Je porte à votre connaissance que le site à dépassé aujourd'hui, le 20 10 2016, le million de  pages visitées - (Pour refaire, à la patrie, sa splendeur, sa gloire et son renom)

 

Visiteurs éclairés de ce blog, si vous avez connaissance de commandos décédés (de leur belle mort) pour lesquels le sigle: D_C_D ne paraît pas, bien vouloir m'en informer: contact: balisson.jc@wanadoo.fr      MERCI

 

////////////////////////////////////////////////////////

Quelques statistiques - Merci excel -

Nombre total de marins : certifiés Cdos, non certifiés Cdos (fusiliers simples, amphibies, autres spécialités: canonniers, radios, cuistots, infirmiers, mécanos, etc...) de 1946 à 1962, campagnes de Madagascar, Indochine, A F N, Suez et ayant été affectés dans les divers commandos, soit en campagnes, soit en France = 4154.

Nombre total de certifiés commandos à l'issue d'un stage commando à Siroco = 2376, soit 59% de l'effectif global.

Toujours de 1946 à 1962, Trépel: 947 affectations - de Montfort: 979 - Jaubert: 1064 -  François: 406 - Tempête Indo: 42 (liste incomplète, manque des supplétifs) - Tempête A F N: 26 (liste incomplète, manque des supplétifs) - PC Grouco: 128 - de Penfentenyo: 946 - Yatagan: 39 (liste incomplète, manque des supplétifs) - Ouragan: 281 - Hubert: 452 - Autres commandos en Indochine: 41 - Certifiés Cdos, non affectés dans un commando: 298. Cdo Ponchardier: 142

Sur les 4154 marins qui ont été affectés dans les divers commandos, seuls, 1631 ont été brevetés parachutistes.

 

Rubans_Cdo_marine

Commandos, mes frères, ces pages vous sont dédiées. Sans haine, ces noms resteront à jamais gravés dans notre mémoire en lettres de feu, en lettres de sang


Cat-bâ, Ninh-Binh, My-Doc, Haï-Duong, Cogat, Phu Dong Duong, Boa, Son Van Nion, Dong Chi Seng, Phu Quoc, Van Chan, Tam Tam Tan, Lo Son, Cao Lan, Tassagan, Cong Dong Xa, Tinh Gia, My Son, Cho Chan, Kho An Bo, An Thoï, Dong Binh, Caï Lay, Da, Vinh Long, Hoa Than, Ho Thuong, Ha Lao, Takhek, Phu Lé, Rach Ba Lang, Cap Batagan, Suez, Zakri, Tadjéra, Rass Asfour, Djebel Rokéné, Bal El Assa, Boualam, Bou Lerhfad, Djebel M'Zi, Oued Boukiou, Djebel Goursifane, Oued Mizah, Djebel Kriar, Béni Smir, Djebel Tenissanne,  Djebel Asfer, Dar Magdad.......


                               Balisson      


Bonjour à tous

Beaucoup s'étonnent que les photos de ceux des nôtres qui ont été tués, soit en Indochine, soit en Algérie, ne figurent pas sur ce site. Si vous en détenez, faites-les moi parvenir par Mail: balisson.jc@wanadoo.fr ou par courrier postal : Balisson Jean-Claude, 5 rue des vanneaux, 72000 Le Mans -  (retour assuré). Liste des noms: LE BORGNE, DAVID, CLERC, ROBLES, LE GAGNEUX, CHEVALIER Léon,GERLAUD, FEBVRE, LAMBOLEY Serge, HAMONIAUX, MOUTTET, CABOT,PRUVOST, BIZIEN, CARNOT, LE JEUNE Henri, MICHEL Henri,  TRUY Bernard

Merci pour eux

En Indochine, de 1946 à 1954, en 8 années de guerre, les commandos marine ( François,de Montfort, Jaubert, Tempête, Ouragan) ont eu environ 104 tués sur un effectif de 1200 hommes, soit une perte de 8,66%

En Algérie, de 1955 à 1962, en 7 années de maintien de l'ordre puis de guerre, les commandos marine (de Montfort, de Penfentenyo, Jaubert, Trépel, Tempête, Yatagan, DBFM)  ont perdu environ 72 hommes sur un effectif d'également 1200, soit 6% de tués.

Pour mémoire, la légion en Indochine =12% de pertes, et en Algérie=10%

 

Ce site n'est pas une rubrique nécrologique, mais il me semble important de ne pas oublier tous ceux qui, soit par l'âge, soit par la maladie, nous ont quittés, nous quittent, et nous quitterons - Dernier hommage rendu à ces fiers guerriers - Une symbolique sera ajoutée à côté des photos ou à défaut au-dessus du nom - Cette symbolique est de manière anecdotique une légende "urbaine" qui spécifie que si les quatre membres de la monture touchent terre, le héros est mort naturellement - L'image représentée est celle d'un fusilier marin cavalier de la D B F M 

D_C_D 

Une autre symbolique est ajoutée pour ceux qui sont morts pour la France, "le drapeau français avec les mentions: "Mort pour la France en Indochine", Mort pour la France en A F N", "Mort pour la France en Corée" ou "Mort  en service commandé"

 

Il me manque très certainement beaucoup de données, vous pouvez me joindre par Tel au: 02 43 81 18 22 ou sur: balisson.jc@wanadoo.fr     Merci                                                                                                                                   


J'ai le devoir et l'honneur de vous signaler que ce blog a le mérite d'exister grâce à un Trépélien. S'il n'est pas la cheville ouvrière ( ce que je revendique), il en est le créateur ,et également et surtout, de temps à autre, le conseiller, car je suis en la matière un grand béotien obligé d'avoir recours périodiquement à ses services, en l'occurrence, par exemple, la page de présentation qu'il s'est empressé, derechef de corriger,et de reconstituer d'une manière plus élégante. J'ai eu le privilège de faire sa connaissance le 06 08 2008 pour fêter le millième visiteur de ce blog, aujourd'hui, le 08 11 2008 nous en sommes à 3117 pour 12048 pages visitées et le 14 12 2008:  5372 visiteurs pour 19859 pages visitées, le 13 01 2009: 7237 visiteurs pour 25441 pages visitées, le 15 02 2009 à 13H50: 10 000 visiteurs pour 32639 pages visitées, le 31 03 2009: 12773 visiteurs pour 41332 pages visitées, le 17 09 2009: 22257 visiteurs pour 71743 pages visitées et 4560 photos insérées, le 28 12 2009: 29833 visiteurs pour 93866 pages visitées, le 29 01 2010: 32280 visiteurs pour 100279 pages visitées, le 09 10 2010: 53803 visiteurs pour 155542 pages visitées - le 25 02 2011: 71358 visiteurs pour 198831 pages visitées. Au 09 08 2011: 90619 visiteurs, 246379 pages visitées, 7500 photos enregistrées - Le 29 10 2011, 100 002 visiteurs, 267595 pages visitées, à 9H - Au 13 04 2012: 124929 visiteurs, 328690 pages visitées - Au 14 06 2013: 173742 visiteurs, 453535 pages visitées - Au 14 11 2013: 191065 visiteurs, 500474 pages visitées - Au 20 10 2016: 398335 visiteurs, 1 000 443 pages visitées. Mais encore une fois, c'est grâce à vous tous, et je vous en félicite, que ce site en arrive à sa forme actuelle. Moi je tape seulement sur un clavier.......

Une mention spéciale également aux "NC" (nageurs de combat du commando Hubert) qui m'ont envoyé une soixantaine de photos, complétant ainsi, en quasi totalité, le trombinoscope d'Hubert. Merci les "NC".

Et pour ceux qui peuvent avoir des doutes sur une éventuelle rémunération par le biais de mon site, qu'ils se rassurent, malgré plusieurs propositions du Canada et des États - Unis (rémunération au "clic"), je n'ai pas donné suite, non point que ces propositions étaient insuffisantes ( je n'en connais pas le contenu), mais il fallait que j'accepte de la publicité qu'il m'était impossible de contrôler. Or, en matière de publicité, il faut admettre certains "dérapages", comme par exemple: des femmes cout-vêtues, ce qui peut s'avérer néfaste pour votre santé....... (je reste donc droit dans mes rangers)


clip_image002

De la part de Monsieur GOARIN P. fils de GOARIN Charles (stage Cdo Duquesne - 1948 - Trépel et Jaubert - décédé).

"Nous nous souvenons"

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Rapport de 1946 qui a déterminé la constitution de la spécialité de FUSCO à la fin de la seconde guerre mondiale. Il a vraiment structuré notre spécialité pendant plus de 50 ans.

 

74639530

 

IMG0001

IMG0002


Les fourragères dans la marine nationale

fusilier10fouragerecdo

Fourragère fusilier                             Fourragère commando

Les fourragères dans la Marine nationale

1. Retour sur le droit au port de la fourragère

Au cours des conflits qui se sont déroulés au XXème siècle, cent trois unités de la marine nationale ont été distinguées par l'attribution d'une fourragère. A quelques exceptions près ces unités ont toutes rapidement disparu des listes de la flotte.

C'est pour perpétuer le souvenir de ces unités et de leurs glorieuses actions que la circulaire du 21 juillet 1936 dispose que « le droit à la fourragère appartiendra désormais à tout bâtiment de combat qui portera le nom d'un bâtiment ayant, à l'origine, bénéficié de cette distinction ».

Ultérieurement ce droit va être étendu à des unités ne portant pas le même nom mais qui, en vertu d'une décision du département, seront faites héritières « par filiation directe » de l'unité (ou des unités) ayant été initialement attributaires d'une fourragère. Il en est ainsi de l'école des fusiliers marins ou du commandement de l'aviation navale.

2. Un cas particulier : l'école des fusiliers marins

A l'issue de la seconde guerre mondiale, l'école des fusiliers marins conserve l'héritage de la brigade des fusiliers marins de 1914-1918 (6 citations). Au titre du conflit qui vient de prendre fin une décision du 25 février 1949 lui accorde celui :

    * du 1er régiment de fusiliers marins (5 citations) ;
    * du 1er bataillon de fusiliers marins commandos (B.F.M.C., 4 citations) ;
    * du régiment blindé de fusiliers marins (2 citations) ;
    * du commando parachutiste de l'aéronautique navale (2 citations).

Cet héritage représente un total de 13 citations et autorise alors les personnels de l'école à porter une fourragère à la couleur du ruban de la légion d'honneur avec deux olives

      la première à la couleur du ruban de la légion d'honneur (moitié supérieure) et aux couleurs du ruban de la croix de guerre de 1914-1918 (moitié inférieure) ;
    *
      la seconde à la couleur du ruban de la légion d'honneur (tiers supérieur), aux couleurs du ruban de la médaille militaire (tiers milieu) et aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939-1945 (tiers inférieur).

Ainsi sans avoir jamais figuré dans la liste des unités combattantes, l'école des fusiliers marins devenait titulaire d'une distinction sans équivalent dans l'Armée française. Aucune unité ne pouvait en effet prétendre à porter une telle olive de fourragère puisque aucune unité n'avait obtenu plus de huit citations durant la seconde guerre mondiale.

Une telle anomalie n'était pas admissible, et fut rapidement relevée par les autres armées. Cependant, ce n'est qu'en 1986 qu'une décision n° 9021 DEF du 21 février vint apporter les corrections nécessaires. Selon cette décision, l'école des fusiliers marins est désormais constituée héritière par filiation directe :
      de la brigade des fusiliers marins (6 citations 1914-1918) ;
      du 1er régiment de fusiliers marins (5 citations 1939-1945).

A ce titre les personnels de cette école portent une fourragère à la couleur du ruban de légion d'honneur avec deux olives :

      la première à la couleur du ruban de la légion d'honneur (moitié supérieure) et aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918 (moitié inférieure) ;

      la seconde aux couleurs du ruban de la médaille militaire (moitié supérieure) et aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939-1945 (moitié inférieure).

La même décision institue l'école dépositaire du patrimoine du régiment blindé de fusiliers marins et du commando parachutiste de l'aéronautique navale sans que cette disposition ouvre droit au port d'une quelconque fourragère ou olive.
Depuis cette date les choses n'ont pas évolué à l'exception de l'attribution en 1996 (arrêté du 22 février, journal officiel page 4740) de la fourragère de l'ordre de la Libération.

3. Les commandos marine

Lors de leur création les commandos marine ne sont attributaires d'aucune distinction particulière puisque l'héritage de leurs anciens du 1er B.F.M.C. est dévolu à l'école des fusiliers marins.
Trois de ces commandos vont combattre en Indochine et y gagner la fourragère spéciale aux théâtres d'opérations extérieurs. Il s'agit :

Du commando Jaubert (fourragère à la couleur du ruban de la légion d'honneur avec olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs),

      des commandos de Montfort et François (fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire avec olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs).
La création du groupement des fusiliers marins commandos en 1963 est suivie le 10 juillet 1964 d'une décision (n° 029 809 MA/CM) lui confiant l'héritage du commando Jaubert. Le personnel du groupement est alors « autorisé à porter, à titre collectif, la fourragère à la couleur du ruban de la légion d'honneur et comportant au dessus du ferret, une olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs ».

Les modifications relatives à l'héritage de l'école des fusiliers marins vont avoir une incidence sur la filiation du groupement des fusiliers marins commandos.

La décision n° 9021 DEF du 27 février 1986 institue le groupement, héritier du 1er B.F.M.C. et du commando Jaubert. Cette décision entraîne l'attribution de la fourragère à la couleur du ruban de la légion d'honneur avec deux olives, la première aux couleurs du ruban de la médaille militaire (moitié supérieure) et de la croix de guerre 1939-1945 (moitié inférieure), la seconde aux couleurs du ruban de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs.

Normalement, pour s'en tenir aux dispositions règlementaires, les personnels des commandos auraient dû être autorisés à porter les deux fourragères aux couleurs du ruban de la légion d'honneur et de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs.

Cette particularité, que l'on trouve également à la 13ème demi brigade de légion étrangère, est unique dans la marine.

Les personnels des formations de l'aéronautique navale titulaires de deux fourragères (flottilles 4 F, 11 F et 12 F) les portent effectivement. L'officier "Traditions" de la base des fusiliers marins et commandos interrogé sur ce point particulier n'a malheureusement pas daigné répondre à la question posée.

A la suite de la dissolution du groupement des fusiliers marins commandos, la décision n° 13523 DEF/CAB/SDBC/K du 31 mars 1994 accorde le bénéfice des dispositions existantes aux cinq commandos qui deviennent héritiers, par filiation directe, du groupement. Une nouvelle décision sera sans doute prise pour étendre ce droit au port de la fourragère au personnel du nouveau commando Kieffer récemment créé.

La liste des unités actuellement attributaires d'une ou plusieurs fourragères figure dans l'annexe 1 ci-dessous. L'annexe 2 donne la liste des unités ayant été attributaires d'une fourragère mais dont l'héritage n'a fait l'objet d'aucune transmission.

    COMMANDOS MARINE /
   Héritiers collectivement :
- du 1er bataillon de fusiliers marins commandos (1941-1945)
- du commando Jaubert (Indochine)

Médaille Militaire : Avec olive - moitié supérieure aux couleurs de la médaille militaire,- moitié inférieure aux couleurs de la croix de guerre 1939-1945

Légion d’honneur :  Avec olive aux couleurs de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs

Note : Ayant été présent au Commando JAUBERT quand cette unité fut citée deux fois, j’ai le privilège avec d’autres bien entendu  - de porter à titre personnel la fourragère aux couleurs de la croix de guerre avec agrafe « Commando Jaubert » - (Édité par LE COUSTOUR, transmis par PICCOZ)

Fusiliers_M

(Lefranc Claudine)


RUBANS_COMMANDOS

Le ruban légendé "COMMANDO MARINE" sans "S" est apparu le 18 06 1947 et le texte qui le met en place prévoit même un tiret entre le mot "COMMANDO" et le mot "MARINE". Manifestement cette variante n'a jamais été fabriquée et le premier modèle sans "S" n'a fait l'objet que d'une seule commande. Dès le troisième trimestre 1947, une mise à jour du texte du 18 Juin fait état d'un ruban portant le mot "COMMANDOS" avec un "S". Pour la petite histoire, la démarche a été la même pour l'insigne du certificat de commando. Initialement prévu être orthographié sans "S" il a été ensuite été écrit au pluriel. Regardez les deux rubans "COMMANDOS MARINE", vous constaterez que le graphisme du "C"  n'est pas identique ( brodeurs différents) ( Le Coustour).

Sans_titre_Num_risation_01

Jaubert_1

Cdo_Tr_pel_Num_risation_02

Il y a deux exemplaires du ruban "COMMANDO TRÉPEL", cela tient au fait que ce ruban a fait l'objet de plusieurs commandes, et ces commandes ont été réalisées par deux fabricants distincts. Conséquence: outre le fait qu'une légende est légèrement plus longue que l'autre, l'accentuation du "É" est également différente. - (Le Coustour, Lefranc)

 

Tous ces rubans légendés ont été les seuls règlementaires jusqu'au 14 12 1973, date à laquelle ont été prévus, en plus du ruban générique destiné au personnel de la base, des rubans légendés au nom particulier de chacun des commandos ( y compris le commando "François" - (Le Coustour)

avis3

affiche_fusilier

Le_fusilier_HST_de_Drax

Fusilier marin - Huile sur toile de DRAX

 


Dans la paix, rien de tel pour devenir un homme, que réserve tranquille et humilité. Mais si tu entends le souffle de la guerre, durcis tes muscles, excite ton sang, cache ta loyauté sous une rage froide, enfin donne à ton regard un éclat terrifiant - Shakespeare

Comment définir les fusiliers marins ?

Y a t-il un type de fusilier marin ? C'est-à-dire ça et pas autre chose ? Les légionnaires, par exemple, ce sont des amis, des copains de baroud, mais ils ont leurs habitudes, leurs traditions à eux. Les fusiliers marins aussi. Ils sont eux et personne d'autre. En fait de traditions, ils en ont bien dans la tête, mais assez chaotiques et pas routinières pour un sou. Le courage, évidemment, depuis toujours. Mais pour le reste, on a été tellement malaxés, mélangés, tiraillés de tous les côtés qu'on a fini par être pétris d'une pâte pas ordinaire. Marins, bien sûr, mais toujours prêts à débarquer et à faire du boulot de fantassin. Alors disons ceci: un fusilier marin, c'est un fusilier marin et pas autre chose. Un fusilier marin, c'est un Monsieur. Il s'arrange toujours pour coucher dans des draps et il a toujours un pyjama dans son sac. Et de l'eau claire et du confort. Un coup de parfum n'est pas de trop, rasé comme un anglais, et il faudrait voir que le foulard, autour du cou, ne fût pas en soie. C'est la mode. Des raffinés, en somme, qui ont beaucoup voyagé, qui ont été reçus, fêtés, adulés par toutes sortes de pays et de peuples et de femmes, ce qui vous réchauffe les yeux et vous donne une certaine aisance. (Les forbans magnifiques" de Jean Bernard DEROSNE)  

 

En 1960, toutes les unités commandos deviennent unités parachutistes, donc tous les certifiés suivent le stage du brevet para.

En 1960, les commandos sont numérotés de 1 à 6, dans l'ordre: Jaubert, Trépel, François réserve, de Penfentenyo,de Montfort, Hubert.

En 1964, le CS disparaît au profit du cours de Q/M à l'issue duquel est délivré le B E  FUSCO, LE B E FUSIL n'est plus suivi du stage commando.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Histor_Mispelair_1

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Langage tenu par le pacha (l'O/E LOFI) du stage commando "Suffren 2" en 1947 aux récipiendaires du béret vert:

A partir de cet instant, vous allez vivre les plus belles années de votre vie. Les plus belles parce que les plus dures, les plus amicales, les plus orgueilleuses, les plus solitaires. Les plus amicales, parce que vous allez être à la vie, à la mort, entre camarades. Les plus orgueilleuses parce que, jamais autant vous aurez la fierté de votre uniforme. Les plus solitaires, enfin parce que vous allez mener, souvent en des terres lointaines, un combat d'idéal. Vous les commandos solitaires, vous êtes portés par un destin, un esprit, une certaine idée de vous-même qui vous permettra de vous manifester dans toutes vos actions. Je vous envie, j'aimerais être avec vous, ô combien!

(Tiré de l'allocution de Pierre BRICE (LE BRIS) du 20 03 2009 prononcée à l'occasion de la cérémonie de tradition du cours "Enseigne de vaisseau RAMBOZ)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Plaque Cdos