___122_2

IMG 16 - 122/2

IMG_16___122_3

IMG 16 - 122/3

IMG_16___122_4

IMG 16 - 122/4

IMG_16___122_5

IMG 16 - 122/5

IMG_16___122_6

IMG 16 - 122/6

IMG_16___122_7

IMG 16 - 122/7

IMG_16___122_8

IMG 16 - 122/8

IMG_16___122_9

IMG 16 - 122/9

IMG_16___122_10

IMG 16 - 122/10

IMG_16___122_11

IMG 16 - 122/11

IMG_16___122_12

IMG 16 - 122/12

IMG_16___122_13

IMG 16 - 122/13

IMG_16___122_14

IMG 16 - 122/14

IMG_16___122_15

IMG 16 - 122/15

IMG_16___122_16

IMG 16 - 122/16

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GEOFFROY_Henri

GEOFFROY Henri jean yvon - EV 5 ans du 10 12 1946 au 10 12 1951 - Montfort en Indochine + Trépel en France - Voltigeur, agent de liaison, pilote et réparateur du D U K W

IMG_16___122

IMG 16 - 123

IMG_16___122_1

IMG 16 - 123/1

IMG_16___122_2

IMG 16 - 123/2

IMG_16___122_3

IMG 16 - 123/3

IMG_16___122_4

IMG 16 - 123/4

IMG_16___122_5

IMG 16 - 123/5

IMG_16___122_6

IMG 16 - 123/6

IMG_16___122_7

IMG 16 - 123/7

IMG_16___122_8

IMG 16 - 123/8

IMG_16___123_9

IMG 16 - 123/9

IMG_16___123_10

IMG 16 - 123/10

IMG_16___123_11

IMG 16 - 123/11

ANECDOTES, SOUVENIRS:

1) Envoyé lors d'une mission prêter main-forte au commando François, malheureusement celui-ci s'est fait décimer, mitraillé sur un pont de singe au-dessus de la boue.

2) Lors d'une mission, DUQUESNOY voulait tuer un cochon et a utilisé son fusil comme massue, le fusil s'est cassé en deux et le cochon a disparu.

3) Se souvient de THUBERT Jacques de François, grièvement blessé qui a perdu ses deux jambes, sciées par le médecin, il est mort d'hémorragie à bord d'un L C M, les pinces du toubib ont lâché les artères.

4) FLEUREAU ( orthographe incertaine) est mort d'une rafale de mitrailleuse en pleine poitrine.

5) GEOFFROY Henri se souvient avoir repeint le DUKW en noir sur les côtés, sous la ligne de flottaison avec une bande centrale noire sur l'avant.

6) Et des nuits passées sur le pont du Paul Goffeny, du sabotage réussi d'une ligne de chemin de fer, la locomotive déraille, mission accomplie.

7) La mode à l'époque, se faire faire des dents en or.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Quelques citations en Indochine au commando Jaubert - (Pestre olivier, fils de Bernard) -( IMG 16 - 124, 124/1, 124/2, 124/3, 124/4, 124/5, 124/6, 124/7, 124/8)

IMG_16___124

IMG 16 - 124

IMG_16___124_1

IMG 16 - 124/1

IMG_16___124_2

IMG 16 - 124/2

IMG_16___124_3

IMG 16 - 124/3

IMG_16___124_4

IMG 16 - 124/4

IMG_16___124_5

IMG 16 - 124/5

IMG_16___124_6

IMG 16 - 124/6

IMG_16___124_7

IMG 16 - 124/7

IMG_16___124_8

IMG 16 - 124/8

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Ninh Binh, les 29 et 30 Mai 1951, l'intervention du Bataillon de marche du 1er Chasseurs

IMG_16___125

IMG 16 - 125 - (Pivin Maxime)

IMG_16___125_1

IMG 16 - 125/1 - (Pivin Maxime)

IMG_16___125_2

IMG 16 - 125/2 - (Pivin Maxime)

IMG_16___125_3

IMG 16 - 125/3 - (Pivin Maxime)

IMG_16___125_4

IMG 16 - 125/4 - (Pivin Maxime)

IMG_16___125_5

IMG 16 - 125/5 - (Pivin Maxime)

IMG_16___125_6

IMG - 16 - 125/6 - (Pivin Maxime)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___126

IMG 16 - 126

IMG_16___127

IMG 16 - 127

IMG_16___128

IMG 16 - 128

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

FAYNOT_Bernard

IMG_16___129

IMG 16 - 129

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

VITALI_HenriVITALI_Henri__Avril_1947_en_Alge_rie

 VITALI Henri - Cdo "François" campagne de Madagascar et Indochine -

IMG_16___130

IMG 16 - 130

IMG_16___131

IMG 16 - 131

IMG_16___131_1

IMG 156 - 131/1 - (Nièce de Vitali Henri, Marie-Odile Degrelle-Croissant)

IMG_16___132

IMG 16 - 132

IMG_16___133

IMG 16 - 133

IMG_16___134

IMG 16 - 134

IMG_16___135

IMG 16 - 135

IMG_16___136

IMG 16 - 136

IMG_16___137

IMG 16 - 137

IMG_16___138

ILMG 16 - 138

IMG_16___139

IMG 16 - 139

IMG_16___140

IMG 16 - 140

IMG_16___141

IMG 16 - 141

IMG_16___142

IMG 16 - 142

IMG_16___143

IMG 16 - 143

 

IMG 16 - 144

IMG 16 - 144

IMG_16___145

IMG 16 - 145

IMG_16___146

IMG 16 - 146

IMG_16___147

IMG 16 - 147

IMG_16___148

IMG 16 - 148

IMG_16___149

IMG 16 - 149

IMG_16___150

IMG 16 - 150

 

IMG 16 - 151

IMG 16 - 151

IMG_16___152

IMG 16 - 152

IMG_16___153

IMG 16 - 153

IMG_16___154

IMG 16 - 154

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SARTON_du_JONCHAY_Renaud

SARTON du JONCHAY Renaud

IMG_16___155

IMG 16 - 155 - (Neveu de Renaud, Daviron Grégoire)

IMG_16___156

IMG 16 - 156 - (Neveu de Renaud, Daviron Grégoire)

IMG_16___157

IMG 16 - 157 - (Neveu de Renaud, Daviron Grégoire)

IMG_16___158

IMG 16 - 158 - (Neveu de Renaud, Daviron Grégoire)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

COSSO_Michel

COSSO Michel

IMG_16___159

IMG 16 - 159 - 1947 - (Cosso Erik, fils de michel)

IMG_16___160

IMG 16 - 160 - 1947 - (Cosso Erik, fils de Michel)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LABAT_Pierre_1

IMG_16___161

IMG 16 - 161

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DUPONT_Guy_4

DUPONT Guy

IMG_16___160

IMG 16 - 162 - Biographie de DUPONT Guy établie par les nageurs de combat

IMG_16___161

IMG 16 - 163 - Biographie de DUPONT Guy établie par les nageurs de combat

IMG_16___164

IMG 16 - 164 - Autobiographie, DUPONT Guy

IMG_16___165

IMG 16 - 165 - Autobiographie, DUPONT Guy

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LE_VAUFFRE_Michel

LEVAUFRE Lichel

Une mission très spéciale

IMG

IMG 16 - 166

IMG_16___167

IMG 16 - 167

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BECQUET

BECQUET Lucien

IMG_16___168

IMG 16 - 168

IMG_16___169

IMG 16 - 169

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___170

IMG_16___171

IMG_16___172

IMG - 16 - 170, 16 - 171, 16 - 172

Origine: Gazette ARDHAN n° 258 du 14 Juillet 2012 - Robert FEUILLOY, secrétaire général ARDHAN

 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LAVERDET_Raymond_1_

LAVERDET Raymond - S A S  F A F L, Cdo de Montfort Indochine, Cdo Tempête Indochine

Tableau donnant la liste complète des premiers parachutistes F A F L en 1940 en Angleterre à Ringway

IMG_16___173

IMG 16 - 173

Ainsi, alors qu'une poignée d'aviateurs français se bat avec la R A F pour gagner la bataille d'Angleterre, une autre poignée d'aviateurs des F A F L tout autant déterminés, ils étaient quatorze, s'entraîne pour devenir une troupe d'élite aéroportée. En Novembre 1940, ils sont dirigés sur Wrothan dans le Kent pour parfaire leur entraînement. Enfin le samedi 30 Novembre, ils rejoignent leurs camarades britanniques et polonais sur la base de Ringway. L'entraînement est intensif. Il commence par un vol d'accoutumance et de familiarisation avec l'avion, puis des exercices sportifs spécifiques aux sauts, suivis de séances de manipulations des parachutes. L'emploi du temps est le suivant: réveil à 6h30, breakfast à 7h30, départ vers la base à 7h45, sur l'aérodrome: culture physique à 8h30, entraînement sauts à 10h, pliage parachute à 11h, déjeuner à 11h45, avion et saut à 14h, départ de la base à 17h. Le soir, les quelques moments libres permettent aux Free French de se familiariser avec les jardins des pubs et des hôtels de Wythenshave propices aux rencontres. Les sauts ont lieu dans la parc de Tatton, magnifique propriété de Lord Maurice Egerton, pionnier de l'aviation britannique, situé à 5 miles au Sud de Ringway. C'est le samedi 7 Décembre 1940 que les 14 volontaires français, qui ont pris place dans les deux Withley mis à leur disposition, sautent pour la première fois. Les archives nationales britanniques détiennenet un document daté du 15 12 1940 où l'on peut lire:  Fourteen officers and men of the French Forces have completed one week's training and have each done one jump. Their morale and standard of training are excellent. Le second saut est effectué le lundi 9 Décembre. Après le décollage, le lundi 16 décembre, le troisième saut est annulé, le vent étant trop violent. Les quatre derniers sauts sont effectués le 20 12 1940. Ayant effectué leurs six sauts, les 14 français sont qualifiés parachutistes et reçoivent leurs "Ailes" anglaises dans un premier temps, puis françaises libres ultérieurement. Passées les fêtes de Noël et du jour de l'an, à Londres, les parachustistes français rejoignent Camberley pour y subir les entraînement spécifiques aux opérations qui vont leur être confiées: actions de commandos, missions de renseignement S O E, Savanna, Torture, Héraklion......La grande épopée des agents du B C R A et des S A S, tous formés à Ringway, commence. (Pivin Maxime)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___174

IMG 16 - 174

IMG_16___174_1

IMG 16 - 174/1

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___175

IMG 16 - 175

IMG_16___175_1

IMG 16 - 175/1

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___176

IMG 16 - 176

IMG_16___176_1

IMG 16 - 176/1

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___177

IMG 16 - 177

IMG_16___177_1

IMG 16 - 177/1

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LE_VAUFFRE_Michel

LEVAUFRE Michel

IMG_16___178

IMG 16 - 178

IMG_16___178_1

IMG 16 - 178/1

IMG_16___178_2

IMG 16 - 178/2

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LOUCHARD_FernandLOUCHART_Fernand_1

LOUCHARD Fernand

 IMG_16___179

IMG 16 - 179

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

POEUF_Carlos

POEUF Carlos

IMG_16___180

IMG 16 - 180 - Cours: Cie "Tourville" ( instructeurs: LOFI, SAERENS, PIRIOU et instructeurs anglais, cours de para pour ma bordée, fin 1947 et terminé début 1948, brevet para: 22709 - (Poeuf Carlos)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

CUCHERAT___NCC

L/V CUCHERAT, Pacha de Montfort - Ci-dessous: lettre adressée aux autorités après avoir "déserté", un soir de printemps 1962 alors que descendus du Sud, nous étions stationnés à la BAN Lartigues pour effectuer un hypothétique et ultime maintien de l'ordre sur Oran...Le soir de son départ, il avait mis l'adjudant du commando, ABJEAN Christian, dans la confidence et lui avait remis son arme de service en lui demandant de garder le silence jusqu'au lendemain matin pour éviter "tout désordre" au sein de l'institution qui ne savait plus bien pour qui prendre partie... Cette lettre remet les pendules à l'heure sur les valeurs qui animaient ce Pacha d'exeption qui s'est retiré ensuite dans un couvent... Je pense que l'humanisme de ce Pacha qui ne s'est pas renié, mérite d'être connu - (Un ancien de Montfort)

IMG_16___181

IMG 16 - 181

IMG_16___182

IMG 16 - 182

IMG_16___182_1

IMG 16 - 182/1

IMG_16___183

IMG 16 - 183

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Cdo TREPEL et le GROUCO

IMG_16___184

IMG 16 - 184 - (Riere Jean, secrétaire au GROUFUMACO et à Hubert: 1964/65)

 

TREPEL Charles et le commando TREPEL

IMG_16___185

IMG_16___186

IMG_16___187

IMG 16 - 185, 16 - 186 , 16 - 187 - (Riere Jean, secrétaire au GROUFUMACO et à Hubert: 1964/65)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___188

IMG 16 - 188

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

CASTAGNAS_Albert

CASTAGNAS Albert

IMG_16___189

IMG_16___190

IMG 16 - 189 et 190

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___190

IMG_16___191

IMG_16___192

IMG_16___193

IMG 16 - 191 à 16 - 194 - La propagande des deux côtés - (Levaufre Michel)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LE_VAUFFRE_Michel

LEVAUFRE Michel

IMG_16___195

IMG 16 - 195 - (Levaufre Michel)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___196

IMG 16 - 196 - Toulon " Chicago" - Lorsqu'il y avait des escales de l'US Navy, pas question pour leurs "boys" de s'égailler n'importe où dans les rues basses de la ville. La Navy était très stricte avec ses "boys" et au moindre incident, elle décrète le périmètre "Off limits", interdisant pratiquement son accès. Je me souviens, Jaubert, à son premier retour d'Algérie, a fait connaissance avec les marins anglais du PA "Ark Royal", ce fut pour ces derniers: Trafalgar, Mers El Kébir, et ils ont même eu, cerise sur le gâteau, un aperçu de la Bérésina.........

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___203

IMG 16 - 203 - (De la part de PAIREL Loïc)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PIVIN_Maxime_3

PIVIN Maxime

 

IMG_16___204

IMG 16 - 204

IMG_16___205

IMG 16 - 205

IMG_16___206

IMG 16 - 206

IMG_16___207

IMG 16 - 207 / IMG 16 - 206 / IMG 16 - 205 / IMG 16 - 204- (Pivin Maxime)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

RECHER_Yvon

RECHER Yvon

IMG_16___208

IMG 16 - 208

IMG_16___209

IMG 16  - 209

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

MARTIN_Jean_Rene_

MARTIN Jean-René

 

IMG_16___210

IMG 16 - 210

IMG_16___211

IMG 156 - 211

IMG_16___212

IMG 16 - 212

IMG_16___212_1

IMG 16 - 212/1

IMG_16___213

IMG 16 - 213

IMG_16___214

IMG 16 - 214

IMG_16___215

IMG 16 - 215

IMG_16___216

IMG 16 - 216 - Grosses opérations milmitaires: 1959/1961

IMG_16___217

IMG 16 - 217

IMG_16___218

IMG 16 - 218

IMG_16___219

IMG 16 - 219

IMG_16___220

IMG 16 - 220

IMG_16___221

IMG 16 - 221

IMG_16___222

IMG 16 - 222

IMG_16___223

IMG 16 - 223

IMG_16___224

IMG 16 - 210 à IMG 16 - 224 - 1959/60, brassard d'un infirmier fellagha - (Martin Jean-René)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

TOULLIOU_Robert

IMG_16___226

IMG 16 - 226 - (Courau Denis)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BASSINET_Gaston

BASSINET Gaston

IMG_16___227

IMG 16 - 227

IMG_16___228

IMG 16 - 228

IMG_16___229

IMG 16 - 229

IMG_16___230

IMG 16 - 230

IMG_16___231

IMG 16 - 231

IMG_16___232

IMG 16 - 232

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Badges égarés

IMG_16___233

IMG 16 - 233 - Ce badge appartient à un ancien d'Indochine, le système d'attache l'atteste

IMG_16___234

IMG 16 - 234 - Ces deux badges appartiennent également à ceux qui sont allés en Indochine (système de fixation et N°)

IMG_16___235

IMG 16 - 235 - Badge à fixation verticale - A qui appartenait-il ???

IMG_16___236

IMG 16 - 236

IMG_16___237

IMG 16 - 237  - Badge de la R C A

IMG_16___238

IMG 16 - 238 - Nageurs du Cameroun

 

1

IMG 16 - 238/1 - Badge des FUMACOS DE LA F R C I (Forces Républicaines de la Côte d'Ivoire) - (Bernadinis Bruno)

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

IMG_16___239

IMG 16 - 239 - De G à D: PIVIN Maxime - Général FORAY, grand chancelier de la L H, ex-Lieutenant, chef du Cdo "Senée" - Général DELAYEN, ex-Capitaine des Cdos "Senée" et "Tempête + 4 C L A (compagnies légères d'accompagnement) - (Pivin Maxime)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

JEAN_Marcel_2

JEAN Marcel

IMG_16___240

IMG 16 - 240 - Certificat de commando, STAC Duguay-Trouin 1: 1947 - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

IMG_16___241

IMG 16 - 241 - Croix de guerre T O E avec étoile d'Argent - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

IMG_16___242

IMG 16 - 242 - Port de la fourragère T O E à titre personnel - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

IMG_16___243

IMG 16 - 243 - Médaille coloniale avec agrafe "Extrème Orient" - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

IMG_16___244

IMG 16 - 244 - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

IMG_16___245

IMG 16 - 245 - (Caroline Devisi, fille de Marcel)

IMG_16___246

IMG 16 - 246 - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

IMG_16___247

IMG 16 - 247 - Recto carte postale envoyée par "Julot" à JEAN Marcel - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

IMG_16___248

IMG 16 - 248 - Verso de la carte postale (IMG 12- 247) - (Caroline Devisi, fille de JEAN Marcel)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

12 morts au commando de Montfort lors de l'opération dans le djebel Bou Lerhfad (erreur de tir d'artillerie)

IMG_12___249

IMG 16 - 249

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

IMG 16 - 250

IMG 16 - 250 -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SELO Fortuné

SÉLO Fortuné

IMG 16 - 251

IMG 16 - 251 - (Sélo)

IMG 16 - 252

IMG 16 - 252 - (Sélo)

IMG 16 - 253

IMG 16 - 253 - (Sélo)

IMG 16 - 254

IMG 16 - 254 - (Sélo)

IMG 16 - 255

IMG 16 - 255 - (Sélo)

IMG 16 - 256

IMG 16 - 256 - (Sélo)

IMG 16 - 257

IMG 16 - 257 - (Sélo)

IMG 16 - 258

IMG 16 - 258 - (Sélo)

IMG 16 - 259

IMG 16 - 259 - (Sélo)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PIVIN Maxime 3

PIVIN Maxime

IMG 16 - 260

IMG 16 - 260 - (Pivin Maxime)

IMG 16 - 261

IMG 16 - 261 - (Pivin Maxime)

IMG 16 - 262

IMG 16 - 262 - (Pivin Maxime)

IMG 16 - 263

IMG 16 - 263 - (Pivin Maxime)

1

IMG 16 - 263/1 - (Pivin Maxime)

IMG 16 - 264

IMG 16 - 264 - (Pivin Maxime)

IMG 16 - 265

IMG 16 - 265 - (Pivin Maxime)

IMG 16 - 266

IMG 16 - 266 - (Pivin Maxime)

1

IMG 16 - 266/1 - (Pivin Maxime)

IMG 16 - 267

IMG 16 - 267 - (Pivin Maxime)

1

IMG 16 - 267/1 - (Pivin Maxime)

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LE BRIS Pierre (BRICE) 1LE BRIS Pierre (BRICE)

IMG

IMG 16 - 268

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

PAGANI Jean

PAGANI Jean-Pierre

L'embuscade de Phu Quoc

Fin Août, début Septembre 1948, le commando Jaubert (Cdt L/V HINDEN), chef 1 ère section (E/V 1 RAMBOZ), chef 2 ème section (E/V 1 PAOLI) est en opération dans le golf du Siam sur l'ex tender d'aviation allemand "Paul Goffeny" réarmé pour permettre l'embarquement sur l'arrière de 2 L C V P, engins de débarquement utillisés pour les opérations amphibies et mis à l'eau par une grue de forte capacité (13 à 18 tonnes). 1 L C V P peut transporter une section (30 hommes avec armes). Ce bateau s'avère être un excellent "porte commandos" pour les raids sur la côte avec les commandos marine et sert de bâtiment de commandement pour les opérations amphibies. Fin Août, notre lieutenant nous informe que notre destination est l'île de Phu Quoc située face à Réam à environ 45 Kms des côtes cambodgiennes où un important poste tenu par la coloniale, implanté à Duong Dong, gros village d'un millier d'âmes est depuis quelques temps harcelé par le vietminh. Notre mission principale: patrouiller et essayer de trouver les rebelles.

Nous débarquons sur la rive gauche du fleuve les derniers jours d'Août et le commando s'installe dans les anciennes habitations en ruines. A une cinquantaine de mètres de notre campement, une tour en bois d'une vingtaine de mètres de hauteur est occupée par des partisans qui sont installés sur une plate-forme de 5m/5m, cette tour contrôle un pont en bois d'une cinquantaine de mètres de long sur 2 mètres de large qui donne accès à l'entrée du village. Pour accéder en haut de la tour, des échelles fixes, la dernière est mobile et relevée le soir pour interdire l'accès à la plate-forme. Nous avons appris que les viets avaient mis le feu aux énormes poteaux à la base de l'édifice histoire de rigoler et de faire griller les partisans perchés en haut de leur tour et morts de peur, le renfort du poste avait fait fuir les viets et éteint le début d'incendie, puisant l'eau du fleuve qui coule à quelques mètres. Le poste de Duong Dong est implanté à la limite Est du village et comporte un important bâtiment en dur de 2 étages, autour du bâtiment et à l'intérieur dun poste des petits bâtiments servent de dortoirs, chambres et cuisine. Le poste est ceinturé par un mur en béton de 2,50 mètres de hauteur surmonté d'un réseau de barbelés, des emplacements de tir et une entrée qui donne sur le village, barrée dans la journée par des chevaux de frise, la nuit une énorme porte ferme l'entrée. Le côté Ouest qui donne sur la brousse est dégagé sur une profondeur de 200 mètres. L'armement lourd se compose d'un canon Bofor de 40 m/m de deux mitrailleuses de 7,62, de mortier de 80 et 60 m/m. L'effectif est de 2 lieutenants dont un chef de poste et un médecin, 9 sous-officiers + un gendarme, tous européens, et 150 tirailleurs d'origine Khmère et vietnamien. Les tirailleurs mariés habitent avec leur famille près du poste.

Le commando installé, les patrouilles commencent sections par sections, un jour sur deux nous sillonnons l'île de long en large sans y rencontrer un viet, quelques hameaux disséminés, les villageois vivent de l'agriculture et de la pêche, ils semblent coopératifs, mais nous disent qu'ils n'ont jamais vu un viet dans le coin... nous ne les croyons pas... Les journées passent, patrouilles, baignades dans le fleuve, c'est la vie de château, enfin presque, il manque le château.. Le "Paul Goffeny" nous ravitaille en vivres tous les deux jours. Début Septembre, je ne me rappelle plus la date exacte, des trombes d'eau s'abattent sur l'île accompagnées de vents violents, nous apprenons qu'il s'agit d'un typhon qui passe à 200 Kms au large de l'île, les toits de nos baraques sont de vraies passoires, nos ponchos nous protègent. Au bout de 24 heures le soleil réapparait, mais toujours du vent. Les patrouilles continuent, toujours pas de viets. La mauvaise nouvelle arrive au retour d'une patrouille, nous ne pouvons plus être ravitaillés, une énorme barre s'est formée à l'embouchure du fleuve et empêche le L C V P d'approcher, il a été obligé de faire demi tour. Nous entamons nos rations de combat. Le troisième jour le poste nous ravitaille en riz, la seule boisson: de l'eau que nous puisons dans un vieux puits, pas de viande, nous sommes au régime: riz le matin, riz le midi, riz le soir, et ça va durer pendant une semaine. Entre temps l'E/V PAOLI et quelques volontaires décident d'essayer de passer la barre, l'affaire tourne court, le dinghy (genre canot de sauvetage pouvant embarquer 8 hommes avec armes et que nous utilisons pour des raids silencieux de nuit) est retourné comme une crêpe, heureusement tous les participants sont en slip de bain et bons nageurs, ils regagnent la terre ferme, le dinghy derrière eux, les pagaies ont disparu. Une jonque de pêcheur tentera de passer, mais impossible. Je ne me rappelle plus qui a eu l'idée d'aller chercher sur le terrain la viande qui pourrait améliorer notre ordinaire. Avec l'accord du Cdt du commando et du poste il est décidé que la première section irait faire le marché en payant bien sur nos achats. Le gendarme du poste serait le garant et c'est lui qui paiera, l'achat de deux ou trois cochons est envisagé.

Le 11 Septembre la première section s'équipe très légèrement, le matin, l'E/V RAMBOZ avait fait laver sa tenue de brousse, il décide de mettre un short blanc et une chemise blanche, avec bien en évidence ses galons. Nous quittons notre campement en début d'après midi, un tirailleur du poste qui connait bien le secteur nous sert de guide et d'éclaireur. Dès le départ, deux enfants d'une dizaine d'années que nous n'avions pas remarqués précèdent le tirailleur d'une bonne trentaine de mètres, ce dernier semble nerveux et inquiet, quelqu'un en fait la remarque, nous n'en tenons pas compte. Le tirailleur interpelle les enfants qui disparaissent. Nous nous mettons en route, en tête, le tirailleur suivit à 50 mètres du lieutenant et du gendarme et du premier groupe, le deuxième groupe ferme la marche. Nous suivons un chemin bien dégagé au début, mais qui se rétrécit de plus en plus, sur les côtés une végétation très dense, le tirailleur est toujours en tête, mais avec la végétation nous ne l'apercevons plus. Cela fait une bonne heure que nous marchons, un coup de feu claque c'est sûrement le tirailleur qui a tiré, dans les 2 à 3 secondes suivantes une rafale réplique, et aussitôt nous sommes pris sous un feu nourri, explosions de grenades, des plaintes, des cris; qui a riposté le premier? Combien de temps a duré la fusillade? 30 secondes, une minute, la visibilité est nulle, nous ne voyons personne, où sont-ils cachés? Le calme revient, à une quinzaine de mètres, au milieu de la piste le lieutenant est allongé, le gendarme est assis à côté de lui, il semble blessé, le tireur au FM du premier groupe est blessé et geint, le chef du 2ème groupe est blessé, d'autres se plaignent d'éclats de grenades, le gendarme se traîne vers nous, il a une balle dans la cheville, il souffre, il est à côté de moi, je me rappelle que dans le paquet de pansement individuel que chaque Cdo a sur lui il y a une piqure de morphine qui ressemble à un tube de dentifrice en réduction, à l'extrémité une aiguille, c'est la première piqure que je fais, après un moment il semble moins souffrir. D'autres ramènent le corps du lieutenant, il a pris une rafale en pleine poitrine. Nos gradés décident de ne pas aller récupérer le tirailleur qui est sûrement mort. Nous commençons notre repli, portant chacun à notre tour le corps de notre lieutenant et le gendarme, il faut absolument aider les blessés, nous sommes aux aguets, de chaque côté de la piste des bruits suspects mais nous ne voyons personne, nous suivent-ils pour nous attendre plus loin? Les voltigeurs qui ouvrent la piste aperçoivent le reste du commando qui vient à notre rencontre, ils ont entendu la fusillade et les explosions et ont rapliqué. Tout le monde souffle! Ouf...

La soirée est triste, nous n'avons pas beaucoup dormi cette nuit là en revivant ces moments, le riz nous a paru plus fade que d'habitude. Le lendemain une opération est montée avec le renfort d'une section du poste, nous avons repris la même piste, nous sommes passés aux mêmes endroits avec un petit pincement au coeur, nous avons découvert des trous individuels bien camouflés, pas étonnant que nous n'ayons rien vu.

La section des tirailleurs a arrêté deux suspects dont un japonais connu pour sa sympathie pour les viets. Après avoir été interrogés par les tirailleurs du poste, ils ont avoué avoir participé à l'embuscade et dévoilé son montage, nous étions tombés sur le premier bouchon grâce au tirailleur dont le corps a été retrouvé à l'emplacement de l'embuscade, un terrain bien dégagé, sans abri, et si nous nous y étions engagés comment aurions nous pu nous en sortir?

Le commandant nous a réunis pour nous expliquer le montage de l'embuscade, le premier bouchon sur lequel nous sommes tombés devait, si tout s'était passé comme prévu par les rebelles, nous barrer la route du retour, un deuxième échelon était en place sur l'avant de l'embuscasde, ce qui nous laissait peu de chance.

Les deux suspects ont été fusillés le lendemain en fin de matinée par un peloton d'exécution du poste, les notables du village réunis "Manu Militari" ont assisté à l'exécution ainsi qu'une délégation du commando dont je faisais partie. Cette exécution a laissé un malaise dans nos rangs et troublé plus d'un. Nous avons continué à manger notre ration de riz pendant encore 3 jours sans jamais parler de viande, et puis le temps s'est calmé. Nous sommes remontés à bord du "Paul Goffeny", direction le Cap Saint Jacques, notre base arrière, le corps de l'E/V RAMBOZ a été par la suite rapatrié en France. L'E/V RAMBOZ a été remplacé par l'E/V BIART.

Ce récit est la vision que j'ai perçue, d'autres l'ont peut-être vue différemment.

Pour ne pas oublier et garder la mémoire.

Jean-Pierre PAGANI le 22 Octobre 2006

Première section de Jaubert:

E/V RAMBOZ chef de section, S/M LE GALL adjoint, S/M VIGNERON chef du 1er groupe, S/M VOLSTROFF chef du 2ème groupe, Q/M maistranciers GRÉE, MALLEJAC, TARDIEU, matelots BOUREL, CLÉMENT, DRUNEAU, KERMARREC, LE BRIS, LÉON, MANACH, MINIER, PAGANI, PENET, QUEMENEUR, RAY, SALAUN, TALLEC, TROUVERO, VOLANT. Si j'en ai oublié, qu'ils veuillent bien m'excuser, cela fait 58 ans.

IMG 16 - 269

IMG 16 - 269

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

C'est grâce à:

Grandjean Roger

Que: COLOMBIER Jean

COLOMBIER Jean

A fait la connaissance de:

Jacqueline

Jacqueline

A port-Fouad on m'annonce que j'allais avoir une grande perm. C'était en 1956, (j'ai quitté Montfort en Juin 56 pour rempiler dans les bérets rouge), et un jeune arrivé me demande où vas-tu aller?

- A côté de Caen.

- J'ai une correspondante à Caen, tu vas la voir. C'était GRANDJEAN qui me donnait les coordonnées et une photo de Jacqueline. Chose faite en Janvier 1957.

C'était à Caen que je faisais tous les papiers pour mon changement de corps, cela ne plaisait pas à Jacqueline... Je suis affecté à Bayonne: 1er RPIMA. Arrivé à la citadelle un capitaine me demande si je veux être instructeur, réponse positive; et me voilà réaffecté à Mont-De-Marsan comme instructeur. Marches aux jeunes, parcours, etc... C'était un autre Siroco. Le sac de noeuds, les gars arrivés à la majorité étaient engagés d'office ou presque pour éviter les emm... dans le civil. Le 07 06 1957 nous recevons des équipements neufs et de l'armement pour aller défiler le 8 à Toulouse. Retour dans l'après-midi, si des vieux de Montfort lisent cette histoire, ils se souviennent certainement de MORO Bernard, un gars formidable pour nous faire rire, ce jour là, j'avais au moins 36 MORO. A l'arrivée, surprise, Jacqueline est là; résultat: elle me fait résilier mon engagement et je me retrouve dans la vie civile. Décembre 1957 nous nous marions. A cette époque figurait dans le journal "Ouest-France" une rubrique "Mouvements des navires" et en 1959 c'est le retour de "Montfort" à Saint Mandrier. Je ne me souviens plus de la date exacte en 1959, au "Château vert" à Saint Mandrier, j'apprends la mort de beaucoup de gars, dont VAN HILL et aussi GRANDJEAN. Depuis 1957 je suis avec Jacqueline, souvent elle me dit avoir un AVC (traduction: Ah! Vieux Con). Les commandos m'ont donné que de bons souvenirs; c'est formidable, les gars.

04 05 2014 - COLOMBIER Jean

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////