CDO_Jaubert_Num_risation_02

En Indochine (3)

 

 

IMG 1 - 400

IMG 1 - 400 - 1950/52 - Plage du Cap Saint Jacques, Camille MANDRAY lutine - (Piccoz Guy) - La femme entre les mains du Viet-Minh peut être un instrument apprécié pour lui que redoutable pour nous. Si elle n'appartient pas au mouvement rebelle, sa nature propre, son comportement sont autant d'inconnues auxquelles se heurte l'Européen. (Roger Delpey - Soldats de la boue)

PICCOZ_146

IMG 1 - 401 - 1950/52 - Stade du Cap Saint Jacques, on fête les galons de crabe chef avec Gégène; Photographié par surprise, je suis sobre, malgré la bouteille de tiger à la main ! à droite de Gégène: le P/M BARAZER Charles, au fond avec le bâchi: Marcel DERÉAC, je crois que le S/M qui lève la main est RABILLARD André - (Piccoz Guy)

IMG 1 - 402

IMG 1 - 402 - 1950/52 - Au dancing "Le Papillon" à "Chicago", quatre anciens de Jaubert, de G À D : GAUDIN Gabriel, PICCOZ Guy, MOISIARD François, GUÉHO André - (Piccoz Guy)

JULOT___Jaubert

IMG 1 - 403 - 1950/52 - DARASSE Henri, JULOT au milieu et SIMON René

Sans_titre_50_PICCOZ

IMG 1 - 404 - 1950/52 - Haïphong, caserne Crévecoeur, c'est un départ pour...Les sacs tyroliens sont bouclés, c'est donc pour quelques jours. SARRAZIN Georges baisse la tête, le biniou est là, Michel RACLET également, les autres ??? - (Piccoz Guy)

Sans_titre_1_PICCOZ

IMG 1 - 405 - 1950/52 - Réoccupation de l'île de Culao-Ré - (Piccoz Guy)

IMG_1___406

IMG 1 - 406 - 1950/52 - Mise à l'eau ou rembarquement d'un L C V P sur le tender "Marcel Le Bihan" - (Piccoz Guy)

Sans_titre_3_PICCOZ

IMG 1 - 407 - 1950/52 - Sea Otter, avion amphibie embarqué sur les tenders, genre Marcel Le Bihan, Paul Goffeny ou Robert Giraud - (Piccoz Guy)

Sans_titre_4_PICCOZ

IMG 1 - 408 - 1950/52 - Le même, hissé et qui prend place sur le chantier placé à l'arrière du tender - (Piccoz Guy)

Sans_titre_5_PICCOZ

IMG 1 - 409 - 1950/52 - Quand les commandos opèreront sur les côtes d'Annam, les supports des avions seront modifiés pour recevoir deux L C V P, des M 2 et des doris, ce qui laissait peu de place pour les hommes du commando. Mais ceux-ci étaient habitués à vivre à la dure, trouvaient toujours une place sous les engins, dans les M 2, le long des coursives, etc...La cohabitation avec l'équipage était quelquefois tendue, surtout quand nous rentrions d'opérations et que les douches étaient fermées ( eau douce rationnée). Alors on se lavait à l'eau de mer avec un savon spécial qui ne moussait pas du tout. Les poilus de 14-18 avaient vu pire.. Ici en l'occurrence, il s'agit d'un L S T, probablement le "GOLO". On se rattrapait aux étapes, dans les bains douches, pas thaïlandais, mais indochinois, avec masseuses SVP... Pas mal du tout...Mais ça s'arrêtait là, pas touche mon gars, les gros bras veillent. Personnellement après le bain et le massage...crevé... il m'arrivait de m'endormir sur cette table...( Toi bientôt fini dormir) - (Piccoz Guy)

Sans_titre_6_PICCOZ

IMG 1 - 410 - 1950/52 - Terre en vue du Pasteur - (Piccoz Guy)

Sans_titre_7_PICCOZ

IMG 1 - 411 - 1950/52 - Recherche d'un chenal - (Piccoz Guy)

Sans_titre_8_PICCOZ

IMG 1 - 412 - 1950/52 - Véritable M2 assemblé de deux éléments par le milieu. Destiné à l'origine par les Ricains pour servir de base à l'établissement d'un pont de fortune, mais transformé par notre système D en embarcation de transport et de débarquement et qui coûtera la vie à Jean KÉRUZORET au Tonkin- (Piccoz Guy)

Sans_titre_9_PICCOZ

IMG 1 - 413 - 1950/52 - Les perches sont utiles: COSSON François, DERCOURT Marcel, LAURENT Ernest, GAUDIN Gabriel, SALLE Jean la main sur l'épaule et JANSSEN Gaston qui suppute le tirant d'eau. C'est lors d'un passage identique que l'embarcation où je me trouvais, juché sur la plat-bord pour prendre quelques clichés inédits, a été heurtée par un OFNI ( Objet flottant non identifié). Déséquilibré, suis parti à la patouille accompagné du FOCA non submersible. Même démonté, rincé à l'eau douce et séché, il s'est montré récalcitrant. Alors à mes frais je lui ait offert un aller-retour par Air-France sur Paris, il m'est revenu bien requinqué, 2 ou 3 semaines plus tard. - (Piccoz Guy)

Sans_titre_10_PICCOZ

IMG 1 - 414 - 1950/52 - C'est presque Tahiti - (Piccoz Guy)

Sans_titre_11_PICCOZ

IMG 1 - 415 - 1950/52 - On s'y croirait presque - (Piccoz Guy)

Sans_titre_12_PICCOZ

IMG 1 - 416 - 1950/52 - Commandos tous "terrains" - (Piccoz Guy)

Sans_titre_13_PICCOZ

IMG 1 - 417 - 1950/52 - Passage à gué, CHARPENTIER Roland en tête - (Piccoz Guy)

Sans_titre_14_PICCOZ

IMG 1 - 418 - 1950/52 - Dans la rizière sèche - (Piccoz Guy)

Sans_titre_15_PICCOZ

IMG 1 - 419 - 1950/52 - Au coupe-coupe, chaque groupe était doté d'un de ces cure-dents de presque 1 mètre. Dans notre groupe 2 de la 1 ère section c'était MANDRAY Camille qui en avait la charge, et lui de se coller à la tâche quand c'était nécessaire.- (Piccoz Guy)

Sans_titre_16_PICCOZ

IMG 1 - 420 - 1950/52 - Dans les abattis - (Piccoz Guy) - Seuls, depuis des mois, les partis aux menées anti-nationales parlent de la guerre d'Indochine, mais  "la sale guerre", comme ils la nomment, ne mérite ce qualificatif que par eux et à cause d'eux. Avec la persistante régularité du marteleur illustré par le "Enfoncez-vous ça dans la tête", les sans-patrie masquent la réalité par l'illusion et la vérité par le mensonge. A ces faux-semblant, à ces diffamations, nos gouvernants n'opposent que le spectacle de l'inertie ou de leurs misérables querelles - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

Sans_titre_17_PICCOZ

IMG 1 - 421 - 1950/52 - Que d'eau !!! au second plan le S/M BARAZER Charles - (Piccoz Guy) - Pour servir la cause du corps expédionnaire et celle de la France, il suffisait de divulguer officiellement, de présenter aux yueux de tous des textes, tracts ou circulaires du mouvement rebelle. Ce n'est pas sortir du cadre étroit, fixé peut-être implicitement par l'étiquette "carnet de route" que de transcrire des documents édifiants - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

Sans_titre_18_PICCOZ

IMG 1 - 422 - 1950/52 - Sous couvert - (Piccoz Guy) - Nous ne sommes pas des "colonialistes", car notre présence ne fut pas un abus par la force. Il y a des conquêtes bénéfiques et créatrices et des conquêtes maléfiques et dévastatrices. Les conquêtes d'un César sont bénies, mais celles d'un Attila sont haïes, parce qu'elles sèment la ruine et laissent un impérissable souvenir d'horreur - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

Sans_titre_19_PICCOZ

IMG 1 - 423 - 1950/52 - Sur une longue piste rectiligne (poste idéal pour embuscade) - (Piccoz Guy)

Sans_titre_20_PICCOZ

IMG 1 - 424 - 1950/52 - Retour en "Polynésie" - (Piccoz Guy)

Sans_titre_21_PICCOZ

IMG 1 - 425 - 1950/52 - Pour revenir dans la rizière - (Piccoz Guy) - Le 09 03 1945, lorsque le Japon, inquiet de l'évolution des évènements, décida d'annihiler les forces françaises, les Annamites revendiquèrent et obtinrent le pouvoir politique. Puis la place étant libre et sans danger, ils s'installèrent dans le Haut-Tonkin où tout le dispositif français avait été détruit par le coup de force des Japs. Des documents officiels rapportent qu'un officier japonais fut assassiné à Phutho. Huit soldats Japs furent tués au cours d'un combat d'une longueur telle qu'il est permis de supposer que l'on hésita beaucoup à déclencher cette hécatombe... Sans doute, s'ils l'eussent voulu, les viets auraient pu porter de sérieuses estocades aux Japs. Nous le croyons, car les récentes années nous ont édifié sur leurs qualités de guérilleros. Ils ne l'ont jamais voulu et ne l'ont jamais fait, parce que jusqu'à la capitulations des japonais, les viets menèrent avec ceux-ci des transactions occultes et suivies. S'ajoutant à d'autres raisons, celle-ci explique l'extrême facilité de la prise de pouvoir par le Viet-Minh. Comme on le voit, les Viets se sont construits une glorieuse épopée, mais cette dernière ne résiste pas au plus léger souffle de la vérité. Cette vérité, si on avait pu la faire connaître en Indochine, mais surtout en France, le climat psychologique attaché à cette guerre ne serait pas celui qui nous opprime.  - (Roger Delpey - Soldats de la boue).

Sans_titre_22_PICCOZ

IMG 1 - 426 - 1950/52 - Et vous reprendrez bien un peu de M2. Second plan à gauche, visage à moitié caché: Louis MALLÉGOL, seconde campagne, il est à l'origine de la création de la section fuscos d'Aquitaine dont il a gardé la présidence plusieurs années - (Piccoz Guy)

Sans_titre_23_PICCOZ

IMG 1 - 427 - 1950/52 - Ca, c'est la mangrove - (Piccoz Guy)

Sans_titre_24_PICCOZ

IMG 1 - 428 - 1950/52 - Et ça, ce sont des palétuviers, c'est en hiver au Tonkin, il fait froid, BIGNARD Jean le biniou de face, BEAUFRÈRE au fond, au premier plan un "boeuf" ( en langage clair: un S/M et pour les biffins: un sergent) ??? - (Piccoz Guy)

Sans_titre_25_PICCOZ

IMG 1 - 429 - 1950/52 - Le groupe de protection était à poste depuis le petit jour - (Piccoz Guy)

Sans_titre_26_PICCOZ

IMG 1 - 430 - 1950/52 - C'est comme à l'exercice, JANSSEN Gaston capelle le F M - (Piccoz Guy)

Sans_titre_27_PICCOZ

IMG 1 - 431 - 1950/52 - Pas de fainéant pour mettre au sec, au fond le LCVP a largué son chargement d'avants coureurs - (Piccoz Guy)

Sans_titre_29_PICCOZ

IMG 1 - 432 - 1950/52 - Autre départ décontracté, le cyclo-pousse semble désabusé. De G à D: KUROWSKI Michel, GRIMAUD, fusil à l'épaule Maurice BAVENT, PERCHOC à côté, après PERCHOC: le S/M GUICHARD, entre les deux Lucien BEAUDOUARD, les autres ??? - (Piccoz Guy)

Sans_titre_30_PICCOZ

IMG 1 - 433 - 1950/52 - Un L C M s'apprête à beatcher - (Piccoz Guy)

Sans_titre_31_PICCOZ

IMG 1 - 434 - 1950/52 - C'est un p'tit coin d'paradis - (Piccoz Guy)

Sans_titre_32_PICCOZ

IMG 1 - 435 - 1950/52 - Grenade à poste sur MAS 36 - (Piccoz Guy)

Sans_titre_33_PICCOZ

IMG 1 - 436 - 1950/52 - Corvée de pluches à l'île de Culao-Ré en Annam,autour du seau de patates: LE GLATIN Louis ,BICKELMANN Prosper, DERÉAC Marcel - (Piccoz Guy)

Sans_titre_34_PICCOZ

IMG 1 - 437 - 1950/52 - Gaston JANSSEN a trouvé la meilleure place, il a quand même un bon petit tas de tubercules entre les jambes, mais ce n'est pas pour ça qu'il aura double ration de frites - (Piccoz Guy)

Sans_titre_35_PICCOZ

IMG 1 - 438 - 1950/52 - Les ustensiles de la marine brevetés SGDG, (la gamelle double et la moque), la caisse de grenades sert de table, quant à Jean QUÉAU, il sait que la meilleure des fourchettes, ce sont encore les doigts - (Piccoz Guy)

Sans_titre_36_PICCOZ

IMG 1 - 439 - 1950/52 - Brieffing sérieux, c'est à bord d'un tender que ça se passe, ( ces engins là sont des prises de guerre, confisqués aux allemands en 1945), et la cloche, celle qui pique les heures, le bosco se la bichonne - (Piccoz Guy)

Sans_titre_37_PICCOZ

IMG 1 - 440 - 1950/52 - Re-Brieffing, l'E/V FUZEAU Louis est attentif, BIGNARD Jean pansement sur la joue n'en perd pas une, derrière un peu en retrait: STUDER André, les autres sont de la biffe, bérets rouge et combattants de l'armée locale en formation, etc...- (Piccoz Guy)

Sans_titre_38_PICCOZ

IMG 1 - 441 - 1950/52 - La rizière et la mangrove, ça ne s'oublie pas, Auguste CHARDONNET possède son porteur attitré - Le SCR 300 ( utilisation par le groupe de commandement), poste de radiophonie en MF, poids 17 Kg, portée 5 à 6 Km avec grande antenne, 4 à 5 avec antenne courte, alimentation 1 pile BA 70 à 3 éléments, 4,5 V pour le chauffage des lampes, 90 V pour la réception, 60 V couplée en série avec la précédente donnant 150 V à l'émission. Durée maxi des piles= 20 heures, gamme fréquences 40 000 à 48 000 Kilocycles, bande d'ondes 6,25 à 7,50 M, 40 fréquences de travail de 200 en 200 numérotées sur un cadran de 0 à 40. Les chefs de section étaient dotés du SCR 536 d'un poids de 2,5 Kg. Fréquences alignées avec le 300 avant le départ en opération. Ma note: ces appareils, surplus de l'armée américaine étaient assez fiables dans de bonnes conditions de travail. Alpha, bravo, coca, delta.. Bien qu'en principe étanches, ils n'aimaient la rizière, ne marchaient jamais au plus fort des accrochages ! référence: le 25 01 1951 devant My-Duc. Solution de rechange: l'estafette. Étant bon coureur, ce rôle m'a été dévolu, laissant sans déplaisir la fonction de pourvoyeur au FM. De mulet, je devenais pur- sang ! armé de la carabine US calibre 30, c'était l'Amérique... Et vive les transistors... (Piccoz Guy)

Sans_titre_39_PICCOZ

IMG 1 - 442 - 1950/52 - Poste de commandement. Allo Papa Tango Charly, le L/V VEDEL Jack au combiné + carte+canne + porteur... Volontaire ???  - (Piccoz Guy)

Sans_titre_40_PICCOZ

IMG 1 - 443 - 1950/52 - Coups de feu dans la "Sierra", le coolie est déjà à terre, un homme est prêt à riposter, manque de conviction pour les autres et CABILIC pense à protéger ses arrières - (Piccoz Guy)

Sans_titre_41_PICCOZ

IMG 1 - 444 - 1950/52 - Pause, Jean QUÉAU en protection, MÉNARD Pierre en grille une - (Piccoz Guy)

Sans_titre_42_PICCOZ

IMG 1 - 445 - 1950/52 - Tonkin, La Cac Ba en baie d'Along c'est pas du tourisme ça ??? - (Piccoz Guy)

Sans_titre_43_PICCOZ

IMG 1 - 446 - 1950/52 - Fouille d'une jonque; Admirez le professionnalisme de MANDRAY Camille qui a mis son PM en sécurité, chargeur replié, de face:  Jean HICHER, un redoutable tireur, dans sa jeunesse: chasseur de gibier, donc habitué à épauler rapidement et à tirer au jugé. Pour la petite histoire, il est arrivé en Indochine avec un vélo de course et a participé à une course locale, un circuit qui partait du Cap, passait par Ben-Dinh, etc...Entraînement ??? son classement!!!, mais comme l'a dit Pierre de Coubertin:" l'essentiel est de participer "- (Piccoz Guy)

Sans_titre_46_PICCOZ

IMG 1 - 447 - 1950/52 - L'homme descend du singe, et le singe de l'arbre !!! - (Piccoz Guy)

Sans_titre_47_PICCOZ

IMG 1 - 448 - 1950/52 - Dix de der, c'est donc une partie de belote - (Piccoz Guy)

Sans_titre_48_PICCOZ

IMG 1 - 449 - 1950/52 - Plage des cocotiers au Cap Saint Jacques, les vahinés ne sont pas loin - (Piccoz Guy)

IMG 1 - 450

IMG 1 - 450 - 1950/52 - Prise d'armes à bord du PA "Arromanche" pour la venue en Indochine d'une grosse huile du gouvernement d'alors -  L/V  BIART Michel, porte fanion de Jaubert: Louis MALLEGOL - (Piccoz Guy)

Sans_titre_1

IMG 1 - 451 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - La réponse du "berger à la bergère" en l'occurrence, celle du V/A ORTOLI au C/A REBUFFEL : "Je désapprouve entièrement cette façon de voir. Si vous persistiez, je considérerais que les conditions des opérations dans le delta vous échappent, et que vous échappe d'une manière générale le sens de votre action maritime traditionnelle en Indochine" (Note 41 E M 3 en date du 12 02 1951, relative à l'emploi des commandos marine en Indochine) - Débarquement à Than Hoa: parachutage des explosifs près du barrage (Octobre 1953) - (Commentaire: GROTZ Georges)

Sans_titre_2

IMG 1 - 452 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - Si la tactique des commandos marine a été fixée dans ses moindres détails, il n'existe pas, par contre, de doctrine d'emploi sur le théâtre actuel de l'Indochine et chacun interprète leur emploi à sa façon. En général on se représente ces comandos comme une troupe de 1ère classe plus spécialement entraînée aux opérations amphibies. On déplore alors que cette troupe soit composée en Indochine uniquement de français, les uns à cause du gaspillage, les autres à cause "du manque à gagner", les uns et les autres s'accordant pour accuser la Marine de sortir de son rôle et les  F M E O de vouloir "jouer au petit soldat" - C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

Sans_titre_4

IMG 1 - 454 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - Il est exact que nous n'avons que faire d'une infanterie de Marine à la petite semaine et si les commandos devaient "éclater" pour encadrer des bataillons vietnamiens appelés commandos, la Marine sortirait de son rôle - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

Sans_titre_5

IMG 1 - 455 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - Nos commandos répondent à un autre but, ce but est toujours celui qui a conduit la Marine à constituer ces unités: des actions follement risquées contre des points ennemis très précis, menées par de petits groupes de spécialistes où la minutie de la préparation et la valeur des exécutants sont les facteurs déterminants du succès - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

Sans_titre_6

IMG 1 - 456 - 1953/54, la baie d'Along - (Guivarch Jean) - Nous sommes loin de l'encadrement d'unités autochtones, quelle que soit leur valeur. D'autant plus que pour répondre à leur but, ces commandos doivent être d'une extrème mobilité à l'échelle du globe, toujours disponibles, aussi bien en temps de paix qu'en temps de guerre et immédiatement récupérables dès que la Marine le juge nécessaire, en cas de tension internationale ou risque de conflit en un point quelconque du globe, par exemple - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

Sans_titre_7

IMG 1 - 457 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - La première raison du maintien de 3 commandos en Indochine est que la vraie guerre sera toujours la meilleure école pour former un combattant. Car si au début de la guerre le commandement peut admettre dans le combat en général, un certain facteur d'incertitude sur la valeur réelle de la troupe et en particiulier sur son manque d'accoutumance au feu, il n'en est pas de même pour les missions de commandos où chaque homme compte - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

Sans_titre_8

IMG 1 - 458 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - Nulle école de risques ne peut en effet remplacer le combat réel pour former et révéler un combattant quel qu'il soit, même si le combat n'est pas celui auquel on le destine, à la seule condition, que les risques courus soient suffisamment élévés pour entraîner et non endormir le sens guerrier, sans être trop effrayants poour éviter de créer chez le combattant une psychose de terreur et de fatalisme - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

IMG 1 - 459

IMG 1 - 459 - 1953/54 -  (Guivarch Jean) - L'entraînement à la guerre c'est là, la raison profonde, celle qui doit toujours guider le commandement qui emploie ces unités en Indochine. Cette règle posée, quelles sont les missions que l'on peut donner aux commandos marine ? Les commandos marine en Indochine permettent au commandant supérieur auquel ils sont donnés de penser: "Guerre amphibie". La guerre en Indochine ? n'est pas une guerre de haute mer où les bâtiment affrontent d'autres bâtiments. A de très rares exceptions près, le combat, pour nous marins, se déroule entre les bâtiments ou engins contre un ennemi fantassin, même si celui-ci est monté sur des embarcations. Mais pour exploiter ce que nous donnent nos vaisseaux ou engins: appui de feu et mobilité, il faut une infanterie. Cette infanterie, pour ne pas encombrer les bâtiments de façon prohibitive, doit être réduite, composée de spécialistes, parlant le même langage que les marins, commandés par les mêmes officiers, animés par le même idéal et disponibles sans intermédiaire - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos) - Fouille de pagodes, opération Atlante, Thui Hoa, Janvier 1954 - (Grotz Georges)

 

IMG 1 - 460

IMG 1 - 460 - 1953/54 - Défilé au Cap Saint Jacques, à droite: GUIVARCH Jean, à gauche: DENIS Marcel, au milieu: BAILLY-MAÎTRE Jean - (Guivarch Jean)

Sans_titre_11

IMG 1 - 461 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - Cette infanterie: ce sont les commandos marine, voici quelques exemples:  qu'un bâtiment de commerce s'échoue avec une cargaison précieuse pour l'ennemei, on enverra en même temps que les bâtiments de garde, un commando - Pour assurer la protection rapprochée d'engins navigants dans les deltas on embarquera à bord des commandos ( ceci n'exclut en rien la protection par des éléments spécialisés ou non de l'armée) - Pour exécuter une opération de destruction contre la navigation rebelle on emploiera les commandos marine - La reprise d'agents de renseignements sur les côtes ennemies pourra être protégée par des éléments de commandos - On voit, par là, que la mission des commandos est très diverse et qu'elle n'interfère en aucune manière sur le travail de l'infanterie, même spécialisée en opération amphibie, car l'avantage des commandos est d'être non seulement des spécialistes mais en plus des marins - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

Sans_titre_13

IMG 1 - 462 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - Après avoir vu ce que peuvent faire les commandos, il est bon de voir ce qu'ils ne doivent pas faire ( allusion aux combats de Ninh-Binh) -  Les commandos ne sont pas faits pour la défensive, ils ne doivent jamais, même temporairement faire de l'occupation statique. Etant donné la nature de la guerre d'Indochine, il faut éviter plus que jamais de leur confier la garde d'un secteur, car non seulement ce n'est pas leur mission, mais en plus on ne doit pas risque

IMG_1___463

IMG 1 - 463 - 1953/54, la pêche au gros - (Guivarch Jean) - Opération "Balancine", 09 10 1953, Cu Mong - Forces amies: Paul Goffeny, Robert Giraud, Foudre, Chamois,  l'Ardent, Cdos: Jaubert, Montfort, Ouragan, G M I de Tourane et Culao Ré, B A P S - Avions: 3 Goose et une patrouille de Bearcats - But: destruction des salines et de la batellerie - Exécution: 5h55 à 14h - L'Ardent et les engins pénètrent dans la lagune. Terrain très piégé, réaction d'éléments régionaux. Pertes ennemies: 23 tués, 1 prisonnier. 4 fusils et nombreuses grenades récupérées, salines de Tuyet Diem sabotées, 400 tonnes de sel et 4 jonques chargées détruites - Pertes amies: 3 blessés - (S H M)

Sans_titre_15

IMG 1 - 464 - 1953/54, Saïgon rue Catinat, DELAITRE Serge, CARRER Jean, BOUDIER Pierre - (Guivarch Jean)

Sans_titre_16

IMG 1 - 465 - 1953/54, Nha-Trang, garde d'honneur, clairon: GUIVARCH Jean - (Guivarch Jean)

Sans_titre_17

IMG 1 - 466 - 1953/54 - (Guivarch Jean) - Opération "Ponton", 26 11 1953, Song Ong Doc - Forces amies: Paul Goffeny, Chevreuil, C H 736, 3 ème section de vedettes "Y", 3 L C M de la Foudre, Cdo Jaubert, supplétifs de Réam - Avions 2 Goose - But: destruction implantation vietminh et batellerie - Exécution: 9h40 à 13h - Pas d'opposition, fouillé les berges de la rivière et de ses affluents - Pertes ennemies: quelques dépôts de vivres et 2 sampans détruits - Pertes amies: néant - (S H M)

Sans_titre_18

IMG 1 - 467 - 1953/54 - Baie d'Along - (Guivarch Jean) - A l'opposé il n'est pas bon de les confiner dans des opérations faciles et sans grands risques - En particulier, bien que les coups de main contre la navigation rebelle soient un travail spécifique des commandos, bien qu'il serait séduisant d'embarquer à demeure les commandos sur les bâtiments de la surveillance maritime, l'absence habituelle de risques qui a caractérisé jusqu'à présent ces missions en Indochine rendent peu souhaitable et même dangereux pour leur formation, l'emploi permanent exclusif des commandos marine à cette tâche - Par contre il est absolument nécessaire qu'ils y soient employés un certain temps pour leur formation maritime. De plus, l'apparition de vedettes rapides suspectes dans les eaux indochinoises, peut rendre nécessaire l'emploi de la totalité des commandos, si la lutte contre la contrebande devait prendre un cacactère plus sévère - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos)

Sans_titre_19

IMG 1 - 468 - 1953/54 - Repas des bretons, Maître MALLÉJAC Pierre et S/M BOTHOREL Hervé - (Guivarch Jean)

Sans_titre_20

IMG 1 - 469 - 1953/54 - Cap Saint Jacques, repas des bretons (Jaubert et Montfort), à droite: LE BLOCH François (Montfort), à côté: ROUE Guillaume ( Jaubert) - (Guivarch Jean)

Sans_titre_22

IMG 1 - 470 - 1953/54 - L/V  BIART Michel et son remplaçant le L/V GOUVA René - (Guivarch Jean)

IMG_1___471

IMG 1 - 471 - 1948/49 - De G à D: ???, SALAUN, LE GUEN, ???, ANDRIEUX, QUEMENEUR, MINIER - (Andrieux)

Indochine_10

IMG 1 - 472 - Annam: 03 03 1949 - (Houllé Edgard, fils) - La mission des commandos en Indochine, contrairement aux idées les plus répandues, n'est donc pas plus celle d'une infanterie de marine que celle d'un groupe de débarquement de bâtiment - La Marine poursuit un but bien défini en formant cet outil coûteux qu'est le commando, il est bon que ceux qui les emploient, leur donnent des missions conciliant à la fois, l'entraînement du personnel à leurs missions de guerre et les vrais besoins de la guerre amphibie, plutôt que la recherche du succès, de prestige personnel - (C/V PONCHARDIER, inspecteur des commandos) - Destruction viaduc et train avec Jaubert, François et Montfort - (Grée René)

Indochine_11

IMG 1 - 473 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 31 Mars 1949: opération, région de Sa Huynh, la mission principale est confiée au Cdo "Jaubert". 6H30 le "Duguay-Trouin" mouille, la 1ère section de "Jaubert" est mise à terre à 6H45 par L C V P au Nord du sommet Bau Nui (55mètres). Un groupe escalade immédiatement cette hauteur. L'autre groupe s'empare du pont et prépare la destruction. La 2ème section débarque peu après, dépose au passage les musettes de plastic (en tout 44 musettes d'environ 10 Kg de plastic, chacune sont utilisées) et assure la protection du pont. Une section du Cdo "de Montfort" débarque à 7H15 et se dirige vers le tunnel - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_12

IMG 1 - 474 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - L'autre section ne peut être mise à terre par suite de l'indisponibilité des 2 L C V P que les rouleaux ont endommagés. La 1ère section de "Jaubert" se porte en direction du tunnel pour renforcer la section du Cdo "de Montfort". La 2ème section se dirige vers le Sud et s'établit à 8H45 près du passage à niveau situé à mi-chemin entre le pont et le tunnel. Le pont, dont la destruction est préparée rapidement par des éléments du Génie, est alors protégé par le groupe de renfort du Cdo "Jaubert" - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_13

IMG 1 - 475 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) -  A 9H le pont saute. Vers 9H45, le train, découvert dans le tunnel par le Cdo "de Montfort" se précipite dans la coupure: une locomotive et 6 wagons sont détruits. La locomotive de queue qui est restée sur la voie ferrée au Sud de la coupure est détruite au fusil-mitrailleur. 2 wagons sont restés intacts faute d'explosifs entre la coupure et la locomotice de queue. Le rembarquement devant avoir lieu à Sa Huynh, les Cdos "Jaubert" et "de Montfort" rallient le village vers 11H30. Le rembarquement à bord du "Duguay-Trouin" est terminé à 12H 30 - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André)

Indochine_14

IMG 1 - 476 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 07 05 1949, Phong-Dien, 9H 30, un accrochage sérieux se produit à l'entrée de la rizière. Les Viêt-Minh dont le nombre est évalué à 200 par le Catalina, disposent d'au moins un fusil-mitrailleur japonais. Au cours de l'accrochage un Q/M est grièvement blessé, les pertes rebelles décomptées s'élèvent à 6 tués et 2 prisonniers dont 1 blessé. Le blessé du Cdo (FLEUREAU Pierre) est transporté jusqu'à un lieu ou un radeau M 2 vient le prendre. Dirigé vers Saïgon par Catalina, il meurt peu avant l'atterissage - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_15

IMG 1 - 477 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 16 07 1949, opération "Ursule": mission: sous la protection des éléments "Armée", visiter le Nord de la lagune de Thuy-Trieu et détruire toutes les jonques et sampans trouvés. Après la mise en place du dispositif de protection le Cdo débarque à 7 H et se dirige vers l'Ouest pour atteindre la lagune, une douzaine de jonques et sampans sont détruits. Les radeaux pneumatiques prévus initialement pour faciliter la fouille, se sont dégonflés les uns après les autres; leur remise définitive s'impose... (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_16

IMG 1 - 478 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 24/25 Octobre 1949, opération "Coprah" - Des renseignements confirment l'existence d'un centre important de ravitaillement du Nam-Bo, ainsi que la présence d'une importante batellerie maritime et d'installations portuaires diverses à l'embouchure du Cua-Bo-De (Est de la pointe de Ca Mau). Le Cdo "Jaubert" embarqué dans 2 L C A, 1 L C V P et trois radeaux M 2, pousse du "Paul Goffeny". Le Cdo pénètre dans le rach Gia à 14 H25 et arrive sur son objectif à 16H, il y détruit une jonque à moteur, 3 cales de radoub sous paillotes de 12 mètres de longueur et s'empare du "Doc Lap", jonque avec un moteur "Gray Marine" en excellent état et de 10 fûts de 200 litres de gas-oil - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André)

Indochine_17

IMG 1 - 479 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 16 11 1949, opération "Datura", le 16 11 à 10H15 le  L C T 7016 stoppe au point 585-370, le Cdo "Jaubert" embarque dans 2 L C V P, 3 vedettes F O M, 6 radeaux M 2. Une section remonte le rach Nuoc pour aider le 10ème B T M à franchir la coupure de la R C 15. L'autre section remonte le rach Veng pour appuyer la progression du 10ème B T M le long de la route coloniale. Nuit à bord du L C T 1187 beaché à X Go Dau - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_18

IMG 1 - 480 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - En ce qui concerne les commandos, l'habillement est toujours très hétéroclite. Actuellement en opérations les 3 commanbdos d'Indochine se distinguent à distance: "Jaubert" étant en battle-dress vert d'origine, "François" en battle-dress teint en vert et "de Montfort" en battle-dress pratiquement blanc - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe des commandos)

IMG_481

IMG 1 - 481 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 06 10 1949 - Opération "Junon" près du cap Falaise - 7 H, le Cdo "Jaubert" se porte à Kind Doi Ouest puis à Bac Hau pour escorter au retour un convoi de blessés du 1er "Groupement" jusqu'en 540-253 d'où ils sont évacués par L C V P. A 12 H10 un peu avant d'arriver au point de rendez-vous avec les L C V P, une embuscade est déjouée, 10 Viêt-Minh sont tués et 3 mines découvertes. A 13H20 le cdo "Jaubert" se dirige vers Dai Dong où il déjoue une autre embuscade, 1 rebelle tué. 15 H40 le commando se dirige vers Thanh Son où il s'installe pour la nuit à l'Est de la passerelle, avec le 2ème "Groupement" - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_20

IMG 1 - 482 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 18 11 1949 - Fouille des environs du rocher situé en 552/252. Rien à signaler, le commando rallie le L C T 7016 - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE Andeé)

Indochine_21

IMG 1 - 483 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 19 11 1949 - 5 H le commando quitte le L C T 7016 et fouille du rach Ong Men - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_22

IMG 1 - 484 - Annam, 1948/49, remarquez la mitraillette allemande PM 40 - (Houllé Edgard, fils)

Indochine_23

IMG 1 - 485 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 19 06 1949, fouille de la région comprise entre le rach Tac Ong Nghia et le rach La - Pertes ennemies: 1 prisonnier, récupération de documents et de médicaments, destruction d'un P C et de deux campements Viê-Minh (5 grosse paillotes avec râteliers d'armes, bureaux, bats flancs - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_24

IMG 1 - 486 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 20 06 1949 - Commando sur le rach Vam Tuong, pertes ennemies: découverte d'une usine de fabrication de grenades (500 corps de grenades et obus de mortiers, pièces de machines-outils) et deux fusils - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_25

IMG 1 - 487 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 30 06 1949/ 01 07 1949 - Débarqué du L C T 1104 À 11 H, le commando dispose de: 1 L C T, 2 L C V P, 2 L C P L (GVNS) et 4 radeaux M 2. L'objectif est atteint vers 17 h 30 (usine d'armement), il est aussitôt commencé à l'inventaire et à la récupération du matériel - Reconnaissance par la 1ère section d'une voie d'eau reliant l'usine au rach Cai Soi. Embarquement de marériel divers - Pertes ennemies: récupération de 5 tours, 1 moteur à essence, 2 moteurs électriques, arbres de transmission, 25 saumons de métal, 7 canons de fusils de guerre, 1 perceuse, 1 étau limeur, du fil électrique, 5 fusils, 2 mitraillettes, 1 canon de fusil de chasse, outillage divers - Destruction de matériel et de matières premières: 1 tour, 1 perceuse, 1 moteur à essence, 3 presses, poudre, souffre, munitions diverses, corps de grenades, salpêtre, charbons de bois, 3 fûts de 200 litres d'essence, 200 litres d'huile moteur, mines - L'objectif est quitté vers 18 h 30 après destruction par incendie - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_26

IMG 1 - 488 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 27 07 1949 - Opération presqu'île de Hon Heo - Mission: organisation d'une tête de pont aux points de débarquement Sud et nettoyage de l'île de My Giang - A 5 H 50 le commando touche terre à la plage Ouest. Le détachement de la légion débarque. 6 H 15 le commando rembarque à la plage Ouest et touche terre à la plage Est à 6 H 28. Le détachement de parachustistes débarque à 6 H 51, le commando "Jaubert" rembarque. Il embarque par la suite à 12 H 49 sur les L C V P qui sont pris en remorque par la V P 1 pour aller débarquer dans le Nord-Ouest de l'île de My Giang. Vers 14 H le commando débarque en 285/658 et commence la fouille de l'île. A 15 H 07 le "Robert Giraud" mouille pour rembarquer le Cdo dont la mission est annulée à la suite de l'attaque d'un convoi routier près du poste de Tu Bong - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_27

IMG 1 - 489 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 31 07 au 01 08 1949 - Mission: le Cdo "Jaubert" et une section de la Cie disciplinaire du R E I, aux ordres du Cdt du Cdo, constituent le "groupement A" qui doit fouiller minutieusement toute la zone fréquentée par les V M. 31 07 à 6 H le "groupenent A" mis à terre en 165/824 progresse sur la piste se dirigeant vers l'Ouest en fouillant toute la vallée. Vers 14 H, la jonction a lieu avec le "groupement B" venant de Hiep My, au point d'eau en 136/838. Le "groupement A" passe la nuit autour de l'aiguarde - 1er Août à 00 h 15, le "Robert Giraud" effectue un tir éclairant de 3 coups. A 7 h 00 départ et fouille de la côte Ouest. De 12 H 30 à 13 H, rembarquement côte Est. 14 H 37, mise à terre d'une section du Cdo et fouille de la vallée jusqu'à la côte Est et rembarque à 15 H 41 - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_30

IMG 1 - 490 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - Du 4 au 05 08 1949: opération "François" - Les troupes sont transportées par le "Robert Giraud" et le "Pimodan", la V P 1 participe à l'opération. Mission: le Cdo "Jaubert", 1 Cie du G A C M L (sous-secteur de Khanh-Hoa) et une section de parachutistes composent le "sous groupement 1" aux ordres du Cdt du Cdo dont la mission est de détruire les moyens de transports fluviaux et maritimes de l'embouchure du Song Ban Thach. 04 08 , à partir de 5 H 55, mise à terre du "sous-groupement" en 398/230, le commando "Jaubert" débarquant en 1er échelon. La Cie du G A C M L assurant la protection face au Nord, entre le point de débarquement et le village de X Tiec, le commando et la section de parachutistes, après avoir rencontré une légère résistance (V B et grenades) visitent Da Ngu et Phu Lac. Une embuscade rebelle est déjouée. Le commando passe la nuit à Phu Lac. Pertes ennemies: 5 réguliers VM tués, 1 prisonnier, destruction de 70 jonques et gros sampans - 05 08, à partir de 7 H, le "sous groupement 1" traverse la lagune sur le parallèle 210, fouille le massif de Nui Bai Goc et la plaine à partir de Lac Nong en allant vers l'Est. Rembarquement à partir de 14 H - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André)

Indochine_31

IMG 1  - 491 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - Tous les Extrême-Orientaux ont un goût prononcé par les mouvements poilico-religieux et les sociétés secrètes. Certaines comme au Japon, le dragon noir, ont joui d'une réputation quasi infernale. Et puis, pour ceux qui vivent en marge de la loi et nourrissent des visées anarchistes, la robe et le bâton d'encens sont d'excellents attributs pour tromper le temps... Et surtout les gens. - (Roger Delpey -  Soldats de la boue)

Indochine_33

IMG 1 - 492 - Annam, 1948/49 - certainement un enterrement de première classe -(Houllé Edgard, fils)

Indochine_34

IMG 1 - 493 - Annam, 1948/49 - Gilbert HOULLÉ - (Houllé Edgard, fils) - 14 08 1949 - Opération "Delta" - Cette opération, comme les opérations récemment menées dans le Sud-Annam avait pour but de détruire les unités V M sur leur propre territoire et d'affaiblir l'économie de guerre du Viêt-Minh dans la région de Thuy Hoa. Participent à l'opération: des éléments de l'armée, l'aviation, le "Savorgnan de Brazza, le "Pimodan, le "Robert Giraud", la V P 13 et le Cdo "Jaubert" - Mission: détruire les moyens de transport maritimes et fluviaux des rebelles dans la région de Thuy Hoa - A 7 H 50, le commando "Jaubert" débarque du "Robert Giraud" avec deux L C V P en 285/387, une section se dirige vers le point 287/378, l'autre vers l'entée de la lagune qui doit être explorée par un L C V P - Pertes ennemies: 3 réguliers V M sont tués, 1 prisonnier - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Indochine_5

IMG 1 - 494 - Annam, 1948/49 - (Houllé Edgard, fils) - 30 11 1949 - Opération "Ebène" - 11 H 15 le L C T 635 mouille à l'entrée de Goc Tre, le Cdo "Jaubert" embarque dans 1 L C V P, 4 vedettes F O M, 6 M 2 destinés à l'élément de travail. A 13 h la section est envoyée en reconnaissance et découvre 7 silos de paddy, elle reste sur place jusqu'au 1 er Décembre à 10 H où elle est relevée par une Cie du 23 ème R I C. 16 H, une section est envoyée en reconnaissance avec le Cdo "François" et découvre 3 silos de paddy, 1 atelier de construction de jonques - Retour à 18 H 30 - (Livre d'or des commandos de la Marine - MISPELAERE André)

Sans_titre_2

IMG 1 - 495 - 1954/55 - Un L C M bondé - (Fritsch Marcel)

Sans_titre_3

IMG 1 - 496 - 1954/55 - Haïphong, le pont de Haly - (Fritsch Marcel)

Saigon_1

IMG 1 - 497 - 1954/55 - Cap Saint Jacques - à gauche de dos: FOURCADE, SAINT JALNES ( infirmier), SCOUARNEC, à droite: PIHAN Pierre, la femme??, BALOCHE ( ex N° 4 cDO), GREN, DESBOIS, COAT - (Fritsch Marcel)

saigon_2

IMG 1 - 498 - 1954/55 - A gauche: MARCEAU, FOURCADE, SCOUARNEC, GREN, à droite: MAQUAIRE Germain, PIHAN Pierre - (Fritsch Marcel)

Sans_titre_1

IMG 1 - 499 - Saïgon le 16 02 1955 - LEROY, MAHÉ Claude, COLMAY Constant, SAINT JALNES, FRITSCH Marcel, FOURCADE - (Fritsch Marcel)

BRICE_Pierre___G_BOUREL_Georges_1948_op__Camao

IMG 1 - 500 - 1948, opération Camao, de G à D: LE BRIS Pierre, BOUREL Georges

1945___47

IMG 1 - 501 - 1947/48 - On salue au passage, " voir et complimenter l'armée françai- ai- se" - (Goarin fils)

P_Wallut_Goarin

IMG 1 - 502 - 1947/48 - Port Wallut - (Goarin fils)

IMG 1 - 503

IMG 1 - 503 - 1947/48 -  Haïphong, "On lave son linge sale en famille" - (Goarin fils)

Ha_phong_5

IMG 1 - 504 - 1947/48 - Haïphong - (Goarin fils)

Ha_phong_rue_de_la_Marine

IMG 1 - 505 - 1947/48 -  Haïphong, rue de la marine - (Goarin fils)

Ha_phong

IMG 1 - 506 - 1947/48 -  Haïphong - (Goarin fils)

img140

IMG 1 - 507 - 1947/48 (Goarin fils)

Je suis gobé d'une petite,

C'est une Anna c'est une Anna,

Une Annamite,

Elle est vive elle est charmante,

C'est comme un oiseau qui chante

img141

IMG 1 - 508Appareillage imminent pour le Viet Nam, retour le 28 Janvier, salut à tous, Tonkin 1946 - (Goarin fils)

Pour qu'f'inisse mon service

Au Tonkin je suis parti

Ah! quel beau pays, mesdames,

C'est l'paradis des petites femmes.

img142

IMG 1 - 509 - 1947/48 -  (Goarin fils)

Très gentille, c'est la fille

D'un mandarin très fameux

C'est pour ça qu'sur sa poitrine

Elle a deux p'tites mandarines.

img142

IMG 1 - 510 - 1947/48 - (Goarin fils)

Mais tout passe et tout casse,

En France je dus rentrer,

J'avais le coeur plein de tristesse,

De quitter ma chère maîtresse.

img143

IMG 1 - 511 - 1947/48 - (Goarin fils)

T'étais ma p'tite bourgeoise

Ma Tonkiki, ma Tonkiki

Ma Tonkinoise

img158

IMG 1 - 512 - 1947/48 -  En  opération - (Goarin fils) - Du secrétaire d'état à la marine: "Jaunissement" non intégartion du personnel autochtone qui leur ferait perdre à la fois leur propre valeur et leur caractère particulier de troupe toujours prêtes pour toute mission à l'échelle de l'union française..... mais il faut savoir que les anglais, par néccessité ont également après bien des réticences intégré des étrangers dans les commandos, qui serviront entre-autres d'interprètes, de guide selon les nationalités et les missions. Alors pourquoi pas quelques autochtones dans les commandos marine? - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André) - Les Cdos portent le béret de toile kaki en attendant le béret vert - (Grée René)

IMG_1___513

IMG 1 - 513 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - A l'image de ce qu'il a été fait pour les unités de l'armée où chaque bataillon s'est renforcé récemment d'un commando de supplétifs, permettant un détachement temporaire sans affaiblir l'unité, je vous demande de bien vouloir envisager l'affectation d'un groupe de 60 supplétifs du Nord Viet-Nam au "Groupe des commandos de la marine". L'action des commandos, notamment au cours des opérations du Dong-Trieu, aurait été plus efficace, si cette formation de 200 unités blanches avait été complétée par un commando d'une soixantaine de supplétifs autochtones. Une unité aussi légère et constituée uniquement de français ne peut pas être risquée sans renseignements en zone rebelle ou douteuse. Une reconnaissance préalable est nécessaire, qui peut être effectuée sans engagement lorsqu'on dispose de supplétifs. L'emploi en avant-garde d'un commando de supplétifs armés et équipés de manière analogue aux combattants Viêt-Minh, permettrait d'accroître l'effet de surprise d'une action amphibie engagée de nuit - (Livre d'or des commandos de la marine - MISPELAERE André)

img160

IMG 1 - 514 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - A la date du 06 10 1951 la mise sur pied des commandos et des  C L A de la marine au Nord Viet-Nam est terminée. Il s'agit des commandos "Senée" et "Tempête" ainsi que de 3 C L A et de 4 sections de soutien. Par contre les commandos de la marine, verront une opposition à l'intégration d'autochtones dans leurs unités de la part des autorités supérieures de la marine.

img161

IMG 1 - 515 - 1947/47 -  En opération - (Goarin fils) - L'emploi des commandos marine en Indochine s'est toujours heurté à deux genres de difficultés - D'une part le manque d'objectifs "Payants" et le manque de renseignements suffisamment sûrs pour risquer en "enfants perdus" des unités considérées comme troupes d'élite - D'autre part la différence de race des antagonistes qui réduit la portée des effets de surprise d'un débarquement, non seulement lorsque le jour se lève, mais encore de nuit, car un autochtone ne confondra pas la silhouette malingre de ses congénères avec celle d'un étranger et à plus forte raison d'un "commandos" bien bâti, de sorte que les commandos marine ont dû rechercher par la rapidité et par le choc, beaucoup plus que la fluidité et le camouflage, la surprise indispensable à toute action de commando -  (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe des commandos)

img162

IMG 1 - 516 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - Or de même que les raids fulgurants des commandos ne peuvent se concevoir sans une minutieuse préparation, de même leur action n'est "payante" que si elle est l'émanation d'un plan d'ensemble mûrement réfléchi - C'est pourquoi il est indispensable que les commandos ne continuent plus à être lancés dans la balance au dernier moment par des états-majors surchargés de travail, et qui ne connaissent pas plus les possibilités de ces unités, que le terrain sur lequel ils les engagent - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe des commandos)

img163

IMG 1 - 517 - 1947/48  - En opération - (Goarin fils) - Il ne faut pas non plus que les 250 hommes des commandos continuent à présenter aux yeux des états-majors, suivant les circonstances, soit l'appoint providentiel d'une troupe d'élite dans les périodes "catastrophiques", soit au contraire dans les périodes "d'euphorie" l'ennui d'utiliser une troupe trop réduite et trop délicate à manier, pour que l'on se donne la peine de prévoir un emploi intéressant pour elle. Ainsi peut-on conclure en premier lieu que les commandos ont leur emploi en Indochine. Ils l'on prouvé en obtenant de nombreux succès de surprise chaque fois qu'on leur a donné le temps, soit de préparer eux-mêmes leurs opérations (opération sur la Cac Ba ou dans la rivière de Saïgon), soit de reconnaître auparavant le terrain sur lequel on allait les engager (Cdo "François" à Duong Dong, opération de la Cac Ba, et quelques coups de main en annam - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe des commandos) - Cdos "Cao Daïstes", opération en région de Bentré (Cochinchine) - Grée René)

img167

IMG 1 - 518 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - Si l'emploi du "Groupe des commandos" en bataillon d'infanterie a vécu depuis les engagements de Janvier 1951 dans la région de Haïduong, une nouvelle tendance est à craindre: celle de n'utiliser les commandos qu'en fonction du nombre de leurs doris, et de considérer surtout ces embarcations comme un appoint appréciable d'engins flottants pour assurer un blocus maritime ou un bouclage fluvial sans débarquement - Cet emploi qui a permis quelques succès au cours de ces derniers mois, n'est qu'un pis aller, car les commandos auraient obtenus beaucoup plus de succès, si par exemple au lieu de se contenter d'un bouclage purement fluvial de l'île de Ha Vinh au cours de l'opération "Méduse", bouclage qui permit la destruction par doris de 2 groupes de combat Viêt-Minh surpris en train de traverser le Song Thai Binh à la nage de nuit, les commandos auraient pu débarquer et poursuivre leur action à terre. L'ayant fait sans ordre, ils mirent une compagnie Viêt-Minh en fuite qu'ils ne purent pas poursuivre faute de liaisons avec l'artillerie qui matraquait les villages devant eux à 200 mètres, ou avec l'aviation qui "straffait". En résumé: il ne faut pas oublier que les commandos sont des unités amphibies, c'est à terre que ces unités doivent aller chercher leurs succès - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe des commandos)

img168

IMG 1 - 519 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - Sur le "Jaunissement" l'idée devait néanmoins faire son chemin, un an plus tard, le V/A AUBOYNEAU qui remplace le V/A ORTOLI, ne partage pas son avis, par la note 245 EM/ORG du 03 10 1952, il écrit au sécrétaire d'état sur la constitution des commandos marine en Extrême-Orient: "si brillants qu'aient été les résultats qu'ils ont obtenus, le maintien des commandos entièrement européens dans la guerre d'Indochine actuelle me paraît un anachronisme". Il obtiendra du personnel autochtone pour les commandos et la création de 2 commandos de supplétifs à vocation maritime en 1952. Dans tous les rapports de fin de commandement depuis 2 ans, les Cdts de cdos ont conclu à la nécessité de disposer d'éléments autochtones dans les opérations de coups de main, ces éléments permettant: de mieux réaliser la surprise - De mieux effectuer les opérations de fouilles -  Pour un rendement à peine inférieur à celui des européens, à réduire considérablement les pertes en effectifs blancs - De former des éléments autochtones aptes le jour venu à remplacer les commandos marine appelés à d'autres missions - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe de commandos)

img169

IMG 1 - 520 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - A la suite de la proposition par le département de supprimer un des trois commandos d'Indochine, une solution mixte a pu être trouvée, qui permettait de remplacer le commando "François" par deux commandos autochtones, encadrés par du personnel venant du commando "François". C'est ainsi qu'ont été créés les commandos "Tempête" (personnel autochtone fourni par les F T N V) et le commando "Ouragan" (personnel autochtone fourni par le G C M A) - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe de commandos)

img171

IMG 1 - 521 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - Plus la situation évolue, plus il semble inconcevable de lancer dans les opérations de coups de main des unités constituées par 100% d'européens. Cett formule multiplie les risques de pertes inutilement, en effet sur les 84 officiers, officiers mariniers, et hommes d'un commando il y a plus de 20 quartiers-maîtres et matelots qui font le métier de porteurs et pourvoyeurs (5 chargeurs F M, 5 pourvoyeurs F M, 5 pourvoyeurs lance-grenades, 2 pourvoyeurs mortier, 2 pourvoyeurs mitrailleuse, porteur radio, etc...) Ces fonctions sont souvent effectuées par des Q/M qui rempliraient parfaitement des fonctions de chef de groupe d'autochtones (de plus, pour de jeunes Q/M, l'encadrement d'autochtones est une excellente école de commandement, alors qu'un métier de pourvoyeur est peu attrayant - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe de commandos)

 

IMG 1 - 522

IMG 1 - 522 - 1947/48 -  En opération avec des commandos supplétifs - (Goarin fils) - Le 01 10 1953 verra l'affectation d'une dizaine d'autochtones par commando. Puis le jaunissement des commandos "Jaubert" et "Montfort" a été entrepris à partir du 01 01 1954 par le versement du personnel du commando "Ouragan". Les opérations se terminent le 19 06 pour le commanbdo "Montfort" et le 22 06 pour le commando "Jaubert". La signature de l'armistice a lieu le 20 07 1954 à Genève - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe de commandos)

img173

IMG 1 - 523 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - Le personnel affecté aux commandos doit obligatoirement posséder les qualités suivantes: aptitude spéciale à la recherche du renseignement - Sens de l'orientation et aptitude à l'emploi de la boussole de jour comme de nuit - Agressivité et condition physique suffisantes pour supporter facilement les privations, la marche en tout terrain, la chaleur et le froid - Pleine confiance en soi dans l'eau permettant de longs déplacements avec chargement - Habileté dans le maniement des embarcations - Connaissances élémentaires de transmissions - Connaissances élémentaires d'hydrographie - Une place importante doit être réservée dans l'instruction aux exercices physiques - Manoeuvre des embarcations - Notions élémentaires de navigation - Pratique des débarquements de toutes catégories - Notions d'hydrographie et de météorologie - Transmissions - Identification du matériel ennemi - Tir - Démolition, explosifs, pièges, mines - Technique de guérillas - (L/V ALLONGUE Cdt du groupe de commandos)

img174

IMG 1 - 524 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - En se référant aux commandos britanniques de la seconde guerre mondiale, particulièrement des N° 1 et N° 6 commandos durant la campagne d'Afrique du Nord, ils avaient été mal utilisés, manquèrent de moyens de transport et d'armes lourdes, cette similitude est en tout point semblable aux commandos d'Indochine, mais les britanniques ont réagi vivement et réorganisé leurs commandos, toute l'organisation de base du commando fut changée dès 1942. Ce qui n'a pas été notre cas - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe de commandos)

img175

IMG 1 - 525  - 1947/48 - La méfiance est de mise, on fouille même les fruits - (Goarin fils)

img176

IMG 1 - 526 - 1947/48 -  En opération - (Goarin fils) - Le domaine réservé de la marine est bien évidemment les bateaux, elle a su cependant également lever plusieurs formations de marins à terre avec le succès que l'on connaît: (guerre de 1870, 1ère et 2ème guerre mondiale, B M E O), allait-elle encore une fois faire la démonstration de ses compétences en créant un nouveau type de combattant:" les commandos de la Marine", elle qui a eu l'expérience de 2 commandos prestigieux. On pourrait le penser, malheureusement, ces deux commandos, l'un avec une expérience de guerre d'un théâtre européen (1er B F M C) , l'autre avec une expérience de guérilla asiatique (Cdo Ponchardier), ont été dissous sans que la Marine ne prenne la mesure de leurs expériences - (Mispelaère André) - Opération "Viaduc - Train", en premier plan INAUD Gaëtan - (Grée René)

IMG_1___527

IMG 1 - 527 -  1952 - Jaubert, 2ème section, Cap Saint Jacques

IMG_1___528

IMG 1 - 528 - 1949 - Dans le long palmarès des soldats tombés en Indochine, le pourcentage des suppliciés est éloquent et se cache derrière l'anonyme étiquette:  "Mort pour la France", et pourtant... Légionnaires, parachutistes, marins et soldats de toutes armes, n'est-il pas vrai que vous avez retrouvé des camarades les membres fracturés, les organes génitaux sectionnés, le ventre ouvert ?  N'est-il pas vrai que vous avez retrouvé des camarades empalés, le corps lardé de mille blessures ? N'est-il pas vrai que vous avez retrouvé des camarades brûlés, alors qu'ils n'étaient que blessés; scalpés alors qu'ils avaient encore un souffle de vie - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

1946_Le_Tourville

IMG 1 - 529 - 1947/48 -  Le "Tourville", il participe aux opérations de 1945 à 1948, il finira comme ponton à l'école de Brest et sera démoli en 1962 - (Goarin fils)

Le_Tourville

IMG 1 - 530 - 1947/48 -  Sur le "Tourville" - (Goarin fils) - On peut dire que jusqu'à l'année 1951 la situation des commandos de la Marine d'Indochine au lieu d'évoluer était devenue franchement scandaleuse tant ils ont été négligés - (L/V ALLONGUE, Cdt du groupe de commandos)

IMG_1___531

IMG 1 - 531 - Mars 1948, secteur de Bac Lieu - de G à D en haut: PITON Marceau, BOHEC, HABASQUE Albert, LIOT Maurice - En bas de G à D: LEXTRAIT, AUGUSTE Michel, SEZNEC, FAGNOUX Robert, MALECOT - (Fagnoux Robert)

Sa_gon_3_Goarin

IMG 1 - 532 - 1947/48 -  Saïgon - (Goarin fils)

Sampan_P_Wallut_Goarin

IMG 1 - 533 - 1947/48 -  Sampan Port Wallut - (Goarin fils)

Conqu_te_du_Tonbkin

IMG 1 - 534 - Les fusiliers marins sont déjà présents - (Piccoz Guy) - "Verba volant, scripta manent"  Les paroles s'envolent, les écrits restent. A ceux qui, par le tract, par l'affiche le manifeste font assaut de propagande pour atteindre les esprits, à ceux qui agissent tels des fossoyeurs pour enterrer sous un amas de mensonges l'action bénéfique et laborieuse de la France en Indochine, n'est-il pas judicieux d'opposer le passé, non lointain, au présent riche de l'oeuvre accomplie ? - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

Visitez_

IMG 1 - 535 - Beaucoup y sont allés, beaucoup y sont restés - (Piccoz Guy)

500IndochineAsieDesMoussons

IMG 1 - 536 - Indochine, la carte des moussons - (Piccoz Guy)

Carte_Cochinchine

IMG 1 - 537 - Carte de la Cochinchine - (Piccoz Guy)

DouaneCatBa

IMG 1 - 538 - Poste de douanes de Cac Ba, pourquoi tous ces canons ? Explications données dans "La route de la soie" par Roland Dorgelès (1925): sur la terrasse du fortin, dans un berceau de lauriers roses et de lilas du Japon une cinquantaine de canons sont entassés pêle-mêle, pétardes de tous les âges et de tous les calibres. C'est l'artillerie des jonques. Arrivé dans les eaux françaises, on désarme et toutes les pièces sont descendues, puis la pêche finie on les remonte sur leurs affûts, on les bourre et, l'homme de vigie posté, on met cap à l'Est. Ils n'ont rien d'effrayant, ces vieux canons rouillés où l'herbe grimpe, pourtant n'en riez pas: pendant la guerre, l'un d'eux chargé de ferraille jusqu'à la gueule, a massacré d'un coup 22 pirates entassés pour l'abordage, sabre au poing, sur le pont d'un bateau. C'est le douanier qui me raconte ces histoires, et sa femme, que je plaignais de vivre dans cet isolement, me dit avec naïveté: " vous voyez, ce ne sont pas les distractions qui manquent..." - (Piccoz Guy)

IMG 1 - 539

IMG 1 - 539 - Saïgon, tableau peint par Paul ARSAC en 1911 - (Piccoz Guy)

Tu_dois_d_livrer

IMG 1 - 540 - No comments - (Piccoz Guy) - Un des aspects les plus dramatiques de l'affaire indochinoise est, sans doute, l'attitude d'incompréhension et le boycottage qui est celle des gouvernants français. La France sait peu de choses de ses soldats et ignore tout de leur ennemi, parce qu'elle n'a jamais été en état d'entendre et de comprendre. Or, qui mieux qu'un gouvernement, avec ses moyens puissants d'information, peut prévenir et instruire - (Roger Delpey - Soldats de la boue)

JAUBERT___1952_1953

IMG 1 - 541 - Indochine, 1952/53, 2ème section de Jaubert au repos au Cap Saint Jacques. En bas de G à D: BETOURNE Jacques, CLAVET Michel, CANNEVET Armand, BERTHO Michel, RUSCA Gaston, MAQUAIRE Germain, BLANC François, DENISART Michel, BOUDIER Pierre - En Haut de G à D: BERTHOU Yves, BEAUMENIER Lucien, MADEC Yves, MASSON Raymond, ROUÉ Guillaume, RACLET Michel, DUCOURNEAU (toubib), FUZEAU Louis (E/V1), JANOD Michel, VALLET Bernard, MOISIARD François, DAOUDAL Yves, MOREAUX André, LE GALL Auguste, LOHIER, DAL BO Valère, FRANCO Antoine, FAIVRE Paul, JAN Maurice. - (Cannevet Armand)

Jaubert_1951_1111

IMG 1 - 542 - 18 05 1951, lors de la remise de la fourragère de la médaille militaire à Crévecoeur, Haïphong; Debout à l'extrême gauche : DARASSE Henri, 4ème rang, en haut de G à D: 2) LE BOZEC Roger, 7) LENOIR Claude, 10) GRIGNON Michel, dernier S/M GRALL Jean - 3ème rang, de G à D: 1) E/V1 PROVOST Joël, 3) VOISIN Marcel, 4) SARAZIN Georges, 5) LEWANDOWSKI Louis, 8) QUEAU Jean, 10) S/M HOCQ Marcel - 2ème rang, de G à D: 4) HICHER Jean, 7) un légionaire qui s'est collé une balle de 45 dans la panard, 10) MONTJAUX Maurice, 11) BIGNARD Jean - 1er rang, de G à D: 1) S/M GUICHARD, 3) DURIN Pierre, 6) TRANCHAND Jean, 8) LAURENT Ernest, 9) SALLE Jean, 10) PICCOZ Guy. (Kurowski Michel)

1951_53_Cdo_Jaubert_1

IMG 1 - 543 - Car ils sont ainsi ceux qui se battent, ceux de la légion, de la coloniale, des commandos marine, les goumiers, les tirailleurs algériens, tunisiens, marocains, sénégalais. Le sacrifice que la France leur demande, il l'accepte le sourire aux lèvres. Seulement, parfois, quand ils tombent de fatigue au retour de ces raids d'intervention qui les expédient du Tonkin en Annam, quand la fièvre du paludisme ou les convulsion de la dysenterie amibienne les condamne à se traîner d'hôpitaux en hôpitaux, quand, enfermés depuis des mois dans des postes harcelés tous les soirs, ils se sentent devenir fous, une révolte animale fait entendre dans la nuit la plainte de leurs angoisses. Une plainte que j'ai recueillie à Cao-Bang et que j'aurais voulu qu'on entende en France pour qu'ils ne meurent pas les uns après les autres en murmurant les mots du Golgotha "Pourquoi m'avez-vous abandonné ?" ( Charles Favrel ) - (Piccoz Guy) - (Les fusiliers marins en Indochine, livre du C A Robert KILLIAN)

Sans_titre_1

IMG 1 - 544 - 1950/1951 -  Exercice de tir à la MAT 49 - (Piccoz Guy)

Sans_titre_2

IMG 1 - 545 - 1950/51 - Même exercice à l'USM 1 - (Piccoz Guy)

Sans_titre_3

IMG 1 - 546 - 1950/51 - Bignard Jean à la manoeuvre surveillé par l'E/V PROVOST Joël et le S/M  JAN Maurice - (Piccoz Guy)

Sans_titre_4

IMG 1 - 547- 1950/1951 - DERCOURT Marcel au FM, CABILIC compte les points - (Piccoz Guy)

Sans_titre_5

IMG 1 - 548 - 1950/51 -  LAURENT Ernest et sa mascotte - (Piccoz Guy)

Sans_titre_6

IMG 1 - 549 - 1950/51 - Lit picot + collier de barbe + MAS 49, c'est au Tonkin - (Piccoz Guy)

IMG_1___550

IMG 1 - 550 - 1950/51 - Sport à Ben-Dinh, VARLOT Claude a perdu le ballon - (Piccoz Guy)

Sans_titre_8

IMG 1 - 551 - 1950/51 - Groupe de commandement, au 1er plan: VARLOT Claude, au fond: L/V BIARD Michel, VOISIN Marcel sert la 7,62 à bandes souples (refroidissement par air) - (Piccoz Guy)

Sans_titre_9

IMG 1 - 552 - 1950/51 -  Cagna suspecte dans la forêt - (Piccoz Guy)

Sans_titre_10

IMG 1 - 553 - 1950/51 -  Départ ou retour d'opé, de face: Camille MANDRAY - (Piccoz Guy)

Sans_titre_11

IMG 1 - 554 - 1950/51 - Que ce soit au départ ou au retour d'une opération, ce sont toujours des tonnes de matériel à transbahuter. Nous ne partions jamais sans biscuit et personne ne renâclait pour porter une unité de feu supplémentaire. DARASSE Henri: lève-rame ! RABILLARD André, DELAÎTRE Serge et LEWANDOWSKI Louis triment. - (Piccoz Guy)

Sans_titre_12

IMG 1 - 555 - 1950/51 - MANDRAY Camille et DERCOURT Marcel cherchent le viet - (Piccoz Guy)

Sans_titre_13

IMG 1 - 556 - 1950/51 - Distribution de vivres à la population de Culao-Ré - (Piccoz Guy)

Sans_titre_14

IMG 1 - 557 - 1950/51 - Paul LE ROHELLEC a un certain succès auprès des nhos de l'île - (Piccoz Guy)

Sans_titre_15

IMG 1 - 558 - 1950/51 - Le SCR 300, grande antenne dépliée - (Piccoz Guy)

Sans_titre_16

IMG1 -  559 - 1950/51 - Jaubert, garde d'honneur pour la visite d'un grand ponte - (Piccoz Guy)

Sans_titre_17

IMG 1 - 560 - 1950/51 - Toujours Jaubert d'honneur, le présentez-armes, même en campagne, ça ne s'oublie pas. BICKELMANN Prosper est gâté et le S/M MÉNARD  Pierre salue réglementairement. - (Piccoz Guy)

Sans_titre_18

IMG 1 - 561 - 1950/51 -  Ce buffle est peut-être domestiqué... - (Piccoz Guy)

Sans_titre_19

IMG 1 - 562 - 1950/51 - Certainement pas ce dernier... Passez au large, dit-il - (Piccoz Guy)

Sans_titre_20

IMG 1 - 563 - 1950/51 - Mangrove à marée basse, à la base c'est de la vase - (Piccoz Guy)

Sans_titre_21

IMG 1 - 564 - 1950/51 - Fougères arborescentes en jungle, - (Piccoz Guy) - pour la couleur, retournez-y avec .... votre appareil photo numérique - (Balisson Jean-Claude)

Sans_titre_22

IMG 1 - 565 - 1950/51 - Également une très belle plante, beauté locale de ville et peut-être bien de rizière !! - (Piccoz Guy) - Les filles étaient si jolies, si faciles, si amusantes, se contentant de si peu, de gentillesse, de quelques piastres. Elles étaient adorables ces gamines de l'arroyo vêtues de coton, pieds nus, des sauvageonnes; et, en même temps, comme, dans leur rusticité, elles étaient civilisées ! Elles avaient derrière elles des siècles de convenances, toute une éthique, des gestes, toute une science de l'abandon et du caprice, et aussi une redoutable lucidité. Quel charme dans leur immoralisme ! Comme elles étaient loin de nos prostituées européennes ! Avec elles, j'ai découvert la liberté. Tout était simple. (Lucien Bodard, l'illusion)

Sans_titre_101

IMG 1 - 566 - 1950/51 - Tender porte-commando - (Piccoz Guy)

Sans_titre_102

IMG 1 - 567 - 1950/51 - Le LCVP prend place sur les berceaux qui soutenaient naguère le Sea-Otter - (Piccoz Guy)

IMG 1 - 568

IMG 1 - 568 - 1950/51 Après le déjeûner dans les gamelles marine, de G à D: HICHER Jean et son quart de Guin-ru, DELAÎTRE Serge, MANDRAY Camille, PICCOZ Guy, ???, JANSSEN Gaston - (Piccoz Guy)

Sans_titre_104

IMG 1  -569 - 1950/51 -  Prise de commandement, VEDEL Jack passe le relais au L/V BIART Michel - (Piccoz Guy)

Sans_titre_105

IMG 1 - 570 - 1950/51 - Pose pour un photographe, fouille de paillotes, SARRAZIN Georges à la baïonnette...On...pour piquer dans les tas de paddy. À gauche: Louis LEWANDOWSKI - (Piccoz Guy)

Sans_titre_106

IMG 1 - 571 - 1950/51 -  Inspection à Crévecoeur, de G à D: LE BOZEC Roger, LAURENT Ernest, TRANCHAND Jean, SARRAZIN Georges, GUÉHO André, au bout du rang: le S/M JAN Maurice - (Piccoz Guy)

Sans_titre_107

IMG 1 - 572 - 1950/51 - Inspection à Crévecoeur, TRANCHAND Jean, SARRAZIN Georges, GUÉHO André, au clairon: BIGNARD Jean, en blouson: le L/V ALLONGUE pacha de Jaubert et le groupe de commandos - (Piccoz Guy)

Sans_titre_108

IMG 1 - 573 - 1950/51 - Inspection à Crévecoeur, la 1ère section, de G à D: COSSON François, JANSSEN Gaston, HICHER Jean, ???, MONTJAUX Maurice, MANDRAY Camille, LEWANDOWSKI Louis, au bout du 1er rang: l'E/V PROVOST Joël - (Piccoz Guy)

Sans_titre_109

IMG 1 - 574 - 1950/51 - Jean QUÉAU - (Piccoz Guy)

Sans_titre_110

IMG 1 - 575 - 1950/51 - Progression sous la protection des Weasels (crabes) de la légion - (Piccoz Guy)

Sans_titre_111

IMG 1 - 576 - 1950/51 - Affiche de propagande VM demandant à nos troupes "coloniales" de déserter - (Piccoz Guy)

Sans_titre_112

IMG 1 - 577 - 1950/51 - Même les chefs ont soif, ici le L/V VEDEL Jack - (Piccoz Guy)

Sans_titre_113

IMG 1 - 578 - 1950/51 -  Scène de vie rurale, buffles labourant la rizière - (Piccoz Guy)

Sans_titre_114

IMG 1 - 579 - 1950/51 - Lucien BEAUDOUARD, convalescent à l'hôpital Grall à Saïgon - (Piccoz Guy)

Sans_titre_115

IMG 1 - 580 - 1950/51 - Tenue de sortie pour Lucien BEAUDOUARD et Guy PICCOZ - (Piccoz Guy)

Sans_titre_116

IMG 1 - 581 - 1950/51 - c'est toujours Marie - (Piccoz Guy)

Sans_titre_117

IMG 1 - 582 - 1950/51 - Case de repos VM en forêt, mais les oiseaux se sont envolés, de face, DARASSE Henri paraît déçu - (Piccoz Guy)

Sans_titre_118

IMG 1 - 583 - 1950/51 - Attente en zone VM, au FM JANSSEN Gaston. LE GLATIN Louis semble inquiet, il y avait de quoi, car juste à droite, le tas de coquillages vides paraît innocent et pourtant le hasard ou la chance nous a fait découvrir, planquées sous ces rebuts quelques dizaines de mines que les viets pensaient avoir bien cachées. - (Piccoz Guy)

Sans_titre_119

IMG 1 - 584 - 1950/51 - Retour de "chasse", pour CHÉMERY Roger encore armé d'un PM allemand, c'était avant que nous recevions notre dotation en PM  MAT 49 - (Piccoz Guy)

Sans_titre_120

IMG 1 - 585 - 1950/51 - Non ce soir nous ne rembarquerons pas. Dodo à terre - (Piccoz Guy)

Sans_titre_121

IMG 1 - 586 - 1950/51 - L'image suffit, excellent contre-jour - (Piccoz Guy)

Sans_titre_122

IMG 1 - 587 - 1950/51 - En ligne de front à l'aube - (Piccoz Guy)

Sans_titre_123

IMG 1 - 588 - 1950/51 - Document rare, l'assaut d'un village au petit jour, si seulement nous avions eu les 400 ou 800 ASA des pellicules actuelles, à cette époque, c'était plus souvent du 50, voire du 25 ASA. Pas terrible...mais le noir et blanc pouvait s'améliorer au développement, tandis que la couleur...Non je ne regrette rien... (Piccoz Guy)

Sans_titre_124

IMG 1 - 589 - 1950/51 - La forme, il n'y a que ça de vrai - (Piccoz Guy)

Sans_titre_125

IMG 1 - 590 - 1950/51 - Noix de coco à gogo - (Piccoz Guy)

Sans_titre_126

IMG 1 - 591 - 1950/51 - Les hautes herbes à éléphants - (Piccoz Guy)

Sans_titre_127

IMG 1 - 592 - 1950/51 - Recherche dans le marécage - (Piccoz Guy)

Sans_titre_128

IMG 1 - 593 - 1950/51 - Annam, un autre très beau contre-jour - (Piccoz Guy)

Sans_titre_129

 IMG 1 - 594 - 1950/51 - Un autre paysage rural - (Piccoz Guy)

Sans_titre_130

IMG 1 - 595 - 1950/51 - Dans la haute végétation en bordure d'une mangrove. En tête: E/V PROVOST (un gars qui en avait...) suivi par DERCOURT au FM, en 3 BICKELMANN Prosper, 4 KAEDER Jacques, 5 LE GLATIN Louis, 6 MANDRAY Camille et son foulard blanc ( indispensable et utile pour éponger la transpiration permanente sous ces latitudes tropicales - (Piccoz Guy)

IMG 1 - 596

IMG 1 - 596 - 1950/51 - Jungle, l'E/V PROVOST Joël suivi comme son ombre par Auguste CHARDONNET, en tête: BEAUFRÈRE - (Piccoz Guy)

Sans_titre_132

IMG 1 - 597 - 1950/51 - Ne pas mettre ses pieds n'importe où - (Piccoz Guy)

IMG 1 - 598

IMG 1 - 598 - 1950/51 - Arrivée sur un chantier de construction de jonques - (Piccoz Guy)

Sans_titre_134

IMG 1 - 599 - 1950/51 - L'E/V PROVOST Joël à troqué son béret vert pour un chapeau de brousse, donc nous avions changé de province: Annam ou Cochinchine - (Piccoz Guy)