Ruban_Montfort

En Indochine (1)

L'enseigne de vaisseau de Montfort

Né le 13 septembre 1920 à Pouligny Saint-Pierre (Indre), Louis, André, Marie de Montfort entre à l'école Navale en 1939. Promu enseigne de vaisseau de 2ème classe le 15 juillet 1940, il embarque en stage sur plusieurs bâtiments : Baliste, El Biar, Colbert. Puis, après un court séjour sur l'aviso La Batailleuse de septembre à novembre 1941, il est affecté à l'état-Major de l'amiral Commandant les Forces de Haute Mer, puis de février 1942 à mars 1943 au contre-torpilleur Volta. Il est alors mis en congé d'armistice.

Rappelé au service en septembre 1944, il participe d'abord à la reconquête de la région frontalière de Vintimille, puis est affecté à la Brigade légère d'extrême-Orient qu'il rejoint en septembre 1945. Après avoir commandé une compagnie de reconnaissance en Cochinchine, on lui confie le commandement de la jonque Paimpolaise puis il est affecté à un commando comme chef de section en Cochinchine puis à Haïphong.

Le 9 février 1946, de Montfort est cité à l'ordre de la Division : "Jeune officier enthousiaste et d'un grand courage. A toujours mené sa section au feu avec ardeur et parfaite connaissance de son métier. Le 4 novembre 1945, au cours d'une patrouille de reconnaissance, a entraîné le premier sa section dans le franchissement d'un pont battu par un fusil mitrailleur rebelle. Au cours de diverses opérations a capturé à l'adversaire un nombre important d'armes à feu."

Il venait d'être nommé au commandement d'un dragueur lorsque le 26 novembre 1946, il est blessé mortellement à Haïphong.

Le 17 février 1947, la compagnie de la commando de la 1ère FFFM (Flottille Fluviale de Fusiliers Marins - Compagnie commandant Jaubert) est citée à l'ordre du Corps d'armée : "Unité d'élite plein de dynamisme et d'ardeur, commandée par le lieutenant de vaisseau Merlet qui, après avoir participé activement comme compagnie de reconnaissance de la 1ère DCEO aux opérations des Alpes Maritimes en avril 1945, a été incorporée à la BMEO et envoyée en Extrême-Orient. Débarquée à Saïgon avec les premiers éléments du corps expéditionnaire le 20 octobre, a participé du 20 octobre 1945 au 15 janvier 1946 aux opérations de la Libération de la Cochinchine-Ouest, prenant d'assaut Mytho le 26 octobre, Vinh Long le 20 octobre, Cantho le 30 octobre ainsi que de nombreuses villes et villages dans le courant de novembre et décembre, infligeant de lourdes pertes à la piraterie locale dans les régions solidement tenues par elle.
Dirigée ensuite sur le Tonkin, a été mise à terre la première sur le sol tonkinois, le 6 mars 1946, à la coupure de Vu Yen, assurant la sécurité du passage de la flotte de débarquement et le débarquement ultérieur.
Son chef blessé et rapatrié après les incidents du 28 avril, cette unité a participé sous le commandement de l'enseigne de vaisseau de Montfort aux durs combats de Haïphong (19 au 30 novembre) nettoyant et occupant les quartiers indigènes, infligeant de lourdes pertes à l'ennemi.
Au cours de ces combats, a perdu une deuxième fois son chef tué en pleine action."

Le 12 avril 1947, de Montfort est nommé chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume : "Officier d'élite, plein d'allant et de bravoure, a montré les plus belles qualités militaires tant au cours des opérations de Cochinchine avec la compagnie de la Brigade Maritime d'extrême-Orient et au commandement d'une jonque armée qu'au cours des opérations du Tonkin.
Commandant d'une compagnie de fusiliers-marins de la 1ère Flottille Fluviale des Fusiliers-Marins, chargé du nettoyage d'un quartier de Haïphong lors des combats de 1946, a été mortellement blessé à son poste au cours d'une reconnaissance le 27 novembre."



de_MONTFORT

Enseigne de vaisseau de 1 ère classe: Louis De Montfort

Le commando De Montfort est constitué au centre Siroco au printemps 1947, embarque sur le PA Dixmude pour l'Indochine le 19 09 1947 et y arrive le 20 10 1947. A partir de cette date, il sera présent sur les différents théâtres d'opérations successivement sous les commandements de:

LV Pascalidis ( mortellement blessé au Rach Ba Lang le 18 12 1947 - EVI Imbert - LV  Dequet -  LV  Servent -  LV  Taro  -  LV  Collet -  LV Daubet.

Le commando est dissous le 1er décembre 1954 et son personnel européen versé au commando Jaubert, son personnel autochtone au commando "Ouragan". Il est reconstitué pour servir en AFN au début 1955.Le commando De Montfort a été cité quatre fois à l'ordre de l'armée et la fourragère aux couleurs de la médaille militaire avec "olive" aux couleurs de la croix de guerre des TOE lui a été attribuée le 12 03 1954.

Il est à nouveau dissous le 10 10 1957 pour être reconstitué le 29 09 1969.

Basé à Lorient, le commando de Montfort est spécialisé dans l'appui et destruction à distance. Dans ce cadre, il dispose de tireurs d’élite et de matériel lourd (mortiers, postes de tirs anti-chars,…) ainsi que de moyens de désignation et d'éclairage pour conduite d'appuis feu aériens ou d'artillerie terrestre, qu'il peut mettre au profit des 4 autres commandos Marine.

Présent sur tous les territoires, le commando participe à différentes missions et opérations: 1989: Capselle/Liban, 1991 : Corymbe/golfe de Guinée, 1992: Iskoutir/Djibouti, 1993: Balbuzard/Adriatique.

Le 01 10 1993, le Grouco est dissous, le commando passe sous le commandement direct du commandant des fusiliers marins et des commandos ( COFUSCO).

Le 17 10 1994, les commandos d'assaut sont restructurés en trois escouades de 24 hommes et une escouade de commandement et de transmission de 8 hommes, soit 80 personnes.

Le commando de Montfort a entre autre effectué ces dernières années, l'évacuation de ressortissants occidentaux lors des troubles au Yémen (1994), l'opération Pélican d'évacuation de ressortissants au Congo-Brazzaville avec le 1er RPIMa et le commando Hubert (1997), l'opération Espadon de récupération de ressortissants en Sierra-Léone (1997), une mission dans les TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) avec le commando de Penfentenyo (1997), la mission SFOR en Bosnie avec le commando Hubert (1997), et plus récemment, les hommes des commandos Hubert et de Montfort se sont illustrés au sein de l'extraction Force en Macédoine avec leur camarades de la 1ère compagnie de combat du 17ème RGP.

Un drame a endeuillé le commando, le 2 novembre 2001. Son commandant, le lieutenant de vaisseau Henri Thiers, a disparu en mer. Une stèle a été dressée par les hommes du commando de Montfort sur l'îlot de la passe du Goubet au fond du golfe de Tadjourah, là où Henri Thiers a plongé pour la dernière fois.



CommandodeMonfortnumeroteblason02

Cdo_Montfort__5_

Cdo Montfort (1)

Cdo Montfort (3)

 

fanion_montfort

Morts pour la France en Indochine:

de MONTFORT Louis (LV) - DUBREUIL Guy, Q/M 2 radio, le 05 09 1952 à Kim Giac - FAUCHE (Mécanicien) - FIZAINE Jean Q/M 2 fusilier, le 30 11 1947, région de Cantho (noyade en opération) - GRILLE Jacques (EV2 R) le 29 01 1950 à Saïgon, suite blessures - MARIN Christian, Q/M 1 fusilier, le 16 07 1953 à Hoa Thanh, Annam - NGUYEN VAN HOA, Q/M 2 fusilier, le 24 01 1954, à Phu Cau, Annam -  NOURRY Pierre, Maître fusilier le 20 02 1952 en mer, île de la Cac Ba, Tonkin, suite blessures - PASCALIDIS Claude (LV),à Cantho suite blessures le 18 12 1947 - PILLARD Gérard, Q/M 2 fusilier, le 13 08 1952, Cap Batagan, Annam, suite blessures - SARTON du JONCHAY Renaud (EV 1) le 22 01 1954 à Phu Lé Annam.

 

IMG 12 - 0

IMG  12 - 0 - 1953/54 -  Cdo De Montfort en Indochine, pacha: L/V  DAUBÉ Pierre. Debout,premier rang, de G à D: 3 ème: ROBE Roger 5 ème PELTIER, 6 ème PATRAS Armand, 7 ème: DELESSARD Claude,  accroupis, 7 ème KUROWSKI Michel ( avec le sourire), troisième rang, 16 ème M/T MAYEUR, 17 ème L/V CHARRIER, 18 ème DAUBÉ Pierre, 19 ème AUSSARESSE Armand, 21 ème LETELLIER René, 22 ème E/V1 BREZET, 23 ème LEMONNIER Louis dit la Jeep,  24 ème GIGI Jean-Pierre, 29 ème BRIMONT Jean - (Kurowski Michel)

IMG 12 - 0_1

IMG 12 - 0/1 - Zoom de la moitié de l'IMG 12 - 0 - (Leroy Lucien)

IMG 12 - 0_2

IMG 12 - 0/2 - Zoom de l'autre moitié de l'IMG 12 - 0 - (Leroy Lucien)

MONTFORT_1

IMG 12 - 1 - 1951/52 -  (Robe Roger) La surprise par la rapidité et par le choc a été obtenue en de nombreuses occasions, ce fut le cas de la plupart des débarquements côtiers effectués de nuit par embarcations silencieuses (doris ou radeaux à la pagaie): coup de main en Annam sur la gare de Sa Huynh, en Juillet 1950, où le commando "de Montfort"  surprit des guetteurs sommeillant sur les plages. Mais il ne faudrait pas croire que la réussite de la surprise entraîne la réussite d'un coup de main, les guetteurs ont bien été surpris, mais le Cdo ne trouva pas la gare dans la nuit, les renseignements étant périmés, celle-ci avait été déplacée de 1 Km par le Viêt-Minh. Lorsque le Cdo la trouva enfin, il faisait jour et le chef de gare, que chacun se promettait d'aller cueillir dans son lit était parti. Comme tout ce qui offrait de l'intérêt dans cette gare -  (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe des commandos)

MONTFORT_2

IMG 12 - 2 - 1951/52 -  (Robe Roger) Toujours la surprise:  Au cours de l'opération "Géranium" en Janvier 1950, le commando "de Montfort" réusit deux coups de surprise sensationnels: l'attaque en plein jour d'un camp rebelle dont les troupes étaient en train de se baigner dans un rach et perdirent 40 tués et des armes, et le lendemain la prise de nombreuses jonques en cours de chargement - L/V ALLONGUE, Cdt du groupe des commandos)

IMG 12 - 3

IMG 12 - 3 - 1949/51 -  l'Amiral REBUFFET passe l'inspection après une opération de représailles - ROUDIER  Guy, BESSIERES Pierre, PETRYSZYN Pierre,  DEL CASTILLO Norbert dit CASTEL , SERVENT Victor le Pacha - (Musiolik René)

MONTFORT_7

IMG 12 - 4 - 1951/52 -  (Robe Roger) Le Nuoc Mam est un concentré de jus de poisson fermenté que fabriquent les vietnamiens. Il y a des crus, comme pour le vin, celui de Phu Quoc est le meilleur. Ça sent fort, c'est vrai, mais c'est délicieux. On en verse sur tous les mets, même sur la viande. A l'hôpital j'en donnais une cuillerée à soupe tous les matins à mes convalescents. J'en avais fait analyser un échantillon par un laboratoire; il y a dedans tout ce qu'il faut pour l'organisme: des sels, du calcium, du fer, du phosphore, des vitamines, etc. Je pensais qu'avec du riz et du Nuoc Mam, un peu d'opium pour se soigner, on pouvait faire le tour du monde - Je le pense toujours. (Pierre Schoendoerffer - Le crabe tambour)

IMG 12 - 5

IMG 12 - 5 - (Robe Roger)1951/52 - GUERRE ... est un mot qui ne trompe pas. "Opération de police", action de guérillas, etc... sont des termes qui prêtent à équivoque, mais qui ne dupèrent pas longtemps les soldats d'Indochine. C'est bien comme une guerre que s'inscrit à notre trop long palmarès de peuple combattant, la campagne d'Indochine. Un guerre étrange en vérité. (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 6

IMG 12 - 6 - 1951/52 - (Robe Christian, fils de Roger)

MONTFORT_14

IMG 12 - 7 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Les troupes françaises eurent à lutter contre une rebellion à tropis visages différents:
 a) Les rebelles réguliers. Régiments, bataillons, cadres et matériels appropriés - b) Les rebelles en bandes organisées qui se donnent un chef et possèdent des armements hétéroclites - c) Les rebelles dont la rebellion n'est qu'une forme de banditisme pur. Celui-ci s'exerçant au détriment des habitants, par le pillage, la destrution, etc...  (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 8

IMG 12 - 8 - (Robe Roger) - 1951/52 - L'armée régulière du Viet-Minh a surtout opéré au Tonkin et en Nord Annam à Vinh, Bac-Ninh, Phu-Lang-Thuong, Nam-Dinh, Haïduong, Haïphong, Hué, Hongay, Tourane, etc - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 9

IMG 12 - 9 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Les forces du Viet-Minh se décomposent ainsi: 1) Armée régulière ou Vé-Quoc - 2) Formations para-militaires - 3) Formations politiques - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_20

IMG 12 - 10 - 1951/52 - (Robe Roger) - 1) L'armée régulière ou Vé-Quoc se compose de divisions à trois régiments, de régiments à trois bataillons - 2) Les formations para-militaires sont composées: a) de troupes de guérillas ( 100 à 200 hommes) au rôle offensif, b) Les Tu-Vé, groupements d'auto-défense des agglomérations - c) Les unités spéciales anti-parachutistes - d) Les volontaires de la mort ( groupes de 10 hommes) - 3) Les formations politiques, composées de comités de surveillance, d'assassinats, etc... (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_22

IMG 12 - 11 - 1951/52 -  (Robe Roger) Les cadres du Viet-Minh étaient constitués de: 1) D'officiers japonais - 2) Ex-sous-officiers annamites de la garde indochinoise - 3) Quelques allemands, autrichiens, etc..., déserteurs de la légion étrangère ( recrutés par la France, peut-être trop légèrement) - 4) Soldats français félons, ex-miliciens etc...( qu'il nous est pénible de devoir mentionner) - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG_12___12

IMG 12 -  12 - Le Pasteur, grand "pourvoyeur"  de soldats et marins à destination de l'Indochine - (M Christine Egger, fille de Velluz Alfred)

MONTFORT_24

IMG 12 - 13 - 1951/52 -  (Robe Roger) Les cadres subalternes étaient composés de : 1) Chefs nommés par leurs bandes et qui, pour la plupart sont des bagnards évadés de Bueil-Xuyen ou de Poulo-Condor - 2) Responsables fournis par les comités des villages - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 14

IMG 12 - 14 -  1951/52 - Le Pasteur - (Robe Roger)

MONTFORT_26

IMG 12 - 15 - 1951/52 -  (Robe Roger) Les cadres para-militaires sont constitués de: 1) Commissaires politiques formant les rebelles au point de vue politique et plus spécialement les hommes de Xung-Phong. Le Xung-Phong est une unité de choc, dont les Tieudoi (Groupes) sont autonomes. Y sont admis les soldats prêts à obéir sans aucune hésitation, à exécuter les ordres et à mourir sans discussion. Les devoirs du soldat du Xung-Phong sont d'une sévérité de fer et la non-observation de l'un de ceux-ci entraîne une élimination pure et simple - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_27

IMG 12 - 16 - 1951/52 - A gauche: ROBE Roger -  (Robe Roger)Les unités anti-parachutistes (100 hommes) sont ainsi composées: 1) Un groupe de repérage chargé de déceler le point d'atterrissage des parachutistes et de dénombrer leur armement - 2) Un groupe de destruction ayant mission d'attaquer - 3) un groupe de sécurité ayant mission d'encercler le point d'atterrissage - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_28

IMG 12 - 17 - 1951/52 -  Le Pasteur ?? - (Robe Roger)

MONTFORT_29

IMG 12 - 18 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Il est aussi une constatation que l'on ne peut manquer de faire, c'est que notre politique en France, par son incurie, fortifia l'action des rebelles. Rappelons-nous que toute réussite exige un peu de passion et de foi, et ce sont là deux sentiments qui ne peuvent naître de l'insécurité et de l'incertitude dans lesquelles ont vécu nos soldats - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 19

IMG 12 - 19 - 1951/52 -  (Robe Roger) -  Le matériel et les armements dont disposait le Viet-Minh méritent d'être connus: a) Matériel pris à l'armée, à la garde indochinoise, à la résistance française avant le 09 03 1945 - b) Matériel cédé ou abandonné par les japonais - c) Matériel de contrebande (source certainement la plus importante) - d) Armes de chasse - e) Armes de fabrication locale - f) Armes prise au C E F E O à la suite d'engagements ou d'attaques de nos postes - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_31

IMG 12 - 20 - 1951/52 - (Robe Roger) Nature de l'armement: Fusils: mousquetons français, fusils anglais, fusils américains automatiques, fusils japonais - Carabines américaines - Mitraillettes: Sten ou Thompson - Mitrailleuses: légères ou lourdes: hotchkiss, américaines ( 30, 50) - Fusils mitrailleurs: Américains, japonais, français - Mortiers: toutes origines (60 et 81) - Grenades: toutes origines et fabrications locales - Mines: françaises, japonaises, de circonstance - Munitions: en quantités limitées -  Armement complémentaire: fusils de bois armés de piques, lances, sabres, coutelas etc... - Armement lourd: quelques canons: 75 français, DCA et anti-chars - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_32

IMG 12 - 21 - 1951/52 - (Robe Roger) A Saïgon, les rebelles cachent leurs armes, préalablement graissées dans les égouts de la ville, les kiosques de vente de fleurs, les trous que masquent les jarres pleines de riz ou d'eau. Le transport à travers Saïgon, Dakao, Cholon, Giadinh etc..., s'effectue en principe, par voitures de location ou par boîtes d'allumettes (petit tilbury local). Des jeunes filles, souvent, sont assises sur des sacs de riz ou des fagots de canne à sucre qui contiennent armes et munitions - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 22

IMG 12 - 22 - 1951/52 - (Robe Roger) - Heureusement nous avons des machines. Des radios qui nous relient les uns aux autres; des avions qui bourdonnent au-dessus de nous, des avions fragiles et seuls mais qui voient d'en haut bien mieux que nous, collés au sol que nous sommes; et des chars amphibies qui roulent sur l'eau, dans la boue, aussi bien que sur la route, et qui nous portent parfois, serrés sur leur blindage brûlant. Les machines nous sauvent. Sans elles nous serions engloutis dans cette boue, et dévorés par les racines de leur riz. (L'art français de la guerre: Alexis Jenni)

IMG 12 - 23

IMG 12 - 23 - 1951/52 - (Robe Roger) Les Viets, ce sont des Martiens, nous les tuons aussi,, mais comment ils meurent nous ne le savons pas. Toujours cachés, toujours partis, jamais là. Et quand bien même nous les verrions, nous ne les reconnaîtrions pas. Trop semblables, habillés pareil, nous ne savons pas ce que l'on tue. Mais quand nous sommes dans une embuscade, eux dans les herbes à éléphant, dans les arbres, ils nous tuent avec méthode, ils nous abattent comme des thons. Je n'ai jamais vu autant de sang. Il y en a plein les feuillages, plein les pierres, plein les arroyos verts, la boue devient rouge. C'est fou ce que l'on meurt vite là-bas. Les types qui arrivent, et il en arrive toujours par bateau de France, j'ai à peine le temps de les connaître, ils meurent, c'est fou ce que l'on meurt là-bas. (L'art français de la guerre: Alexis Jenni)

MONTFORT_35

IMG 12 - 24 - 1951/52 - (Robe Roger) - La Cochinchine qui est inondée les 3/4 de l'année, met au service du Viet-Minh, ses fleuves ( dont un grand nombre ont l'importance du Rhin), ses arroyos, ses rachs, ses rizières dans lesquelles évolue une population à la vie semi-aquatique. Les armes empaquetées dans de la toile imperméabilisée, son attachées sous des radeaux en bambous. Les sampans avec leur toiture en feuilles de lataniers, les fausses rames (creusées et contenant des cartouches), les chargements de paddy ou de bois, tout cela constitue de riches cachettes ambulantes  (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_36

IMG 12 - 25 - 1951/52 - (Robe Roger) Certains habitants ont pour mission d'accueillir les militaires avec enthousiasme. Des enfants er des femmes offriront des bananes et des gâteaux de riz, se montreront aimables et hospitaliers afin de gagner leur confiance, de les faire parler et de connaître les intentions des chefs. Les belles filles offriront leurs corps, et les instructions sont formelles: " il ne doit y avoir aucune hésitation quand l'intérêt du pays est en jeu" - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_45

IMG 12 - 26 - 1951/52 - (Robe Roger) - Ce sont les populations des villages qui plantent le décor grandguignolesque devant démoraliser les troupes françaises au cours des engagements ! La population allumera de grands feux produisant une fumée épaisse, elle fera résonner les tam-tam, sonner les cloches des pagodes, retentir de leurs bruits des objets de bronze; et enfin, lorsqu'elle en recevra l'ordre, passera à l'action directe, armée de bâtons et de lances en poussant de grands cris - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_46

IMG 12 - 27 - 1951/52 - (Robe Roger)Les combattants du Viet-Minh en Indochine peuvent, facilement, faire figure d'hommes inofensifs, car si certains soldats possèdent un semblant d'uniforme: culotte bleue, chemise blanche et un calot bleu à étoile jaune qui semble être la pièce maîtresse, il leur suffit de cacher armes et calots pour passer dans le secteur tenu par l'adversaire, le parcourir et agir au moment qui leur semblera opportun. Cette absence d'uniforme les favorise. Leurs positions et leurs campements sont couverts ainsi par des guetteurs qui passent inaperçus et leurs agents de rensiegnements et de transmission ont toujours l'aspect de pêcheurs ou de paysans paisibles. (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_49

IMG 12 - 28 - 1951/52 - (Robe Roger) Mais à travers ces dédales, les L C T vont et viennent. généralement c'est la marine de l'aventure, très différente de la grande flotte. Chacun de ces esquifs est fait pour des raids d'assassinat. Pour des coups sur les côtes viets où une poignée d'hommes débarque à l'esbrouffe et réembarque quelques heures après comme des voleurs, s'ils n'ont pa été coupés en morceaux. Pour la lente remontée des mornes fleuves tropicaux, des rachs et des arroyos, afin de détruire un village mauvais ou un chidoï ( une compagnie dans l'armée viet-minh) plus ou moins repéré. Mais parfois c'est la coque métallique du LCT qui est trouée à bout portant par un bazooka caché dans les broussailles folles des rives.Pour ce boulot il faut l'état d'esprit des corsaires. Il faut un officier de 20 ans, quelques matelots de bon acabit et la liberté de tout faire - ( Bodart, la guerre d'Indochine IV: l'aventure)

MONTFORT_50

IMG 12 - 29 - 1951/52 -  Comme quoi le stage commando à son importance - (Robe Roger)

MONTFORT_51

IMG 12 - 30 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Les agents de transmission les plus employés sont les enfants et les femmes. Les enfants portent les plis dans le fond de leur chapeau, les femmes dans les endroits les plus intimes, les hommes sous les parties, sous la plante des pieds, ou dans une poche intérieure d'un pantalon à la hauteur de la ceinture. Les transmissions d'ordres ou de directives de combat sont faites aussi à l'aide du tam-tam, du scott par lumière à feu et de postes de radio que le Viet-Minh possède en petit nombre - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_52

IMG 12 - 31 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Ruses de guerre du Viet-Minh: Ils se déguisent en chinois, costumes et insignes, ils espionnent et assassinent - Au cours des embuscades, certains mettent à profit la fièvre créée par le combat, ils se coiffent d'un casque ou d'un calot français, entrent en contact avec nos soldats et remplissent leur office de "grenadeurs" - Ils se camouflent dans l'eau des rizières, y respirent à l'aide d'un bambou qui émerge légèrement au-dessus de la surface de l'eau et, après le passage des français, se révèlent et tirent - L'intervalle compris entre les toits doublés des paillotes est l'emplacement idéal du tireur du Viet-Minh -  La jarre à riz ou à eau, recouverte ou non, dissimule parfois un homme -  Les maisons sur pilotis se révèlent être des cachettes de premier ordre, les V M sont collés aux pilotis, dissimulés par la vase - Les tireurs d'élite (snipers) japonais ou annamites opèrent avec maestria, suspendus, parfois, à une branche d'arbre par une culotte-bouée, qui, même blessés, les empêche de tomber -  Des VM armés, mais portant calots et insignes de partisans, s'approchent d'un poste et entament une conversation pendant laquelle un deuxième groupe progressera sur les arrière du poste et l'investira - Une femme, jeune et belle, essaiera de faire sortir un soldat de son poste. Flirt à quelques dizaines de mètres à l'abri des buissons et l'homme sera tué dans le plus grand silence - Le mouvement d'émulation patriotique lance le mot d'ordre suivant: " TUER LE PLUS GRAND NOMBRE POSSIBLE DE FRANÇAIS" - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_53

IMG 12 - 32 - 1951/52 -   (Robe Roger) - Un concours est organisé par "l'association des femmes du Viet-Minh" accordant une forte récompense au combattant ayant coupé le plus grand nombre de têtes françaises - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_54

IMG 12 - 33 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Citation à l'ordre de l'armée de mer: "commandé par le L/V DEQUET, pour sa constante activité de Septembre 1949 à Septembre 1950, qui a permis d'infliger aux rebelles des pertes sévères en hommes et en matériel. Effectuant 61 débarquements de jour et 11 de nuit au cours de 125 jours d'opérations, il s'est particulièrement distingué au Cap Falaise, à la pointe de Ca Mau, sur le Bassac, la rivière de Saïgon et aux cours de raids sur les côtes d'Annam en Juillet/Août 1950. Il a, en toutes occasions fait preuve d'un dynamisme et d'un courage remarquables, alliés à des qualités manoeuvrières qui lui ont valu l'estime de toutes les autorités qui l'ont eu sous leurs ordres - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_55

IMG 12 - 34 - 1951/52 -  (Robe Roger) - "La discipline faisant la force principale des armées, etc..." En quelques lignes, les principes de base, nécessaires à la réalisation d'une armée forte, sont là, définis. Ces principes ont été, sont et restent toujours vrais. Mais ce qui est vrai aussi, c'est qu'il existe deux disciplines: la discipline inhérente au temps de paix et la discipline inhérente au temps de guerre. Elles ne sont pas opposables; elles ont deux postulats distincts. - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

 

IMG 12 - 35

IMG 12 - 35 - 1950/52(Sélo) - Du jour au lendemain, le destin d'un homme peut être transformé en fonction d'évènements qui exigent de lui une adaptation partielle ou totale à un système de vie nouveau. Le comportement d'un soldat au combat peut être déterminé par une infinité de situations liées aux circonstances. Par loi d'enchaînement, cela revient à dire que des problèmes exeptionnels réclament des solutions exeptionnelles. (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_58

IMG 12 - 36 - 1951/52 - (Robe Roger) - Notre terre, zigzagante comme un ivrogne, est ceinturée par un comptoir imaginaire où viennent s'abreuver les maniaques du sang et de la mort. A ce bar lugubre et bien achalandé, le conflit d'Indochine est le plus invraissemblable cocktail jamais servi - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_59

IMG 12 - 37 - 1951/52 -  (Robe Roger) Nul ne peut contester que la campagne d'Extrême-Orient est une campagne aux caractéristiques exeptionnelles. Pour la discuter, pour la comprendre, il faut tenir compte, sur le plan général de notre colonisation toute récente, de la vie et des moeurs spéciales du pays, de son évolution au cours des années où il fut occupé par les japonais et les chinois, de ses réactions à la propagande de ceux-ci, de ses sincères aspirations nationalistes, de ses possibilités, etc... Sur le plan plus particulier de la guerre, il faut tenir compte des visées du mouvement Viet-Minh, et de son expansion, de la nature hostile du terrain et de sa faune, du caractère particulier des opérations engagées, des conditions anormales dans lesquelles elles sont entreprises et réalisées. - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_60

IMG 12 - 38 - 1951/52 - (Robe Roger) Il y a aussi le divorce existant entre la politique française métropolitaine et la politique française coloniale. Ces divergences contradictoires compromettent toute tentative d'entente comme toute possibilité d'un quelconque règlement. Par voie de conséquence, le soldat - et c'est là qu'est la faille -  sort de son rôle de machine non-pensante, pour retrouver son rôle d'humain qui réfléchi. Après s'être adapté à sa condition de combattant, l'homme qui luttait dans les armées alliées  sentait derrière lui, et près de lui, la nation entière et cela rendait facile la discipline qu'on lui imposait "obéir sans discuter", sous enrendu... sans réfléchir - L'homme formé à cette école s'est vu, en Indochine, placé devant une formule nouvelle que les faits construisaient pour lui: Obéir... oui, certes, mais sans cependant pouvoir s'interdire de réfléchir. (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 39

IMG 12 - 39 - 1951/52 -  (Robe Roger)D'une région à l'autre, d'une race à l'autre, d'une religion à l'autre, les coutumes sont particulières et les réactions différentes. Un village moï ne se "reconnaît" pas comme un village cambodgien et le bonze ne s'aborde pas de la même façon que le notable. Les bévues ou maladresses commises par ignorance peuvent être relevées à notre désavantage et de fausses manoeuvres participent à tendre les rapports qui, avec plus de compréhension, n'eussent demandé qu'à devenir cordiaux.- (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_62

IMG 12 - 40 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Citation à l'ordre de l'armée de Mer: Magnifique unité qui, sous les ordres du L/V SERVENT, n'a cessé de s'illustrer depuis son arrivée au Tonkin le 23 10 1950, par son allant et par sa valeur militaire. Engagé dans la zone côtière très importante qui couvre la baie d'Along, le commando se distingue dès son arrivée dans un raid audacieux de 5 jours le long de la frontière de Chine, du 26 10 au 02 11 1950, permettant le dégagement de Ha Coi et de Mon Cay, la reprise des postes de Tan Poun et de Tan Mai et ranimant partout où il passe l'esprit de résistance. Pendant 3 mois, poursuivant l'oeuvre entreprise, il multiplie ses coups de main et ses embuscades, participant à la bataille de Tien Yen du 25 12 au 01 01 1951 où il assura avec les 2 autres commandos, la sécurité de nos lignes de communication sur la côte - Appelé à la défense du delta, le commando, dès le 25 Janvier s'illustrait en enlevant d'assaut le village fortifié de Dong Binh au Sud de Hai Duong, infligeant de lourdes pertes aux rebelles solidement retranchés dans le village. Du 19 au 25 Mars, au cours de l'offensive rebelle du Dong Trieu, le commando se distinguait à nouveau par son efficacité et par sa valeur combative. Chargé d'interdire les infiltrations rebelles en direction de Haïphong dans la zone aquatique au Sud de Dong Trieu, il réussit à s'emparer de plusieurs agents de liaison Viêts-Minh et à neutraliser les patrouilles adverses qui tentaient le passage. Par son degré de préparation au combat et son activité incessante, cette unité d'élite a donné aux moments les plus difficiles le plus bel exemple de valeur militaire - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_63

IMG 12 - 41 - (Robe Roger) - 1951/52 - Le pont de Monkay Citation à l'ordre de l'armée de Mer: Unité d'élite sous le commandement du L/V TARO, n'a cessé d'affirmer les plus belles qualités de courage et d'audace. Engagé au Nord Vietnam dans le secteur de Ninh Giang et dans l'île de la Cac Ba de Décembre 1951 à Mars 1952, le commando se signale au cours d'une série d'opérations, où il inflige des pertes sévères à un adversaire opiniâtre, dans un terrain difficile. Prenant part à toutes les opérations et aux multiples coups de main de la campagne d'été dans le centre Vietnam, il se distingue en particulier au cours des fructueuses opérations effectuées sur la côte rebelle du 26 05 au 20 06 1952, où les coups les plus durs sont portés au potentiel de guerre du Viêt-Minh. Le commando "de Montfort" s'illustre à nouveau à l'occasion des importantes opérations combinées d'Août et Septembre 1952, notamment dans la régiuon de Hué le 24 Août et à Kim Giao (centre Vietnam) le 5 Septembre, où il brise de nuit une tentative de percée en masse des rebelles et prend une part très large à l'anéantissement du 101 ème régiment Viêt-Minh - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André)

1

IMG 12 - 41/1 - 1950/52, pratiquement la même photo que la précédente - (Sélo)

2

IMG 12 - 41/2 - 1950/52 - Le pont de Monkay - (Sélo)

3

IMG 12 - 41/3 - 1950/52 - Le pont de Monkay - (Sélo)

MONTFORT_64

IMG 12 - 42 - 1951/52 -  Un LVT - (Robe Roger)

MONTFORT_65_08_55_23

IMG 12 - 43 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Dans les déplacements nocturnes, il faut compter avec les chiens - Le plus humble nha-qué en possède un, en vertu, bien souvent, d'un mot d'ordre VM alerté ainsi par de subtils agents de renseignements. Le flair de l'animal détecte un mouvement d'hommes à des centaines de mètres, il le signale par des aboiements et bientôt tous les chiens de la région s'appellent et se répondent pour dénoncer la présence des explorateurs de la nuit - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

IMG 12 - 44

IMG 12 - 44 - 1951/52 - Avec la pipe: L/V TARO Réné, pacha du Cdo, à sa droite, E/V: BARTHES Georges, de dos: LAVERDET Raymond - (Tochon-Ferdollet Roger) -  Etat d'esprit: l'ensemble de l'unité a un excellent esprit combatif et militaire et est réhaussé par quelques éléments de valeur supérieure ou exceptionnelle - (Robe Roger)

IMG 12 - 45

IMG 12 - 45 - 1951/52 - Devant dans le doris: le mécano: LEROY Lucien -  (Robe Roger) -  Embarcations: les radeaux pneumatiques de type allemand de l'aéronavale, délivrés en remplacement provisoire, ne conviennent pas aux commandos. Ils sont de couleur jaune, sont trop fragiles et non compartimentés, la moindre perforation les met hors d'usage. Des radeaux américains provenant des surplus sont parvenus à Marseille, le jour de l'appareillage du "Dixmude", ils sont de toutes les tailles, depuis le radeau à 20 places, jusqu'au radeau à 4 places en passant par ceux de 6 à 8 places. Il serait souhaitable d'unifier leur type et d'attribuer 15 radeaux à 6 places par commando. Ce genre de radeau convient parfaitement à l'utilisation "commando". Je n'ai pu obtenir la délivrance de doris de type anglais, ni les boats assault M 2, ce matériel n'étant pas encore approvisionné. Je demande à ce que ces bateaux de débarquement très interessants pour les opérations de commando me soient envoyés dès que les approvisionnements le permettront - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG_12___46

IMG 12 -  46 - 1951/53 - Le ministre de la défense, PLEVEN, inspecte les troupes - (Ottiger Walter)

MONTFORT_74

IMG 12 - 47 - 1951/52 -  (Robe Roger) Habillement: Octobre 1947 : Obtenue à Saïgon la délivrance de 2 treillis en "drill teint vert" par homme. la couleur de cet effet se prête admirablement au combat en Cochinchine, sa forme est commode pour les pays chauds. Cette délivrance a été effectuée au titre du sac spécial commando, en remplacement provisoire des battle-dress de jungle - (Livre d'or des commando de la Marine - MISPELAERE André)

IMG 12 - 48

IMG 12 - 48 - 1951/52 -  (Robe Roger) Matériel:  J'insiste de nouveau sur la nécessité de délivrer des ceintures de sauvetage légères et peu encombrantes. La ceinture "Mae West" doit être remplacée par la petite ceinture bleue de type anglais - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André)

IMG 12 - 49

IMG 12 - 49 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Apparemment les gars de "Montfort" ont dû confondre vitesse et précipitation et ont cru de bonne foi, à la pieuse demande de leur pacha, concernant la nouvelle ceinture de sauvetage. l'intendance a dû faire la sourde oreille, car si mes souvenirs sont bons, en 1956/57, lors du débarquement en Egypte nous étions toujours équipés de "Mae West" - (Balisson Jean-Claude)

IMG 12 - 50

IMG 12 - 50 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Le "toggle-rope" n'est utilisé, en Indochine que pour servir de main courante lors des passages des ponts de singe constitués par un tronc d'arbre jeté en travers d'un rach. Du fait de cet emploi assez restreint, il serait préférable de les remplacer par des filins moins épais afin de rendre leur port moins pénible, surtout au point de vue encombrement - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_84

IMG 12 - 51 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Depuis notre arrivée en Indochine, nous avons été tour à tour mis en subsistance à la B A N Cat Lai, sur le "La Grandière", sur "La Malouine", à Marine Cho Moi, au 43 ème R I C, à Can Tho, sur le L C I 101, à Marine Phnom Penh, etc.. Il est évident que toutes ces unités ne vont pas, lors de notre passage améliorer leur ordionaire, bien au contraire. La solution, qui est d'ailleurs la solution type des commandos, est le groupement de plusieurs commandos, avec base arrière ( cuisine, cambuse, administration) propre à cet ensemble de commandos. Du point de vue des hommes, cette solution aurait le meilleur effet moral, car au retour d'opérations, ils se sentiraient chez eux et non pas comme des intrus qui viennnent jeter le trouble dans un service habitué à sa petite routine - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_89

IMG 12 - 52 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Armes et munitions: Vu l'utilisation actuelle du Cdo qui est plutôt celui d'une Cie d'armée de Terre, il serait utile d'augmenter le nombre de munitions portatives, et pour cela, de prendre l'exemple  des sections de l'armée de Terre, qui ont avec eux des partisans transportant, en particulier, des caisses de chargeurs F M et des caisses d'obus de mortier - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG 12 - 53

IMG  12 - 53 - 1951 - Frontière chinoise, Moncay, de G à D : LEROUX Robert, LEMONNIER Louis, GIBOUIN Jacques, KOELER, PENNEC Guillaume - (Robe Roger)

IMG 12 - 54

IMG 12 - 54 - 1951/52 - Opération sur les côtes d'Annam, destruction d'une voie ferrée - À gauche notre radio: DUBREUIL Guy - À la mitrailleuse 7,62: PENNEC Guillaume, de profil, assis BILLON Georges, au premier plan: le L/V TARO Réné, Pacha de Montfort, debout derrière un aspirant - (Robe Roger)

MONTFORT_98

IMG 12 - 55 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Habillement - J'ai été obligé, pour certains hommes, de leur supprimer en opération, le port du pantalon treillis et des guêtres. Le frottement de cette toile, plus ou moins rêche, et des guêtres a occasionné un grand nombre de petites plaies qui se sont facilement infectées, surtout au cours d'opérations de plusieurs journées. J'ai fait adopter occasionnellement pour de courtes opérations, surtout en cette période où la rizière est pratiquement sèche, le port des souliers type"Basket" qui rendent la marche moins pénible, beaucoup plus rapide et silencieuse. Elles présentent également l'avantage de ne pas blesser les pieds des hommes, mais ont l'incovénient de ne pas être très solides. Ces chaussures ont été payées par les hommes eux-mêmes !!!! - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG 12 - 56

IMG 12 - 56 - 1950/52 - (Sélo) - La situation des équipements est de plus en plus lamentable. Les pertes de chargeurs et divers accessoires deviennent inévitables. Les besoins immédiats du commando sont: 90 chapeaux de brousse, 90 équipements complets et homogènes, 50 tenues "battle dresse" en toile pour compléter à deux par homme celles qui viennent de parvenir - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_100

IMG  12 - 57 - 1951/52 -  (Robe Roger) - La D C A N de Toulon a réalisé une monture de lunette allemande sur un fusil MAS 36 - Je signale que de telles lunettes doivent être montées sur des fusils de précision sélectionnés, sans cela, leur présence n'améliore pas sensiblement les qualités de l'arme, ainsi que l'ont prouvé les tirs effectués à Toulon - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_108

IMG 12 - 58 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Armes: La mitraillette "Sten" est une arme de qualité inférieure qu'il serait bon de remplacer pour une autre mitraillette plus soignée et robuste dès que les approvisionnements le permettront - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_109

IMG 12 - 59 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Il est préférable d'utiliser des sampans à des radeaux pneumatiques. La navigation sur les rachs avec souvent un assez fort courant y est beaucoup plus sûre et surtout plus rapide. D'autre part c'est un matériel que l'on trouve partout et qui a déjà rendu de précieux services. Là encore, l'adjonction de partisans dans le commando serait d'une grande utilité - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_110

IMG 12 - 60 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Les voies de pénétration en Cochinchine sont surtout maritimes, elles ont des caractères bien définis. Dans le delta cochinchinois, le terrain plat et limoneux gagne chaque jour sur la mer; mais celle-ci, comme pour manifester que son abdication n'est pa totale, reprend chaque jour aussi, possession du 3/4 du delta au moment de la marée haute. Le dénivellement atteint presque deux mètres dans la région de Vinh-Long, ce qui explique qu'à marée basse, certaines voies fluviales sont inaccessibles, alors que certains filets grossissent et deviennent d'importants arroyos à marée haute. - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_111

IMG 12 - 61 -  1951/52 - (Robe Roger) - La situation matérielle se cartactérise par l'état très peu satisfaisant de l'équipement, c'est-à-dire fourniments et tenues d'opération de plus en plus usagés et pour lesquels le service H C C de Saïgon ne possède aucun rechange - (livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_112

IMG 12 - 62 - 1951/52 -  (Robe Roger)

IMG 12 - 63

IMG 12 - 63 - 1950/52 - Encore une opération dans la baie d'Along - (Leroy Lucien)

IMG 12 - 63_1

IMG 12 - 63/1 - 1950/52 - Même image que la précédente, mais colorisée,  on distingue mieux dans le M 2 de tête, 2 ème à droite: LEMONNIER Louis dit la "Jeep" - Combattants d'indochine, Mai 52 et Christian ROBE -

MONTFORT_117

IMG 12 - 64 - 1951/52 -  (Robe Roger)

MONTFORT_119

IMG 12 - 65 - 1951/52 - Tender d'aviation "Paul Goffeny" -  (Robe Roger)

MONTFORT_122

IMG 12 - 66 - 1951/52 - (Robe Roger)

MONTFORT_123

IMG 12 - 67 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Note 11 du 01 10 1948 - Il semble qu'après une session d'instruction complète, 90% de l'équipage aurait été à même d'obtenir le certificat de commando, compte tenu des éliminations survenues pour inaptitude physique. J'ai l'intention de faire subir les épreuves du certificat commando à l'issue du stage à Dalat, afin de faire bénéficier un certain nombre d'hommes de ces avantages - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_124

IMG 12 - 68 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Aptitude physique - Le personnel destiné au "groupe de renfort" a, en principe, passé une visite d'aptitude à faire campagne dans son unité d'origine avant de rallier le centre Siroco. Ces hommes ont subi une 2ème visite à Siroco, et ont, en plus, passé une contre-visite au 5 ème dépôt de Toulon. Malgré ces précautions, il est probable que deux éliminations pour inaptitude physique à la spécialité de fusilier-commando soit prononcée à l'arrivée à Saïgon. En effet les conditions d'aptitude physique à la spécialité de commando n'ont pas été édictées, et il est certain que les conditions d'aptitude à faire campagne actuellement exigées ne sont pas assez rigoureuses - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG 12 - 69

IMG 12 - 69 - 1951/52 -  (Robe Roger) - 1947: Habillement - L'unité a été habillée avec du materiel américain et anglais jusqu'à la mise en service du nouvel habillement type fusilier-commando - (Livre d'or des commando de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_128

IMG 12 - 70 - 1951/52 -  (Robe Roger) - En construisant de toutes pièces une doctrine, le Viet-Minh a réussi à créer un véritable fanatisme. Ce même fanatisme nous ne pouvons l'exiger de nos combattants, nous ne pouvons leur demander de courir sur la position ennemie avec du plastic autour du ventre. Mourir, pour nous, n'est pas comme pour les viets, continuer à vivre. Par ailleurs, la lutte engagée par la France en Indochine ne requiert pas cet holocauste, mais il est évident qu'une unité régulière Viet-Minh, déjà pleine de mordant, devient de fer, si elle est animée d'un esprit de sacrifice total (La bataille du Tonkin, Roger Delpey)

MONTFORT_129

IMG 12 - 71 - 1951/52 -  (Robe Roger) Lors de l'opération du 18 12 1947 du rach Can Tho et à la suite de l'accrochage survenu au rach Ba Lang, nous avons eu, du fait de l'explosion d'un obus de mortier (3 blessés graves, 2 légers, plus un certains nombre d'hommes touchés par des éclats), à la suite de cet accident, le commando s'est trouvé considérablement réduit,, au point qu'actuellement en tenant compte des malades, nous avons à chaque départ en opération un déchet de personnel d'environ 15 à 20 hommes - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_130

IMG 12 - 72 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Rations type "K", n'existent pas actuellement en magasin à Toulon. Il serait urgent d'obtenir la délivrance de telles rations qui sont les seules pouvant être utilisées en opération par une unité telle qu'un commando - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG_12___73

IMG 12 - 73 - 1951/53 - Le ministre de la défense, PLEVEN, rend visite aux marins - (Ottiger Walter)

MONTFORT_133

IMG 12 - 74 - 1951/52 -  (Robe Roger) - 18 12 1947, opération le long du rach Can Tho - Le départ du commando de Can Tho se fait en camions vers 2 H25 en direction de Cai Rang où il arrive à 2 H 35. Départ en colonne de Cai Rang à 5 H 10, dès la sortie l'alerte est donnée chez les rebelles. Les premiers éléments abordent le rach Ba Lang à 6 h. Un sampan à moteur arrive, mais le Cdt décide d'utiliser des sampans ordinaires armés par des Hoa Hao, plutôt que le sampan à moteur peu discret, et donne l'ordre à ce dernier de s'éloigner en direction de Cai Rang. La 1ère section s'établit en protection autour du point d'embarquement, la 2 ème traverse le rach Ba Lang. A 6 h 15, retour des sampans, le groupe de commandement s'apprête à embarquer, ainsi que la 1 ère section. A ce moment là, un feu nourri d'armes automatiques, dont une mitrailleuse légère, part de la rive opposée en ayant pour objectif le sampan qui était resté par le travers à la suite d'une légère avarie de moteur - (Livre d'or des commanbdos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_135

IMG 12 - 75 - 1951/52 -  (Robe Roger) - 18 12 1947, opération le long du rach Can Tho (suite) - Le L/V PASCALIDIS donne aussitôt l'ordre de mise en batterie des mortiers, tandis que la 1 ère section se place en position défensive. Au premier départ, une explosion se produit à la sortie du tube d'un obus de mortier canadien de 2 pouces en blessant grièvement le Cdt et deux matelots, blessant légèrement le chef du groupe commandement et 1 matelot, touchant de multiples éclats un certain nombre d'hommes. Tandis que les soins d'urgence sont donnés aux blessés, le Cdt rappelle la 2 ème section qui retraverse la rach Ba Lang sans incident. Le feu de l'ennemi qui s'était dirigé un moment sur le commando a cessé presque aussitôt (le sampan à moteur ayant pu se dégager et rallier Cai Rang. Le 1 er groupe de la 1 ère section est envoyé aussitôt vers Cai Rang afin de demander du secours, les blessés sont embarqués dans les ambulances et dirigés sur Can Tho. L'ordre est donné de terminer la 1 ère phase de l'opération. Traversée du rach Ba Lang de tout le commando qui progresse le long du rach Can Tho jusqu'à la prise de contact avecc les Hoa Hao. Quelques coups de feu partent de la rive opposée. Retour à Can Tho vers 10 h - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_136

IMG 12 - 76 - 1951/52 - (Robe Roger) - 18 12 1947, opération le long du rach Can Tho - Il est regrettable que le commando n'ait pas été averti de la mise hors de service des projectiles canadiens pour mortiers de 2 pouces. Ces munitions avaient été cédées par Marine Can Tho afin de remplacer les munitions allemandes de portée inférieure. Seule la proximité du poste de Cai Ran a permis l'arrivée rapide des secours qui ont probablement sauvé la vie de 2 matelots, grièvement blessés. Le manque d'infirmiers de métier se serait fait plus durement sentir, si les délais d'arrivée des secours avaient été plus longs. Malgré les quelques expériences que chacun peut avoir, les soins à donner aux blessés graves resteront un problème important pouvant entraîner des pertes humaines beaucoup plus nombreuses. D'autre part, le manque de personnel infirmier a forcé à laisser à Can Tho un certain nombre de blessés legers, démantelant ainsi momentanément l'organisation du commando qui reste toujours très juste du point de vue de son effectif. L'attitude des deux blessés graves doit également attirer l'attention, car conscients de la gravité du moment, ils n'en ont pas moins fait preuve de bonne humeur et de patience, donnant ainsi un bel exemple de courage et de sang froid. Le L/V PASCALIDIS a assuré le commandement effectif du commando jusqu'au moment de son évacuation - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_137

IMG 12 - 77 - 1951/52 -  (Robe Roger) - 18 12 1947, opération le long du rach Can Tho - Pertes amies: 1 mort des suites de ses blessures (L/V PASCALIDIS), il ne reprendra pas connaissance, malgré une intervention réussie, 2 blessés graves (les matelots LLORCA et LAMOULEN), quelques blessés légers - Résultat de l'enquête: sur l'accident du point de vue technique: 2 hypothèses ont été envisagées, soit un éclatement de l'obus sur une feuille ou une branche, soit une défectuosité de la munition provoquant un éclatement prématuré à la bouche du mortier. La position des blessures toutes très basses font pencher pour la 2 ème hypothèse. En outre le terrain de l'engagement a été ultérieurement reconnu, et les seuls arbres susceptibles d'avoir fait obstacle à la trajectoire, sont de hauts palmiers dont les branches sont à une quinzaine de mètres de haut. Un éclatement à cette altitude, n'aurait en aucun cas pu provoquer des blessures aussi basses, ni avoir l'effet de souffle qui a projeté les armements à terre. La conclusion est donc formelle: il faut accuser les munitions. Un artificier des Travaux maritimes venu de Saïgon a lui-même conclu dans ce sens - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_138

IMG 12 - 78 - 1951/52 -  (Robe Roger) - 30 12 1948 - Patrouille de Da Gia et La Phu - Le commando est renforcé d'une section de partisans et d'une section de sénégalais avec unn mortier de 60. Ces forces sont transportées par un L C M et un L C T qui resteront beachés jusqu'à la fin du coup de main. La mission comportait la fouille des rochers surplombant Da Gia - 7 H 15, départ de la base, le commando débarque devant La Phu à 8 H, la, progression est très difficile en pleine rizière sur 800 mètres pour atteindre La Phu. A 8 H 30, la progression est très rapide le long de la lisière Sud-Est de La Phu. D'un rocher voisin les éléments rebelles tirent sur le passage des commandos., Il est 9 H, quand la route de Ninh Binh-Gian Khau est atteinte, la position est battue par un ou deux mortiers, il faut d'abord les obliger à décrocher. Deux hommes sautent sur des mines à ficelles. Déclenchement d'un tir de 105 préparé. 9 H 30, la section de sénégalais arrive à son tour, et prend position sur la route pour appuyer le commando pendant ses fouilles, tirs aux tromblons et mortiers des éléments d'appui. La section de partisans fouille La Phu - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_139

IMG 12 - 79 - 1951/52 -  (Robe Roger) - 30 12 1948 - Patrouille de Da Gia et La Phu (suite) - 10 H 45, au dernier massif, accrochage avec des éléments restés dans les rochers, 1 homme est blessé par balle. En raison des blessés, le repli est ordonné à 11H vers Gian Khau par la route plus praticable que la rizière malgré ses deux grandes coupures. 3 hommes sautent sur une mine à la 1 ère coupure de la route. 12 H le décrochage est assuré et les blessés sont évacués après les premiers soins. Les partisans embarquent seuls sur le L C T. 13 H 30 retour à la base - Pertes amies: 7 blessés dont trois légers et un très légèrement : Q/M 1 RIOS et MORVAN Roger, Q/M 2 BODINIER ert LE ROUX Paul, les matelots CLEMENT, LE GALLIC, BOULAHIA - Pertes ennemies: 11 tués, récupération de plusieurs mines et nombreuses grenades - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_140

IMG 12 - 80 - 1951/52 - (Robe Roger) - 25 01 1950 - Opération "Géranium" -  8 H le commando arrive sur le Vam Sat à l'embouchure d'un rach baptisé "Lot", 8 H 15, la 2 ème section qui remonte le "Lot", embarquée sur les F O M et dans les M 2 tombe dans une embuscade. Une petite mine fluviale explose à quelques mètres de la vedette de tête, sans lui causer d'avarie et un ou 2 guetteurs ouvrent le feu. Aucune perte amie n'est à signaler, les F  O M ouvrent le feu aussitôt et la 2 ème section débarque accompagnée d'un mortier de 60. La remontée du "Lot" continue avec la 1 ère section au point A où se trouvent des paillotes vides. Pendant ce temps la 2 ème section, après avoir fouillé les environs immédiats de son point de débarquement cherche à faire liaison par la terre avec la 1 ère section au point A. Elle tombe à 9 H 15 sur des positions défendues par des éléments rebelles en nombre inconnu. C'est heureusement un de nos voltigeurs de pointe qui décèle la position et ouvre le feu le premier dans un terrain très touffu. L'engagement dure environ une demi-heure, au cours duquel la 2 ème section aura 4 blessés. Les munitions du tromblon et du mortier sont épuisées à la fin de cet engagement, qui oblige finalement les rebelles assez nombreux au repli. Leurs pertes ne sauraient être évaluées en raison du terrain - Pertes amies: 4 blessés: (E/V 2 GRILLE, S/M JOILAN, les Q/M 2 PILET et ESCAFFRE), décès de l 'E/V GRILLE - Pertes ennemies:  40 tués minimum, 6 prisonniers, récupération de 4 fusils, 14 jonques, 13 tonnes de paddy, 20 tonnes de riz décortiqué, 3 machines à écrire, 120 bidons d'huile pour moto, 10 tonnes de sel, de nombreux documents, destruction de 2 jonques dont une de 30 tonnes environ, 50 tonnes de sel, diverses installations militaires, 20 tonnes de paddy difficile à récupérer - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG 12 - 81

IMG 12 - 81 - 1951/52 -  (Robe Roger) - 25 01 1950 - Opération "Géranium" (Suite) - Cette opération aura montré de façon très claire, l'intérêt que l'on retire à confier aux commandos les missions spéciales qu'ils sont à même de remplir, ainsi le premier jour, figurait comme objectif du bataillon de tirailleurs marocains un point "A3" situé en 332/283 au bout de 48 heures, il n'était toujours pas atteint. Le commando "de Montfort" a mis 2 heures pour y arriver et le liquider le trosième jour de l'opération - La réussite du coup de main effectué dans le Sud des rizières de Ly Nhon l'après-midi du premier jour a prouvé qu'il est possible de surprendre totalement les rebelles sur leurs arrières, même en plein jour, en utilisant des voies qui ne sont guère accessibles qu'aux commandos, munis de petites vedettes et de radeaux M 2. De pareilles surprises coûtent fatalement très cher aux rebelles - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG_12___82

IMG 12 - 82 - 1951/53 - Inhumation à Tourane (centre Annam) - (Ottiger Walter) - Opération "Cartahu": 28 09 1953, Song Cau - Forces amies: Paul Goffeny, Foudre, Commandant R.Giraud, Cdos Montfort, Jaubert, Ouragan - Avions: 3 Goose assurant la permanence d'un appareil - Objectif: Tram, salines, manufactures de la région - Exécution de 6h45 à 14h30, légère opposition - Pertes ennemies: 23 tués, 24 prisonniers, 35 jonques, une fabrique de savon, 400 tonnes de sel environ, salines, ateliers mines et pièges détruits, 7 familles ralliées, 3 fusils et un bazooka récupérés - Pertes amies: 8 blessés legers - (S H M)

IMG_12___83

IMG 12 - 83 - 1951/53 - Inhumation à Tourane (centre Annam) - (Ottiger Walter) - Opération "Cabillot" - 01 10 1953 à Tuy Hoa - Forces amies: Paul Goffeny, Commandant R. Giraud, Chamois, Cdos Montfort, Jaubert, Outagan, G M I de Tourane et une patrouille de chasse - Objectif: voies de communications et batellerie - Exécution: 6h15 à 12h, surprise complète - Pertes ennemies: 41 guérilleros tués, 156 prisonniers dont 21 réguliers et 6 régionaux, 20 ralliés, 3 fusils, 1 I G récupérés, coupures sur les ponts de Tuy Hoa, 60 jonques, 4 wagons, 20 tonnes de riz, nombreuses grenades et munitions détruites - Pertes amies: néant - (S H M)

MONTFORT_155

IMG 12 - 84 - 1951/52 - (Robe Roger) - 06 08 1950: opération "Petit Palan" - Avec le concours de 200 hommes de l'armée de terre, la force maritime se compose du "Paul Goffeny" du "Dumont d'Urville", du commando "de Montfort" - 5 H 30, débarquement du Cdo en L C V P devant Dong Son, au Sud de la rivière Fai Fo. La progression commence à 9 H 30 vers le Nord, en fouillant les villages en bordure du littoral jusqu'à la rivière Fai Fo qui se termine à 12 H, le rembarquement s'effectue à 16 H - Pertes ennemies: 30 tués, 27 prisonniers, récupératiuon de quelques grenades et documents divers - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

MONTFORT_156

IMG 12 - 85 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Les opérations des derniers jours (24 05 au 15 06 1950) font ressortir qu'une tête de pont ne doit pas nécessairement être établie sur le bord des berges, et sera généralement plus utile à un carrefour judicieusement choisi à l'intérieur, où elle peut servir à la fois de contre embuscade et de bouchon de recueil efficace - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

IMG_12___86

IMG 12 - 86 - 1951/53 - Inhumation à Tourane (centre Annam) - (Ottiger Walter) - Opération "Pélican" - 15 au 18 Octobre 1953, littoral du Thanh Hoa - Forces amies: Savorgnan de Brazza, Commandant R.Giraud, Foudre, Paul Goffeny, Jules Verne, Chamois, Luang-Prabang, Orne, Golo, Chélif, Cdos Montfort, Jaubert, Ouragan, Tempête, G M I de Tourane, Cu Lao Ré et Hon Me, B A P S, F T N V n° 15 et 42 - But: Fixation de la division 304 pendant l'opération "Mouette" par des manoeuvres de déception et un coup de main de Cdos - (S H M)

IMG_12___87

IMG 12 - 87 - 1951/53 - Cimletière marin en baie d'Along - (Ottiger Walter) - Opération "Quadran", 15 12 1953, Rach Bai Bon (Phu Quoc) - Forces amies: Commandant R. Giraud, Cdo Montfort - Objectif: Renseignements - Pertes ennemies: 2 prisonniers - (S H M)

MONTFORT_164

IMG 12 - 88 - 1951/52 - Le ministre de la défense, PLEVEN, décore les commandos - (Robe Roger)

MONTFORT_167

IMG 12 - 89 - 1951/52 -  (Robe Roger)

IMG_23___90

IMG 12 - 90 - 1951/53 - sur le "Paul Goffeny", deux canonniers ont trouvé la mort par l'explosion d'un obus dans le canon de 105 m/m, une section du commando leur rend les honneurs - Portant le cercueil, le 2ème à droite: Q/M FREBOURG Michel - (Frebourg Michel)

MONTFORT_205

IMG 12 - 91 - 1951/52 -  Une nouvelle technique de débarquement inaugurée par le Cdo "de Montfort" - (Robe Roger)

MONTFORT_206

IMG 12 - 92 - 1951/52 -  Utilisée lors de l'opération "James Bond 0001", elle fut abandonnée très rapidement à cause du bruit du moteur hors-bord. Le silence étant un des atouts des Cdos marine, il aurait été plus plausible de les initier à la planche à voile.... (Robe Roger)

MONTFORT_207

IMG 12 - 93 - 1951/52 -  Et vive le sport - (Robe Roger)

MONTFORT_208

IMG 12 - 94 - 1954 - Avec un énorme sac sur l'épaule, le Q/M ROBE Roger - (Robe Roger) - Opération "Aréthuse" 20 01 1954 au 13 03 1954, Tuy Hoa et côtes du Phu Yen - Forces amies: Foudre, Dumont d'Urville, Commandant R. Giraud, l'Inconstant, Chélif, Commandant Duboc, Rance, Golo - Troupes: 2 bataillons Paras, batterie R A L P (75 SR), 1 bataillon de Tirailleurs, 1 batterie de 105, 1 batterie K Q, 500 P I M, Cdos: Montfort, Jaubert, Culao Ré, aviation: 3 Goose, Bearcat du G A T A C Sud - But: conquête du Phu Yen dans le cadre de l'opération "Atlante" - Mission de la Marine: débarquement du groupement Para et Cdos puis de renforts à Tuy Hoa, appui de feu et soutien logistique pendant toute l'opération. Exécution: débarquement dans la lagune de Tuy Hoa, tête de pont installée dans la journée. Débarquement des renforts les 22 et 23 Janvier. Progression très lente des différents groupements jusqu'au rétablissement du pont de Tuy Hoa (17 Février), puis plus rapide. Aménagements de beachings pour L S T à Muy Quang (Bai Ma Lieng), puis My Du (Xuang Lay). Les éléments de tête de pont arrivent devant Qui Nhon le 12 03 au jour, (date prévue par le plan d'opération: 6 Mars - Pertes Marine: 2 tués dont un officier, plusieurs commandos blessés - (S H M)

MONTFORT_218

IMG 12 - 95 -  1951/53 - M. PLEVEN ministre de la défense décore le fanion - (Ottiger Walter) - Opération "Monitor" 17 12 1953, canal de Van Ray (Région du Cap de la Table) - Forces amies: Commandant R. Giraud, Cdo Montfort - But: Exploitation du canal jusqu'au canal de Ha Tien à Rach Gai - Résultat: exploration effectuée, 1 prisonnier - (S H M)

IMG_12__95_1

IMG 12 - 95/1 - 1951/53 - M. PLEVEN, ministre de la défense embrasse le fanion - (Ottiger Walter) - Opération "Prélart"  17 12 1953, canal de Bahon - Forces amies: commandant R.Giraud, Cdo Montfort - But: destruction de deux fours à charbon alimentant des fabriques de grenades - Résultats: fours détruits - (S H M)

MONTFORT_221

IMG 12 - 96 - 1951/52 -  (Robe Roger) - Cette guerre on la fit, mais on n'en parla pas. On la cacha comme une tare honteuse et l'on s'en servit pour diviser, puisqu'il faudra toujours diviser pour régner? Pour atteindre ce but, tous les moyens furent bons, on dissimula la gravité de la situation, on confisqua les informations , on masqua nos échecs, on tut nos pertes et l'on minimisa l'agressivité des rebelles ainsi que la valeur de son potentiel guerrier -  (Roger Delpey - Soldats de la boue)

MONTFORT_222

IMG 12 - 97 - 1951/53 - (Robe Roger)

MONTFORT_226

IMG 12 - 98 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT_230

IMG 12 - 99 - 1951/53 - 1 er plan: E/V GAILLARD Pîerre -  (Robe Roger)

MONTFORT_231

IMG 12 - 100 - 1951/53 -  E/V GAILLARD Pierre - (Robe Roger)

MONTFORT_233

IMG 12 - 101 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT_234

IMG 12 - 102 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT_236

IMG 12 - 103 - 1951/53 - En bas à droite: ROBE Roger - (Robe Roger)

MONTFORT_237

IMG 12 - 104 - 1951/53 - (Robe Roger)

MONTFORT_240

IMG 12 - 105 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT_243

IMG 12 - 106 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT_244

IMG 12 - 107 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT_245

IMG 12 - 108 - 1951/1953 -  (Robe Roger)

IMG 12 - 109

IMG 12 - 109 - 1951/53, centre Annam, largage des explosifs, à gauche un fumigène de balisage - But: destruction d'une voie ferrée -  (Robe Roger)

MONTFORT102

IMG 12 - 110 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT103

IMG 12 - 111 - 1951/53 -  Parachutage de containers - (Robe Roger)

IMG 12 - 112

IMG 12 - 112 - 1951/53 -  Beau travail de démolition - (Robe Roger)

IMG 12 - 113

IMG 12 - 113 - 1951/53 -  Destruction d'une voie ferrée (côte d'Annam), de G à D, le radio Marie Noël, avec le foulard de reconnaissance blanc: TOCHON-FERDOLLET Roger, avec le chapeau de brousse: BOUSSOUF, à l'extrême droite: PILLARD Gérard - Satisfaits du travail accompli, en bon ordre, direction les embarcations - (Robe Roger)

IMG 12 - 114

IMG 12 - 114 - 1951/53 - Ce buffle a l'air très pacifique.... (Ottiger Walter) - Opération "Octant" 20 12 1953, Mui Da Bac (Phu Quoc) - Forces amies: Commandant R.Giraud, Cdo Montfort, 1 Goose - But: renseignements - Résultats: 1 tué vietminh, 1 prisonnier, 1 mousqueton saisi - (S H M)

MONTFORT644

IMG 12 - 115

MONTFORT26710

IMG 12 - 116 - 1954 -  (Robe Roger)

MONTFORT27112

IMG 12 - 117 - 1951/52 - Deuxième en partant de la droite: ROBE Roger - (Robe Roger)

IMG_583

IMG 12 - 118 - Fin 1950 à Avril 1954 - De G à D: OTTIGER Walter, HOCHSTETTER Daniel descendent la rue Catinat à Saïgon - (Hochstetter Daniel)

MONTFORT27310

IMG 12 - 119 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT27610

IMG 12 - 120 - 1951/53 -  (Robe Roger)

IMG 12 - 121

IMG 12 - 121 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT28410

IMG 12 - 122 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT29210

IMG 12 - 123 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT32010

IMG 12 - 124 - 1951/53 -  (Robe Roger)

IMG 12 - 125

IMG 12 - 125 - 1951/53 - Destruction à la grenade des embarcations viets par le S/M TOCHON-FERDOLLET Roger en premier plan. Ces embarcations transportaient: sel, poisson, riz, etc... (Tochon-Ferdollet Roger)

IMG 12 - 126

IMG 12 - 126 - 1951/53 - De G à D: BOITEAU Maurice, HERMELIN Gérard, deux voltigeurs infatiguables - (Tochon-Ferdollet Roger)

IMG_127__Bonzi_

IMG 12 - 127 - 1950/52 - Tonkin, extrême droite: E/V TABOURNEL Yves, à sa droite: DUQUESNOY - (Bonzi Jean)

IMG 12 - 128

IMG 12 - 128 -  1950/52 - Debout, le 3ème en partant de la gauche: LEMONNIER Louis - (Bonzi Jean)

MONTFORT35310

IMG 12 - 129 - 1951/53 -  (Robe Roger)

MONTFORT36910

IMG 12 - 130 - 1950/52 - Un commando marine intelligent qui sait allier l'utile à l'agréable...Que le M L F veuille bien me pardonner.... (Sélo)

1

IMG 12 - 130/1 - 1950/52 - La photo précédente a fait des émules - (Sélo)

IMG 12 - 131

IMG 12 - 131 - 1950/52 - (Sélo)

IMG 12 - 132

IMG 12 - 132 -  1950/52 - (Sélo)

MONTORT_5

IMG 12 - 133 - 1954 -  (Robe Roger)

IMG 12 - 134

IMG 12 - 134 - 1952 - progression dans un rach - (Robe Roger)

IMG 12 - 135

IMG 12 - 135 - 1947

IMG_12___136

IMG 12 - 136 - 1952

commandomontfort_Indo_1953

IMG 12 - 137 - 1953, voltigeur de pointe: TIREAU Jacques - (Tireau Jacques)

commandomontfort_Indo_au_repos

IMG 12 - 138 - On se désaltère - (Tireau jacques)

IMG_12___139

IMG 12 - 139 - 1953 - (Tireau Jacques) - Song Ong Co, 25 05 1953 - forces amies: Commandant Duboc, L C T de Qui Nhon, Cdo Montfort - Objectif:  nettoyage de la région  de Song Ong Co - Pertes ennemies: 25 tué, 16 prisonniers - ( S H M)

IMG 12 - 140

IMG 12 - 140 - 1953 - Cap Saint Jacques - (Tireau Jacques)

IMG_12___141

IMG 12 - 141 - 1953 - Cambogde - (Tireau Jacques)

IMG 12 - 142

IMG 12 - 142 - 1953 - Tireur au FM : TIREAU Jacques - (Tireau Jacques)

IMG_12___142_1

IMG 12 - 142/1 - 1952/54 - TIREAU Jacques, tireur au F M - (Boudier Pierre)

IMG_12___143

IMG 12 - 143 - Ils étaient quand même privilégiés, de l'eau et des petites congaïes adorables et coopérantes, nous ,du sable et des nanas qui avaient toutes les oreillons.

commandomontfortLemonnier_dit_la_Jeep_1954

IMG 12 - 144 - 1950/52 - LEMONNIER Louis dit la "Jeep" fait joujou avec un serpent

IMG_12___145

IMG 12 - 145 - 1952, dernière bordée à "Chicago" avant de partir pour l'Indochine

IMG_12___146

IMG 12 - 146 - Nord Vietnam, l'oncle Hô

IMG 12 - 147

IMG 12 - 147 - Annam, Septembre 1952, le groupe de choc du S/M TOCHON-FERDOLLET Roger embarque pour donner l'assaut du piton de l'autre bord du rach, mon caporal adjoint: PILLARD Gérard est mortellement blessé, au premier plan à droite le S/M TOCHON-FERDOLLET Roger (marqué d'une croix) - (Tochon-Ferdollet Roger)

D_p_t_de_gerbe_sur_la_tombe_de_Pillard

IMG 12 - 148 - 12 08 1952, dernier hommage à mon caporal adjointr: PILLARD Gérard - (Tochon-Ferdollet Roger)

Sur_la_tombe_de_Pillard

IMG 12 - 149 - 1951/52 - Recueillement sur la tombe de PILLARD Gérard, à ma droite, le Pacha: L/V RARO René - (Tochon-Ferdollet René)

Tombe_de_Pillard___Tourane

IMG 12 - 150 - 1951/52 - La tombe de PILLARD Gérard à Tourane ( Indochine)

IMG 12 - 151

IMG 12 - 151 - 1950/51 - Sur l'île de Kébao en baie d'Along avec les agents de liaison - A gauche l'E/V SERVENT Victor en 1951, à la radio: HEZARD Robert - (Servent Michèle)

IMG 12 - 152

IMG 12 - 152 - 1951, baie d'Along, VADELLE Daniel au FM, à gauche E/V JULIENNE, à droite du FM: PIHAN Pierre, DELMOTTE René à l'extrème gauche - (Musiolik René)

bras_lev___Legronnieq

IMG 12 - 153 - 1950/52 -  Haïphong, base Crévecoeur, bras levé LE GROGNEC Joseph

d_fil__le_14_juillet

IMG 12 - 154 - 1951 le 14 juillet, défilé au Cap Saint Jacques

IMG 12 - 155

IMG 12 - 155 - 1950 - Equipe de Foot, de G à D : ROSE Roland, SIMON Camille, LE JUNTER, TITI, MARZIN René - (Sélo)

Fran_ois_avec_le_chien

IMG 12 - 156 - 1950 - Cap Saint Jacques, FRANCOIS  François avec le chien et derrière: VADELLE Daniel

grotte_de_cu_laor_

IMG 12 - 157 - Grotte de Culao ré, L'île des lépreux

Julien__legronnieq_Paillet

IMG 12 - 158 - 1950/52 - Un groupe de Montfort, JULIEN, LE GROGNEC Joseph, PAILLET Georges

Kulaor___les_tentes

IMG 12 - 159 - Île de CULAO RÉ

IMG 12 - 160

IMG 12 - 160 - 1950/52,  Match de foot, Cap Saint Jacques 1950

photo_de_groupe

IMG 12 - 161 - 1950/52 - Assis, 3ème à partir de la gauche: SELO Fortuné - (Sélo)

IMG 12 - 162

IMG 12 - 162 - 1950/52 - SEGUIN René, le quart à la main

S_l_ction_Foot

IMG 12 - 163 - 1950/52 - Sélection de l'équipe de foot, la croix indique : FRANCOIS François, assis à droite: LE GALLIC Paul

IMG 12 - 164

IMG 12 - 164 - 1950/52 - SERVENT Victor au centre, LABROUSSE André en bas, FRANCOIS François derrière - (Sélo)

IMG 12 - 165

IMG 12 - 165 -  1951 - Tonkin - LEMONNIER Louis "dit la jeep" - (Sélo)

IMG_12___165_1

IMG 12 - 165/1 - 1951 - Tonkin - Remise en état d'un D U K W, et ça roule

DUCKW

IMG 12 - 166 - 1951 - Tonkin -  LEROY et LEMONNIER Louis " dit la jeep" ont remis en état un DUKW; et ça flotte

IMG 12 - 167

IMG 12 - 167 - 1950/52 - 1 er plan: RODE à gauche, ROSE Roland à ses côtés, PONCET 2ème , à gauche WAGNER Robert, 8ème extrème droite: CAPRON Justin, au second plan, 5ème à gauche LEROUX Robert - (Sélo)

les_trois_assis_Bonzi

IMG 12 - 168 - 1950/52 - De G à D: DUPONT Guy, BONZI Jean, PILET Jean

ON_SE_SERRE_la_main

IMG 12 - 169 - 1950/52 - A droite: CARASCO, en face MORVAN Joseph, au fond: LE GROGNEC Joseph

IMG 12 - 170

IMG 12 - 170 - 1950/52 - La fête après le défilé du 14 juillet 1951 à Hanoï - (Sélo)

morvan_lemonnier_guermeur

IMG 12 - 171 - 1951/52 - MORVAN Joseph, SEGUIN René, à gauche de MORVAN Joseph: LEMONNIER Louis, à droite de MORVAN Joseph: GUERMEUR Jean

IMG 12 - 172

IMG 12 - 172 - 1949/51 - BEYSSELANCE Hubert et PETRYSZYN Pierre dit "Pétrus" - (Musiolik René)

job_MORVAN_sur_son_doris

IMG 12 - 173 - 1951/52 -  "jOB  " MORVAN Joseph et son doris

ROBE_ARDOUIN_SERVENT

IMG 12 - 174 - 1951/53 - SERVENT Victor, PAILLET Georges, MARIE, BEYSSELANCE Hubert, ROBE Roger, ARDOUIN

Pennec___Morvan

IMG 12 - 175 - 1952, Décembre - Retour d'Indochine, Marseille, de G à D:  PENNEC Guillaume MORVAN Joseph

Pennec__Seguin_au_centre

IMG 12 - 176 - 1952 - Retour d'Indochine, Décembre, Paris, à droite: PENNEC Guillaume, SEGUIN René au centre.

IMG 12 - 177

IMG 12 - 177 - 1952 - Obsèques du maître NOURY Louis, Haïphong, Tonkin - LEMONNIER Louis, PETRYSZYN Pierre dit Pétrus, PENNEC Guillaume

Match_foot

IMG 12 - 178

Montfort___PENNEC

IMG 12 - 179 - 1951/52 - de G à D: ROBE Roger, ABAUTRET Jean, MUSIOLIK René, PETRYSZYN René, QUENTEL Joseph " job", DOUVIER René, BOITEAU Maurice, assis: PENNEC Guillaume

IMG 12 - 180

IMG 12 - 180 - 1950/52 - L/V SERVENT Victor, Pacha de de Montfort

IMG 12 - 181

IMG 12 - 181 - 1951/53 - Graffitis de propagande viet sur les murs à l'intérieur de l'église de Quyi Nhon (centre vietnam) - (Tochon-Ferdollet Roger)

Montfort_en_Indo_1

IMG 12 - 182 - Indochine: mitrailleuse de 7,5 m/m REBEL MAC 31

IMG 12 - 183

IMG 12 - 183 - 1949/51 - Cochinchine - BEYSSELANCE  Hubert, ROUDIER Guy, BOITEAU Maurice - (Musiolik René)

Montfort_en_Indo

IMG 12 - 184 - 1950/51 - SAILLANT Moïse au FM 24/29 - Était élève à l'école nationale professionnelle, venu dans la marine par goût de l'aventure, il a passé son brevet de parachutiste et ne rêve que de baroud - (Reportage de Raffaelli Jean)

IMG 12 - 185

IMG 12 - 185 - 1952/53 - Un canon à bord du Paul Goffeny, l'obus a explosé dans le fût - (Renaudat Michel)

Repos_Paul_Goffeny6

IMG 12 - 186 - 1952/53 - Repos à bord du Paul Goffeny, il fallait être jeune, nous étions des semaines à dormir sur le pont

Charrier__Boussouf__Daubet_Mont

IMG 12 - 187 - 1952/54 -  E/V CHARRIER, BOUSSOUF et  DAUBE Pierre le pacha

Montfort_Indo

IMG 12 - 188 - Une patrouille de Montfort dans les rizières

IMG 12 - 189

IMG 12 - 189 - 1952/53 - Un ancien du N° 4 commando qui a débarqué à Ouistreham au commando Montfort en Indochine: le MT LAFFONT Jean - (Peyrot Charles)

IMG 12 - 190

IMG 12 - 190 -  1952/54 - Reconnaissable à droite : Boussouf - (Caubet fils + Peyrot Charles)

IMG 12 - 191

IMG 12 - 191 -  1952/54 -  (Caubet fils)

Caubet___Montfort_3_

IMG 12 - 192 -  1952/54 -  (Caubet fils)

Caubet___Montfort_2

IMG 12 - 193 - 1952/54 -  (CAUBET Jackie, stage Tan Uyen : 1952) - (Caubet fils)

IMG 12 - 194

IMG 12 - 194 - 1949/51 - Arrivée à Hac Koï, débarquement du matériel - (BONZI Jean)

IMG_195___Bonzi_

IMG 12 - 195 - 1951, Cantho ( Cochinchine), soupe viet, debout à droite : BONZI Jean, accroupis à droite: COLLOT André - (Bonzi Jean)

IMG_196___Bonzi_

IMG 12 - 196 - 1949/51 -  Devant le bordel de Cantho, de G à D : GAY René, ESCAFFRE, BONZI Jean, MARTIN René - (Bonzi)

ici_reposent___Bonzi

IMG 12 - 197 - 1949/51 -  Ici reposent en terre Indochinoise ..... (Bonzi Jean)

IMG_198___Bonzi_

IMG 12 - 198 - 1949/51 - Campha-Port, 1er rang de G à D : LABROUSSE André, MICHEL Marcel - 2ème rang de G à D : BONZI Jean, DUPOND André - (Bonzi Jean)

IMG 12 - 199

IMG 12 - 199 - 1949/51 -  Chez les Méos, le Q/M ESCAFFRE. Tout comme en Algérie, ici c'est la femme qui porte les plus lourdes charges - (Bonzi Jean)